Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

presbytère, puis perception actuellement maison

Dossier IA04001198 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinations perception, maison
Parties constituantes non étudiées étable à chevaux, jardin
Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Barrême
Adresse Commune : Senez
Lieu-dit : Adresse : rue du Chapitre
Cadastre : 1811 E 105 ; 1986 E 128

On ne connaît pas la date de la construction du presbytère. Lors des grandes fêtes et des visites pastorales il accueillait les évêques de Senez qui avaient décidé d'habiter Castellane du fait de l'inconfort du château perché sur la Roche. Monseigneur de Vocance y logea lors de la construction de l'actuel palais épiscopal, et pour payer la dernière traite du palais il obtint du roi l'autorisation de le mettre en vente en 1756. Il fut acquis à cette date par Jean-Henri Achard, docteur en théologie, qui le légua à sa nièce en 1772, Jeanne Achard. Il était la propriété du curé Sage jusqu'en 1817, quand il fut nommé à Moustiers. La commune n'eut pas les moyens financiers de l'acheter avant 1824 grâce à un geste du curé Sage qui consentit à le vendre à bas prix. De 1824 à 1908 les curés se succédèrent dans le presbytère, date à laquelle il devint perception jusqu'en 1919. Entre-temps, en 1889-1891, l'intérieur avait fait l'objet d'un profondément remaniement car le bâtiment menaçait ruine. En 1919 le presbytère fut à nouveau loué au curé, avec un bail de 9 ans moyennant la somme de 120 francs annuels. Le bail fut renouvelé dans les mêmes termes jusqu'en 1960. C’est dans le courant du 20e siècle, et surtout dans la seconde moitié du siècle que les interventions successives extérieures ont été le plus marquées – jusqu’à modifier considérablement l’appréhension du bâtiment d’origine. Ainsi de la lucarne présente sur le plan masse de 1888 dessiné par le sous-ingénieur Tourniaire, qui a disparu. Ou de l'emplacement de la fenêtre au rez-de-chaussée côté rue du Chapitre, qui a été changé. Cette ouverture éclairait encore la cage d'escalier en 1891, laquelle est aujourd'hui aveugle. On a donc muré cette fenêtre et percé le mur en son milieu de façon à apporter cette fois un éclairage supplémentaire à la salle à manger qui ne disposait en 1891 que de la fenêtre donnant sur le jardin. La façade est est quant à elle totalement dénaturée. Les travaux entrepris à la fin du 19e siècle montrent un état encore très proche voire fidèle de celui du cadastre napoléonien : la façade n'était pas encore dégagée mais mitoyenne de plusieurs parcelles donc vraisemblablement aveugle. Les destructions sont intervenues dans le courant du 20e siècle. Dans un premier temps un passage étroit (inférieur à 2 mètres) et en cul-de-sac fut dégagé, donnant accès à une écurie et aux caves. Ce n'est qu'à la fin des années 1980 que le bâtiment faisant face au presbytère sur la place fut détruit et la façade percée des ouvertures actuelles. Le soubassement ne sert plus de cave et moins encore d'écurie : la municipalité y a aménagé au début des années 2000 un espace indépendant du reste de la maison pour le club du village. L'escalier menant au rez-de-chaussée a donc disparu. Aujourd'hui, le presbytère appartient pour partie à la commune (soubassement), pour partie à des particuliers.

Période(s) Principale : 17e siècle , (?)
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

Il s'agit d'une maison avec partie agricole en partie basse seulement. Le bâtiment a subi de profondes transformations, à la fin du 19e siècle pour des réparations importantes mais qui n'ont pas bouleversé la distribution intérieure. Il se présente côté jardin (façade principale exposée à l'ouest) comme une maison ordonnancée à trois travées et fenêtres segmentaires, porte centrale à encadrement en pierre de taille avec entablement et plate-bande très légèrement segmentaire. La façade se déploie sur deux niveaux sous un avant-toit recevant deux rangs de génoise. L'enduit est récent. L’extérieur, d’une manière générale, est fortement dénaturé, comme en témoignent les façades latérales sur la rue du Chapitre mais bien plus encore celle donnant sur la place du Coulet, lesquelles ont fait l'objet de transformations radicales. Ainsi, il n'y a plus de porte ouvrant sur la rue du Chapitre : elle a été modifiée en fenêtre. L’intérieur est davantage préservé. Le rez-de-chaussée surélevé ainsi que l'étage carré n'ont pas été structurellement modifiés et l'escalier tournant menant à l'étage a conservé forme et emplacement. En revanche le soubassement ne sert plus d’écurie ni de cave : il accueille un espace indépendant du reste du bâtiment qui a entraîné la suppression de l’ancien escalier d’accès au rez-de-chaussée surélevé. La maison était dotée d'un confort au-dessus de la moyenne (parti ordonnancé, jardin arboré, vestibule d'entrée, salle à manger, grande cuisine, chambres à l'étages, vastes caves) dû à sa fonction d’accueil de personnalités au village.

Murs calcaire
enduit
Toit tuile creuse
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant, en maçonnerie
Typologies A1 : maison avec partie agricole, artisanale ou commerciale en partie basse
Statut de la propriété propriété privée, []

Références documentaires

Documents d'archives
  • Acte de vente [évêché Senez]. 1756/01/12. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 E 18257.

    f° 456-458. Information historique sur la maison curiale de Senez, propriété de l'évêché jusqu'en janvier 1756.
  • Registre des délibérations du conseil municipal de Senez. 1824/05/13. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E DEP 204/4.

    Séance du 13 mai 1824 : Le presbytère devient bien communal.
  • Bordereau [presbytère de Senez]. Administration des biens communaux (1837-1938)/ Edifices religieux, presbytère (1881-1889). 1889. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 450.

    Bordereau des différentes pièces du dossier relatives aux réparations à effectuer au presbytère de Senez.
  • Registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Senez. 1908/08/09. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : E DEP 204/1.

    Pièce n° 6 : Le presbytère devient bien communal.
  • Pièce n° 6 : Descriptif de l'état du presbytère et des travaux à entreprendre.
  • Devis et cahier des charges relatifs aux travaux de réparation du presbytère de Senez. Administration des biens communaux (1837-1938). Edifices religieux, presbytère (1881-1889). 1888/07/11. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 450.

    Pièce n° 3 : Description des ouvrages à réaliser, des matériaux à employer, des clauses et conditions du devis.
  • Rapport de l'ingénieur ordinaire Tourniaire. Admistration des biens communaux (1837-1938). Edifices religieux, presbytère (1881-1889). 1889/04/29. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 450.

    Rapport de Tourniaire relatant l'adjudication du marché des travaux de réparation du presbytère à Antoine Daumas, avec un rabais de 17 % par rapport au devis estimatif de 2 400 francs. Il est par ailleurs agréé en tant qu'entrepreneur des travaux à effectuer.
  • Titre de propriété. 1772/04/27. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 E 18262.

    Jean-Henri Achard, docteur en théologie, propriétaire jusqu'au 1er mai 1772.
Documents figurés
  • Réparation du presbytère, extrait du plan cadastral. Administration des biens communaux (1837-1938). Edifices religieux, presbytère (1881-1889). 1888/07/11. Dessin à la plume et à l'encre sur calque. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 450.

    Pièce n° 1 : Plan cadastral de la parcelle bâtie du presbytère. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 450
  • Réparation du presbytère, dessins. Administration des biens communaux (1837-1938). Edifices religieux, presbytère (1881-1889). 1889/02/19. Dessin à la plume et à l'encre sur calque. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 450.

    Pièce n° 2 : Plan des caves + Plan du rez-de-chaussée et du jardin.
Bibliographie
  • HERMELIN, Juliette. Senez en Haute-Provence. Chronique d'une cité épiscopale aux 17e-19e siècles. Dans : Cahiers de Salagon, n°7, Les Alpes de Lumière, 2002.

    p. 94-95 : Historique et description du presbytère de Senez.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mosseron Maxence