Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

pont suspendu de Saint-Gilles

Dossier IA13004148 réalisé en 2011
Dénominations pont
Aire d'étude et canton bassin du Rhône - Arles ; Saint-Gilles
Hydrographies Petit Rhône (le)
Adresse Commune : Arles
Lieu-dit : Saliers Figarès
Précisions oeuvre située en partie sur le département 30
oeuvre située en partie sur la commune Saint-Gilles

Dès 1878 avaient été entreprises des études pour la construction d'un pont fixe sur le Petit Rhône (Référence : IA13004135) à Saint-Gilles, destiné à remplacer le pont de bateaux existant (Référence : IA13004147), dont on envisageait le transfert. En juin 1880, l’État proposa de financer l'ouvrage pour un tiers. En 1881, un projet de pont en charpente n'était pas retenu et le pont de bateau rétabli. Le chantier du premier pont fixe de Saint-Gilles ne débuta qu'à la fin des années 1880, par l'acquisition de terrains. La société Arnodin, qui avait présenté un premier projet de pont à travée unique en 1885, fut chargée de la construction de l'ouvrage, commencée en mai 1888 et terminée fin octobre 1890. Les épreuves de charges eurent lieu en novembre et le pont fut livré à la circulation le premier décembre suivant. "Une sévère réglementation fixait les conditions de circulation" (Annexe n° 1). Dès 1934, l'augmentation du trafic routier nécessita le renforcement et la transformation de l'ouvrage. Un nouveau pont suspendu (Référence : IA13004149) fut édifié avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1888, daté par source
Auteur(s) Auteur : Société Arnodin,
Société Arnodin

Usine de construction métallique fondée à Châteauneuf-sur-Loire en 1872 par Ferdinand Arnodin (1845-1924). A partir des années 1880, les recherches s'orientent sur le perfectionnement des ponts suspendus (câble à torsion alternative vers 1890). La société est à l'origine de plusieurs ponts à transbordeur entre 1893 et 1910. A la mort de Ferdinand Arnodin en 1924, son beau-fils Gaston Leinekugel Le Cocq partage la direction la direction des Établissements Arnodin avec Georges Arnodin (“ Ets. Ferdinand Arnodin, MM. G.Arnodin et G. Leinekugel Le Cocq, fils et gendre successeurs”). mais en 1937 Gaston Leinekugel Le Cocq emporte la reprise de l'entreprise de Châteauneuf et du nom commercial Arnodin face à son beau-frère. Depuis lors, tous les ponts Arnodin-Leinekugel sortent de Larche, l'usine de Châteauneuf est vendue. La société de Larche prendra l’appellation Arnodin. Elle est devenue depuis une filiale de Baudin Châteauneuf.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribué par source

Le premier pont suspendu de Saint-Gilles, qui se situait à l'emplacement du pont à tablier suspendu actuel (Référence : IA13004052), juste à l'aval de l'ancien pont de bateaux (Référence : IA13004147), était constitué d'une travée principale sur le fleuve d'environ 130 m de portée et d'une travée de rive de près de 27 m en rive gauche. Le tablier, à ossature métallique raidie par des poutres latérales en treillis servant de garde-corps, offrait, sur une largeur totale de 5,82 m, une chaussée de 5,20 m à platelage en bois, à deux voies charretières, et deux petits trottoirs formant chasse-roue. Le tablier portait sur deux piles et une culée unique en rive gauche. Tous ces appuis fondés sur pieux étaient en pierre de taille (bossage pour la culée). La pile-culée de rive droite et la pile sur la rive gauche consistaient en un massif maçonné reliant les bases des deux pylônes aux entrées du pont. Ces pylônes de forme tronconique, d'une vingtaine de mètres de hauteur, en pierre de taille, supportaient la suspension métallique (en fils d'acier à torsion). Cette dernière était constituée de dix câbles porteurs (cinq en amont et cinq en aval) reliés au tablier par des suspentes en fer, que complétaient cinq haubans sur chaque tête. La maison du gardien se trouvait en rive droite, en amont du pont.

Murs métal
fer
acier
bois
pierre maçonnerie bossage
pierre de taille
Typologies pont suspendu à pile unique, TYPO2 pont suspendu
États conservations détruit
Techniques maçonnerie

Repérage iconographique et bibliographique.

Annexes

  • Règlementation concernant la circulation sur le pont suspendu de Saint-Gilles, Nîmes, le 1er décembre 1890.

    Règlementation concernant la circulation , Nîmes, le 1er décembre 1890

    (Tiré de : GRIFFEUILLE, Marie-Françoise. Le pont de Saint-Gilles sur le Rhône. In Le Rhône à son delta, Courrier du Parc Naturel Régional de Camargue, n° 41-42, déc. 1993, p. 2) :

    "Pour le transport des marchandises, on admet 5 chevaux pour une charrette ou un tombereau à deux roues, 8 chevaux pour quatre roues. Mais il ne doit pas y avoir plus de 5 chevaux de file. Pour les personnes, 3 chevaux pour deux roues et 6 pour quatre roues : si la voiture tractée l'est par 5 chevaux ou plus, ne pas s'engager si une voiture semblable est sur la même travée. Si la circulation se fait en file, la distance entre les deux véhicules doit être de 15 mètres. Les chevaux doivent aller au pas : les voituriers ou rouliers devront aller à pied, en tenant les guides. Les conducteurs ou les postillons pourront rester sur leur siège. On ne fera pas passer plus de 80 bœufs ou vaches à la fois, et le passage se fera par bandes séparées de 20 bêtes. Pour le passage de la troupe il faudra rompre le pas. La cavalerie franchira le pont en une seule file".

    Signé : Le Mallier.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Pont d´Arles. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 2S 8/1.

  • Saint-Gilles. Cavalet. Archives départementales du Rhône, Lyon : 3959W 1795.

Documents figurés
  • 2 - SAINT-GILLES-DU-GARD - Le Petit Rhône. /Carte postale, 1ère moitié 20e siècle. Rhône, Givors, Maison du Fleuve Rhône : RON-1280.

  • 51bis SAINT-GILLES - Le Pont du Rhône. Saint-Gilles. /Carte postale, 1ère moitié 20e siècle, Édition Durand. Rhône, Givors, Maison du Fleuve Rhône : RON-1291.

  • 1950 - SAINT-GILLES (Gard) Pont suspendu sur le Rhône. /Carte postale, envoyée en 1911, F.G. Rhône, Givors, Maison du Fleuve Rhône : RON-1288.

  • 14 - Saint-Gilles. - Le Pont du Rhône. /Carte postale, envoyée en 1905. Rhône, Givors, Maison du Fleuve Rhône : RON-1290.

  • Remplacement du pont de bateaux de St Gilles par un pont fixe. Projet d'un pont suspendu métallique et rigide. Plan général. /Dessin, calque, 41 x 31 cm, 1885. Archives départementales de Vaucluse, Avignon : 3 S 202.

  • Élévation générale. Dessin, 1/200, 124,5 x 34 cm, 1888. Tiré de : Pont suspendu de St Gilles sur le Petit Rhône. Construction du tablier et de la suspension. Archives départementales du Gard, Nîmes : 2 S 817.

  • Fig.1 Coupe transversale du tablier. Dessin, 1/200, 150 x 30 cm, 1888. [Extrait de] Pont suspendu de St Gilles sur le Petit Rhône. Assemblage du tablier. Archives départementales du Gard, Nîmes : 2 S 817.

  • Coupe transversale du tablier et tronçon d'élévation. /Dessin, 1/2000, 115 x 31 cm, 1885. Tiré de : Projet de construction d'un pont suspendu métallique et rigide sur le Petit Rhône à St Gilles. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 2 S 9/1.

  • Coupe transversale du tablier. /Dessin, 1/2000, 115 x 31 cm, 1885. Tiré de : Projet de construction d'un pont suspendu métallique et rigide sur le Petit Rhône à St Gilles. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 2 S 9/1.

  • Fig.3 Tronçon de plan : grande et petite travée. /Dessin, 1/200, 150 x 30 cm, 1888. [Extrait de] Pont suspendu de St Gilles sur le Petit Rhône. Assemblage du tablier. Archives départementales du Gard, Nîmes : 2 S 817.

  • Détail de l'assemblage du tablier. Tronçon de demi plan. /Dessin, 1/20, 115 x 31 cm, 1885. Tiré de : Projet de construction d'un pont suspendu métallique et rigide sur le Petit Rhône à St Gilles. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 2 S 9/1.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Havard Isabelle - Decrock Bruno