Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

présentation de la commune de Pertuis

Dossier IA84000223 réalisé en 1969

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
Aires d'études Pertuis
Adresse Commune : Pertuis

Edifices détruits non documentés : église dite chapelle Sainte-Madeleine, au lieu-dit le Grand Cros, derrière le cimetière, chapelle de la confrérie des jardiniers, construite vers 1630, détruite entre 1796 et 1837 ; de l'édifice, qui mesurait 7 x 6 m, il ne reste que quatre cavités creusées dans la petite falaise rocheuse à laquelle il était adossé (0856680 x ; 0160170 y) ; prieuré Notre-Dame-des-prés, au lieu-dit Notre-Dame-des-Anges, prieuré rural mentionné à partir de 1242 mais sans doute plus ancien, dépendant de l'abbaye de Montmajour, abandonné à la fin du 14e siècle, transformé en ermitage au 15e siècle, puis en couvent provisoire pour les capucins en 1602 et 1603, détruit avant 1620 ; église d'assez grandes dimensions, composée d'au moins deux vaisseaux (nef et collatéral) voûtes d'ogives, avec un clocher reconstruit en 1465, délabrée en 1656, détruite avant 1724 et remplacée par une chapelle dédiée à Notre-Dame-des-Anges, elle-même détruite entre 1790 et 1809 ; emplacement aujourd'hui occupé par une maison (0853670 x ; 0159710 y) ; église dite chapelle Saint-Clair, au lieu-dit Saint-Clair, siège d'un petit prieuré rural mentionné à partir de 1467 ; chapelle en ruiné en 1620, restaurée par la confrérie des tailleurs et couturiers, utilisée comme lazaret en 1640, vendue en 1796, détruite et remplacée par une ferme (0856660 x ; 0160400 y) ; église dite chapelle Saint-Cosme, au lieu-dit Saint-Colomé, chapelle rurale mentionnée à partir de 1242, détruite avant 1567 (localisation inconnue) ; église dite chapelle Saint-Joseph, au lieu-dit Saint-Joseph, chapelle rurale construite entre 1730 et 1789, vendue en 1794 et transformée en maison ; petit édifice de 6 x 4 m, précédé d'un porche (0854560 x ; 0161210 y) ; prieuré Notre-Dame-de-salle d'Aiguin, au lieu-dit Salle de Guien, prieuré rural mentionné à partir de 1242, vraisemblablement plus ancien, dépendant de l'abbaye de Montmajour, uni dès le milieu du 14e siècle au prieuré Notre-Dame-des-prés et inhabité ; église en mauvais état en 1341, en ruiné en 1620, restaurée par la suite sous le titre de Notre-Dame-la-brune ; petit édifice de 8 x 4 m, détruit entre 1796 et 1837 (localisation inconnue) ; église dite chapelle Sainte-Candide, aurait donné son nom au lieu-dit Saint-Candi, cité dans un document de 1242 ; détruite avant 1567 (non localisée) ; prieuré Saint-Martin, au lieu-dit Saint-Martin, au sud de la ville, prieuré rural mentionné à partir de 1242, utilisé comme lazaret au 15e siècle ; projet de restauration en 1486 non exécuté ; église restaurée en 1600, détruite pendant la Révolution (non localisée)

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Sauze Elisabeth