Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

présentation de la commune de Sausses

Dossier IA04000144 réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

La commune de Sausses est peu documentée dans la bibliographie et les archives publiques. La description historique des villages de Provence de Claude Achard, publiée en 1788, mentionne la situation géographique de la paroisse de Sausses aux frontières du royaume de France et des Etats de Sardaigne. La carte des frontières orientales de la France, levée entre 1764 et 1778 figure cette frontière et signale l'existence de deux bornes frontalières sur le territoire de l'actuelle commune. Une de ces bornes existe toujours, au lieu dit Champalayer.

Au fond la Montagne de Sausses. Vue prise du sud-ouest.Au fond la Montagne de Sausses. Vue prise du sud-ouest.Toujours d'après Achard, l'économie de l'ancien Régime était basée en partie sur l'exploitation des montagnes à pâture pour les ovins. Les estives des montagnes dites de Sausses et de Pierre Grosse nourrissaient l'été plus de 300 têtes de bétail. La carte des frontières ne mentionne pas ces deux montagnes mais signale à l'extrémité nord du territoire une cabane d'estive "de Sausse", dont le nom pourrait indiquer un usage collectif.

Achard note la bonne qualité du sol (partie orientale de la commune, au sud du Var) et précise que cette plaine est couverte de prairies, de jardins et de cultures, notamment- celles du blé, des fruits, des légumes. Ces circonstances favorables expliquent le nombre important de bâtiments agricoles et de fermes mentionnés sur le cadastre de 1824.

Le cadastre de 1792 recense 35 fermes, qui existaient encore, sauf une, en 1824. La plupart étaient situées dans la haute vallée du Riou et sur les flancs du Chabanal, mais on en trouvait aussi sur les coteaux des 2 rives du Var. A côté des très nombreuses habitations saisonnières construites par les petits propriétaires pour l'exploitation des quartiers éloignés du village, on comptait quelques bâtiments plus importants occupés par les fermiers des anciens seigneurs.

La plupart sont aujourd'hui en ruine, les autres, transformées en habitations, ont subi d'importantes modifications. Les exemplaires subsistants sont trop peu nombreux et trop mal conservés pour autoriser une véritable synthèse sur les fermes de Sausses.

Les indications du cadastre de 1824 permettent cependant de dire que la plupart de ces fermes, de petites dimensions (moins de 50 m² pour la moitié, moins de 100 m² pour les autres sauf 7) n'avaient qu'une occupation saisonnière et consistaient en un seul bâtiment. La ferme de Paressac en donne un exemple, avec ses 3 étages superposant étable et remise au soubassement, logis et fenil au rez-de-chaussée, fenil et séchoir dans le comble à surcroît. La ferme de la Rages appartient à la catégorie médiane des exploitations habitées en permanence par leur propriétaire. Un seul bâtiment, ici aussi, regroupe les fonctions agricoles au dessous et au dessus du logis, auquel donne accès un escalier extérieur droit. Un bûcher, un réservoir voûté et un lavoir complètent l'équipement. La ferme de Clamosset offre un dispositif analogue.

Les plus grosses fermes, occupées de façon permanente par des fermiers, sont composées de plusieurs bâtiments accolés ou dissociés. La plus importante, celle de la Bastide, compte 6 bâtiments, 4 accolés sur le même alignement et 2 séparés, le four à pain et un entrepôt agricole. Dans le bloc principal, les fonctions se répartissent sur 4 étages : étables, remises et citerne voûtée en soubassement, remises et logis au rez-de-chaussée, logis et fenil à l'étage carré et dans le comble. Plus modeste, la ferme de Saint-Pierre tient en 2 bâtiments accolés et le four à pain (détruit) isolé.

Les matériaux de construction sont homogènes : moellons calcaire enduit, tuiles creuses en toiture. Les types sont la maison bloc en hauteur et ferme à maison bloc à bâtiments accolés ou disjoints.

L'étude d'inventaire n'a permis de mettre en évidence que peu d'édifices hors du village : quelques entrepôts agricoles, 5 fermes, la borne de Champalayer, la gare du tramway qui a relié Castellet-lès-Sausses à Guillaumes, via Sausses, pendant quelques années au début du 20e siècle et deux ponts du 19e siècle, l'un sur le Riou, l'autre sur le Var dont il ne reste que les vestiges des piles.

Aires d'études Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
Adresse Commune : Sausses

Annexes

  • Liste hiérarchisée des oeuvres étudiées dans la commune de Sausses

    Dossiers de synthèse

    • maisons
    • entrepôts agricoles

    Oeuvres étudiées dans le village

    • village de Sausses
    • église paroissiale Saint-Pons (voir la liste des oeuvres dans le dossier : Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pons de Sausses)
    • château
    • - beffroi
    • maison 1 à maison 10
    • maison de forgeron
    • maison et mairie, rue Grande
    • maison puis école primaire, actuellement maison, rue Grande
    • maison, puis hôtel de voyageurs, dit Auberge d'Italie, place Saint-Pons
    • auberge, montée de l'Auberge
    • cabanon de jardin, montée de l'Auberge
    • parfumerie (distillerie de lavande), montée de la Côte
    • fontaine, lavoir et réservoir de l'Ecole, place de l'Ecole
    • fontaine, lavoir et réservoir Deloncle ou Basse Fontaine, montée de la Côte
    • fournil, rue Grande
    • monument aux morts de la guerre de 1914-1918 et de la guerre de 1939-1945, montée de la Côte
    • ensemble de deux tuiles creuses

    Oeuvres étudiées dans les écarts

    • borne frontalière, Champalayer
    • ensemble agricole, les Chéneviers
    • gare de tramway, la Gare
    • croix de chemin, Guillemartin
    • ferme de Clamosset, Paressac
    • pont sur le Var, le Pont
    • chapelle Notre-Dame, Saint-Pierre (voir la liste des oeuvres dans le dossier : Le mobilier de la chapelle Notre-Dame de Sausses)
    • ferme, Saint-Pierre
    • pont sur le Riou, Saint-Pierre
    • oratoire Notre-Dame de l'Assomption, près de Sausses

Références documentaires

Documents figurés
  • Cartes des frontières Est de la France, de Colmars à Marseille. / Dessin à l'encre sur papier, par Jean Bourcet de La Saigne et Jean-Claude Eléonore Le Michaud d'Arçon, 1764-1778. Echelle 1/14000e. Cartothèque de l’Institut Géographique National, Saint-Mandé : CH 194 à 197.

    Feuille 194-5.
Bibliographie
  • ACHARD, Claude-François. Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.

    T. II. p. 348-349
  • FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire, géographie et statistique du département des Basses-Alpes. Digne : Vial, 1861, 744 p.

    p. 522
  • BORRICAND, René. Nobiliaire de Provence. Aix-en-Provence : Editions Borricand, 1975. 3 tomes.

    T. I, p. 850
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï - Sauze Elisabeth - Brunet Marceline