Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Prieuré de Bénédictins Notre-Dame-d'Estrets, Notre-Dame-de-Beauvoir

Dossier IA84000196 réalisé en 1975

Fiche

HISTORIQUE

Ce petit établissement religieux rural, dont la date de fondation est inconnue, dépendait de l'abbaye de Saint-André de Villeneuve à qui il fut confirmé à diverses reprises entre 1118 et 1178 sous le titre de Notre-Dame d'Estrets. L'édifice était en bon état en 1343. Du prieuré, sécularisé au XVe siècle puis rattaché au XVIIe siècle au Grand Séminaire d'Aix, il ne reste rien. La chapelle fut abandonnée avant 1582 ; à demi ruinée en 1620, elle fut, après 1654, désaffectée et convertie en remise. Dans son état actuel, elle consiste en un petit édifice orienté, à nef unique de deux travées et abside en cul-de-four, dont la construction parait dater 0u XIIIe siècle. Chaque travée est encadrée de deux arcs ouverts dans l'épaisseur du mur. Le berceau - effondré entre 1582 et 1620 - retombait sur deux cordons interrompus par deux piliers séparant les travées et portant un doubleau ; un second doubleau était porté par des culots de part et d'autre de l'arc triomphal. Extérieurement, cette chapelle très simple conserve de son état originel la fenêtre étroite de l'abside, couronnée d'une corniche ornée de billettes.

DESCRIPTION

Situation et composition d'ensemble

Chapelle située sur les collines qui bordent la vallée du Marderic et de ses affluents, et qu'emprunte la route d'Ansouis à Pertuis. Au nord-ouest, on aperçoit le village et le château d'Ansouis. La chapelle, utilisée comme grange, est accolée à une ferme dont elle se distingue peu.

Matériaux et leur mise en œuvre

Parements en petit appareil assisé de moellons équarris de calcaire coquillier jaune. Arcs et piliers sont appareillés plus soigneusement mais conservent des traces d'outils en arêtes de poissons. Marque de tâcheron : A. Les voûtes ont disparu. Marque de tâcheron : A.Marque de tâcheron : A.

Parti général, plans, connes et élévations intérieures

Chapelle orientée à nef unique et abside semi-circulaire couverte d'un cul-de-four.

- la nef comprend deux travées inégales flanquées latéralement de deux arcs chacune, dans l'épaisseur du mur ; leurs impostes biseautées sont à des hauteurs variant selon le rayon de chaque arc ; les deux travées sont séparées par deux pilastres adossés dont l'imposte est moulurée et sculptée : côté gauche, des rinceaux ; côté droit, des palmettes. Ces impostes forment le ressaut du cordon en doucine à la première travée et en quart-de-rond à la deuxième qui courait à la base du berceau détruit. De part et d'autre de la deuxième travée, encadrant l'arc triomphal, ce cordon butte sur deux culs de lampe à trois ressauts placés dans les deux angles nord-est et sud-est.

- l'abside est séparée de la nef par un mur épais à hauteur du rez-de-chaussée.

- la porte d'entrée actuelle remplace une porte dont subsistent les traces (collages) à l'intérieur et à l'extérieur.

Élévations extérieures

- Façade antérieure ouest : façade pignon très détériorée, percée d'une porte en plein cintre avec un mascaron (tête de lion) abimé (XVIIe siècle ?) et d'une fenêtre ouvrant sur l'étage. Les deux chaînages verticaux visibles de part et d'autre de ces baies doivent dater d'une reprise antérieure de cette façade.

- Chevet : mur pignon de la nef, flanqué à droite d'un contrefort vraisemblablement ajouté après coup, et abside assez bien conservée ; elle était percée d'une fenêtre axiale très étroite, dont l'arc (difficile à définir) était percé dans le linteau. Couronnement d'une corniche ornée de trois rangs de billettes assez frustes.

Chevet.Chevet.

- Façade latérale gauche percée d'une porte en plein cintre murée

- Façade latérale droite masquée partiellement par un garage, crépie.

Comble et couverture

Charpente ordinaire - tuiles creuses.

Genre de bénédictins
Vocables Notre-Dame-d'Estrets, Notre-Dame-de-Beauvoir
Destinations ferme
Parties constituantes non étudiées église
Dénominations prieuré
Aire d'étude et canton Pertuis
Adresse Commune : Ansouis
Lieu-dit : Beauvais
Cadastre : 1934 C 227 ; 1836 C 264

Prieuré dépendant de l'abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, mentionné à partir de 1118 et jusqu'en 1343 ; sécularisé au 15e siècle, transformé en ferme au 16e siècle ; il n'en reste aujourd'hui que l'église, remaniée en 1586 par le maçon Sauveur Leaumont : remplacement de la voûte en berceau de la nef par une couverture en charpente, construction de la façade occidentale ; église elle-même convertie en remise agricole dans la 2e moitié du 17e siècle. AUTEUR : Leaumont Sauveur (maçon) ; JATT : attribution par source

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : 4e quart 16e siècle
Dates 1586, daté par source

Petite église orientée à nef unique et abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four ; la nef à 2 travées inégales, bordées d'arcades en plein-cintre aveugles et séparées par 2 pilastres à impostes sculptées de rinceaux d'un côté, de palmettes de l'autre ; le cordon qui amortissait la retombée du berceau, en doucine dans la 1ère travée et en quart de rond dans la 2e, repose de chaque côté de l'arc triomphal sur un cul de lampe à triple ressaut ; sur l'élévation ouest, porte en plein-cintre ornée d'un mascaron (tête de lion) ; chevet percé d'un jour axial à linteau ajouré en plein-cintre et couronne d'un bandeau sculpté d'un triple rang de billettes

Murs molasse
moyen appareil
pierre de taille
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements cul-de-four
Couvertures toit à longs pans
États conservations vestiges
Techniques sculpture
Représentations rinceau palmette billette lion
Précision représentations

sujet : frise de rinceaux, support : imposte de l'arc triomphal ; sujet : frise de palmettes, support : imposte de l'arc triomphal ; sujet : trois rangs de billettes, support : bandeau de couronnement du chevet ; sujet : mufle de lion, support : agrafe de la porte

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Fray François - Sauze Elisabeth