Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

présentation de la commune d'Allos

Dossier IA04000235 réalisé en 2003

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
Adresse Commune : Allos

Allos est considéré comme l'ancien chef-lieu de la peuplade gauloise des Gallitae. En 1056, le territoire d'Allos est mentionné dans la charte de Colmars qui consiste en une donation faite à l'abbaye Saint-Victor de Marseille. Allos dépend de l'arrondissement de Barcelonnette jusqu'à la Révolution française puis de l'arrondissement de Castellane. La population d'Allos s'élève à 302 habitants en 1278, à 1491 habitants en 1765 et à 1513 habitants en 1831. La première moitié du 20e siècle se caractérise par une forte diminution de la population avec un redémarrage dans les années 1960. D'après le cadastre napoléonien, Allos compte 10 moulins en 1825. Aujourd'hui, il reste des traces de 5 moulins, dont 3 au sud-est du village et 2 dans les écarts de la Baumelle et du Bouchier. Les 5 autres moulins, aujourd'hui disparus, étaient implantés dans les écarts du Bouchier, Champ Richard, la Foux, la Foux d'Allos et les Gays. Sur le plan agricole, Allos se caractérisait essentiellement par une activité d'élevage qui a progressivement disparu au cours du 20e siècle au profit du tourisme de montagne. Dès 1935, le Seignus et la Foux sont équipés de remontées mécaniques. Entre 1970 et 1980, ces 2 hameaux sont aménagés en station de ski.

Située au nord du canton d'Allos-Colmars, la commune est implantée dans la vallée du haut Verdon et du val d'Allos. Le territoire d'Allos est traversé par le Verdon qui prend sa source à la Foux d'Allos. L'altitude minimale est de 1339 m et l'altitude maximale est de 3040 m. Le lac d'Allos (2230m), considéré comme le plus grand lac naturel d'altitude d'Europe, est situé sur la montagne du Laus à l'est du village.

Annexes

  • Abbé Féraud, Histoire et géographie des Basses-Alpes

    - p. 239-241 : la notice de la commune d'Allos donne la situation géographique du village et évalue sa population. Elle rappelle son histoire : la commune fut tantôt sous domination française, tantôt savoisienne ; des visites de Charles II d'Anjou eurent lieu en 1289. En 1591, le village est bombardé par Lesdiguières. L'auteur mentionne encore différents incendies, précise le climat de la contrée et l'agriculture que l'on y pratique, cite les quatre paroisses d'Allos ainsi que les hommes remarquables du lieu ;

    - p. 240 : La paroisse d'Allos comprend le bourg et les hameaux de Vallaux, Rouine, Fauguet, des Seignoux-Haouts et Seignoux-Bas, de la Peirière, du Villars, Champrichard, des Hauts et Bas-Brec, Buisset, la Colette et Montgros ;

    - p. 241 : La paroisse de Bouchier est formée par les hameaux Les-Mauniers, Les Gays, La Colette et autres. Elle fut érigée en paroisse distincte d'Allos à la fin du XVIIIè siècle ;

    - p. 241 : La paroisse de la Baumelle comprend les hameaux de la Baumelle, la Baume, Vallayère, le Collet et Primin. Elle fut érigée en paroisse à la fin du XVIIIè siècle ;

    - p. 242 : La paroisse comprend les hameaux de La Foux, l'Aire, le Senet, les Gays, Chauvet "et quelques maisons de campagne".

  • Carte archéologique de la Gaule. Les Alpes de Haute-Provence 04

    - p. 76 : on a découvert au quartier du Bas-Segnus une tombe "sarrazine" en coffre de tuiles contenant un coros et un "vase de terre". Dans les environs, on a également trouvé quelques fragments de tegulae ;

    - p. 76 : sur le massif du Grand Cheval de bois, au nord de Bouchier, on a rapporté à O. Colas la découverte d'une "fibule de l'âge du Bronze" ;

    - p. 76 : " Dans la zone du torrent de Sausses, Fr. Paillard a ramassé des nodules de métal laissant envisager l'existence d'une exploitation minière ancienne. Dans ce secteur géographique, les toponymes relatifs à cette activité sont en effet nombreux."

    - p. 76 : sur le coteau de Sainte-Brigitte, Fr. Paillard signale [vers 1965 ?] une petite construction enterrée en pierres sèches à côté de laquelle se trouvait une très grosse dalle devant lui servir de couverture. Une autre dalle, gisant à proximité, pouvait correspondre au même type de structure. Selon O. Colas, ces structures correspondent à des blocs de moraine non agencés par l'homme ;

    - p. 76 : sur le coteau de Sainte-Brigitte, Fr. Paillard a vu vers 1965 une enceinte en pierres sèches qu'elle a attribuée à un oppidum ou à un poste de surveillance. Pour O. Colas, ce mur serait récent ;

    - p. 76 : sur la place du marché a été trouvée en 1904 une hache à rebords en métal d'époque non précisée. Elle est conservée au musée de Barcelonnette ;

    - p. 77 : en face de la bergerie de Sestrière, O. Colas a observé deux tas de pierres correspondant peut-être à des tumuli. Vers l'un d'eux se trouvaient deux éclats de silex dont un datant du néolithique ; à proximité, trois pierres taillées dont deux blocs rectangulaires de grandes dimensions. A environ 200 mètres à l'ouest des tumuli était visible un alignement discontinu de pierres sur environ 150 mètres de long.

    - p. 77 : on aurait trouvé à Prémin, d'après Fr. Paillard, un "dépôt d'armes" sous un "clapier". En 1996, O. Colas a seulement observé dans ce secteur les vestiges d'un ancien hameau et une dizaine de "clapiers".

  • A l'ombre du clocher. Histoire d'un pays entre Var et Verdon.

    - p. 69 : l'auteur retrace de façon succincte l'histoire d'Allos et de ses hommes célèbres ;

    - p. 72 : l'auteur donne quelques éléments de l'histoire et de l'histoire religieuse du hameau.

    - p. 73 : dans les années 1885-1900, le village comptait environ cent cinquante personnes. Il était une halte pour les militaires. En janvier 1922, un violent incendie l'a ravagé.

    - p. 74 : éléments sur l'histoire du Seignus.

Références documentaires

Bibliographie
  • PELLISSIER, Jean-Esprit. Histoire d'Allos : depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours. Digne : Chapsoul et Vve Barbaroux, 1901.

    2 t., 605 p. : histoire d'Allos.
  • GEAN, Jacky, GIORDANENGO, Jean. A l'ombre du clocher. Histoire d'un pays entre Var et Verdon. Breil-sur-Roya : Les Editions du Cabri, 1997. 207 p. : ill.

    Voir le détail en annexe 3.
  • ACHARD, Claude-François. Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence ancienne et moderne, du Comté-Venaissin, de la principauté d'Orange, du comté de Nice etc. Aix-en-Provence : Pierre-Joseph Calmen, 1788, 2 vol.

    I, 209-210
  • BARATIER, Edouard. La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle. Paris : S.E.V.P.E.N. , 1961, 255 p.

    p. 161
  • Benoît, Fernand. Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone, Alphonse II et Raimond Bérenger V (1196-1245). Collection de textes pour servir à l'histoire de Provence. Monaco : Imprimerie de Monace ; Paris : A. Picard, 1925, 2 tomes, CCLXIX, 496 p.

    p. 297-298 : 1233, à Barcelonnette, le comte Raimond Bérenger V autorise les habitants et les nobles Guillem de Cervières, F. Guis, P. de Laye, G. du Puy (ou de Puget), P. de la Baume et Isnard Raimond, tous chevaliers et seigneurs d'Allos et de Colmars, à créer quatre consuls, un choisi parmi les seigneurs et trois parmi les prud'hommes, le baile du comte devant être le cinquième consul. Le comte se réserve la haute justice, une albergue de 12 deniers par feu, 1500 sols pour les cavalcades et un cens annuel de 500 sols ; p. 486 : 1233/1245, charte de privilèges accordée aux consulats d'Allos, de Colmars et de Beauvezer, donnant en particulier aux prud'hommes d'Allos et de Colmars le droit de créer un notaire.
  • GUERARD, Benjamin, DELISLE Léopold, De WAILLY Natalis. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille. Collection des cartulaires de France, t. VIII, éditeur B. Guérard, Paris : Typographie de Ch. Lahure, 1857, 2 volumes, CLVI-651-945 p.

    n° 765 : 1e moitié 11e siècle, Audibert de Lacoste [de Castellane], sa femme Ermengarde et ses cousins Rostan, Guillem, Pons Enguifré, Guigue, Theurada, Pons Revolta, leurs enfants et petits-enfants, donnent à Saint-Victor la dîme des fromages qui se fabriquent dans les Alpes de Colmars et d'Allos, ainsi que la dîme des poissons pêchés dans le lac Levidone [d'Allos]. Limites : le riou Alcimum (Gorges de Saint-Pierre) jusqu'au Grand Coyer, les lacs de Lignin, le mont Pelens, le Col des Champs, le col de la Cayolle, le mont Talon, le col de Chancelaye (col d'Allos ?), la roche de Séolane, le mont Serdon (Valdemars ?), le mont Reste (Chalufy ?), le col de Chamatte, le ravin de Ganon jusqu'au Verdon (c'est-à-dire exactement les communes actuelles d'Allos, Colmars, Villars-Colmars et Beauvezer).
  • FERAUD, Jean-Joseph-Maxime. Histoire et géographie des Basses-Alpes. Digne : F. Giraud ; 3e éd. revue, corrigée et augmentée, 1890, 529 p. : ill. ; 21 cm.

    Voir le détail en annexe 1.
  • ALIQUOT, Hervé ; DASPET, Maryan. Les Alpes-de-Haute-Provence. Avignon : Aubanel, 1976, 72 p. : ill.

    p. 44 : le village (...) aurait été la capitale de la tribu gauloise des Gallitae. Son sort est lié à celui de la vallée de Barcelonnette, ce qui lui valut d'être bombardé par Lesdiguières en 1591. Puis, en 1690, le village est mis à sac par les troupes de Colmars. Le feu est de sinistre mémoire le premier destructeur d'Allos qui fut brûlé en 1640, 1749, 1764 et 1833.
  • BERARD, Géraldine. Carte archéologique de la Gaule. Les Alpes de Haute-Provence 04, dir. Michel Provost, Paris : Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Ministère de la Culture, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, avec l'Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, 1997.

    Voir le détail en annexe 2.
  • ACHARD, Claude-François. Les communes de Haute-Provence (Extrait du dictionnaire de Claude Achard, 1787). Dans : Annales de Haute-Provence, tome 41, n° 263, 1971, p. 279-281.

    p. 279-281 : l'article "Allos ou Alloz" commence par indiquer la situation du village. Les saints patrons sont Saint Pierre et Saint Paul, les différents bénéfices sont mentionnés, ainsi que les succursales de l'église et les fêtes religieuses. Il donne quelques éléments indiquant l'ancienneté d'Allos. Enfin, il traite du lac d'Allos et des rivières de son territoire.
  • ISNARD, Marie Zéphirin. Etat documentaire et féodal de la Haute-Provence. Digne : imprimerie Vial, 1913, 496 p.

    p. 13 : Sestrière formait une seigneurie à part de celle d'Allos. / Alosium, dans la viguerie de Barcelonnette et le diocèse de Senez, appartenait au domaine des comtes de Provence jusqu'à la fin du XIVè siècle puis des ducs de Savoie jusqu'au traité d'Utrecht (1713). Les archives communales antérieures à 1790 comprennent des délibérations, des livres cadastraux, des registres de la cour consulaire d'Allos, des fonds d'état civil. L'auteur indique également les possesseurs des terres depuis Albert Castellane au XIè siècle jusqu'à Pierre-Benjamin Régis en 1475. Les armoiries de la commune sont : d'argent, à une aile de gueules posée en pal sur un os de sable.
  • CAIRE, Jean. D'un moyen de locomotion à un moyen de vivre : le ski. Dans : Annales de Haute-Provence ; Le Haut-Verdon, n° 306, 1988, 304 p. : ill., p. 114-121.

    p. 114-121
  • LACROIX, Jean-Bernard. Le tourisme d'été. Dans : Annales de Haute-Provence ; Le Haut-Verdon, n° 306, 1988, 304 p. : ill., p. 106-113.

    p. 112 : présentation des débuts du tourisme à Allos.
  • LACROIX, Jean-Bernard. Les grandes dates de l'histoire. Dans : Annales de Haute-Provence ; Le Haut-Verdon, n° 306, 304 p. : ill., p. 6-11.

    p. 6-11 : présentation de l'histoire d'Allos.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Masson-Lautier Maïna - Boscal de Reals Aude