Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port de l'Estaque

Dossier IA13005954 réalisé en 2015

Fiche

Appellations port de l'Estaque
Destinations port de plaisance
Dénominations port
Aire d'étude et canton Bouches-du-Rhône
Adresse Commune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : l' Estaque
Adresse : ,
Cadastre : 908 M 4 non cadastré, domaine public

Ancien hameau isolé de pêcheurs, l'Estaque est un havre naturel abrité des vents qui servait d'abri marin ou lieu d'escale pour les pêcheurs de la région. Au moins depuis le 18e siècle, les pêcheurs exploitent une madrague, un filet de pêche fixe destiné a la capture des thons, mouillée au milieu de l'anse de l'Estaque. En 1859 la madrague est démontée en raison de la diminution des prises, l'activité de pêche décline. Vers 1890 un port abri est construit dans l'anse de l'Estaque. Fin du 19e siècle, plus de trente bateaux armaient à la sardine avec deux ou trois hommes à bord. Le port de l'Estaque est doté d'une Prud'homie de pêche qui comprend un atelier de teinture des filets de pêche (référence IA13000883). Le port de l'Estaque accueille aussi le poste de chargement des tuiles sur les tartanes pour relier le Vieux-Port (référence IA13005951). Au début du 20e siècle, le port de l'Estaque est directement impacté par les chantiers du port de commerce qui s'étend toujours plus vers le nord : le tunnel du Rove (référence IA13004086) qui relie les bassins de Marseille à l'étang de Berre, le canal littoral dont les digues barrent l'anse de l'Estaque. Au milieu du 20e siècle la construction des quais et jetées du port, l'avènement des bateaux à moteur fait disparaitre le mourre de pouar (la barquette marseillaise d'origine napolitaine) au profit d'embarcations plus légères. La disparition des sardines dans la baie contribue à déplacer l'activité de pêche vers le port de Saumaty à partir de 1976. Depuis l'ancien port de pêche de l'Estaque développe une activité de port de plaisance. Il ne subsiste plus que 3 ou 4 bateaux professionnels de pêche artisanale. Il reste aussi quelques dizaines de barquettes traditionnelles, utilisées aujourd'hui pour le loisir des plaisanciers. Les derniers travaux d'agrandissement datent de 2006 avec l'installation entre le port de plaisance et Saumaty du nouveau port privé Servaux.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates 1890, daté par source
2006, daté par source

Le port de l'Estaque est situé à l'extrémité nord des bassins est du GPMM (Grand Port Maritime de Marseille). Ce port s'étend des bains de l'Estaque jusqu'à Saumaty, sur une surface d'environ 16 ha. C'est un port de plaisance et de pêche d'environ 1500 places, géré par plusieurs clubs nautiques et associations, ainsi que par le GPMM (pour environ 150 places). Il accepte des bateaux avec un faible tirant d'eau (2-3 m). Il est composé de sept bassins de tailles variables, séparés par 3 môles en béton et plusieurs jetées avec appontements flottants à platelage en bois. Le port est protégé par plusieurs structures : les digues du Canal de Marseille au Rhône et les jetées en enrochement. L'approche maritime se fait par la passe nord appelée passe du Phare de l'Estaque, équipée d'un signal d'entrée de port rouge. Le port est équipé d'une vigie (référence IA13001147). Le port est équipé d'une aire de carénage, d'un slipway et de grues (3-6 T). Seul le quai des pêcheurs est accessible au public.

Murs pierre
béton
bois
Statut de la propriété propriété d'un établissement public de l'Etat, propriété du Grand Port Maritime de Marseille ; affecté à Société nautique Estaque-Mourepiane (SNEM) ; Cercle de l'aviron de Marseille (CAM) ; Les Pescadous de l'Estaque (LPE) ; Lou Sard ; ouvert au public
Précisions sur la protection

Atlas des paysages : bassin de Marseille

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Carteron Sophie
Sophie Carteron

Prestataire extérieur du service mer pour l'opération de repérage du patrimoine des ports en 2015.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.