Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

pont ferroviaire de la Baumasse

Dossier IA13004112 réalisé en 2011
Précision dénomination pont ferroviaire
Appellations pont de chemin de fer de la Baumasse
Dénominations pont
Aire d'étude et canton bassin du Rhône - Martigues-Ouest
Hydrographies Fos à Bouc (canal de)
Adresse Commune : Port-de-Bouc
Lieu-dit : le Pont du Roi, la Baumasse
Cadastre : 2008 0A 696

Les deux ponts ferroviaires - celui étudié ici et le pont proche de la Gare (Référence : IA13004071) - franchissant le canal de navigation de Fos à Bouc (Référence : IA13004106), sur la commune de Port-de-Bouc, permettent le passage de la ligne SNCF desservant la Côte bleue entre Miramas et Marseille-l'Estaque ; plus à l'est, c'est le pont tournant de Martigues, dit viaduc de Caronte (Référence : IA13004081), qui supporte cette voie ferroviaire au-dessus du canal de Caronte (Référence : IA13004127). Cette ligne de chemin de fer a été mise en œuvre par la Compagnie privée des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM), afin de dédoubler la voie classique par le tunnel de la Nerthe. Votée d'utilité publique en juin 1904, sa construction débute en 1908 et la ligne est ouverte en octobre 1915. Cette dernière, ainsi que les ouvrages d'art qui la jalonnent, ont été édifiés sous la conduite de Paul Séjourné, alors ingénieur en chef du service de la construction du PLM. Les constructions métalliques revinrent, selon Roubaud, à la S.A. des Forges de Franche-Comté. D'après Lucien Rimeur, tous les ponts du canal d'Arles à Bouc, y compris les deux ponts ferroviaires de Port-de-Bouc, sont détruits lors de la retraite allemande en août 1944. Le pont de la Baumasse semble avoir été reconstruit à l'identique, tel que le laisse apparaître la coupe produite deux ans auparavant (en 1942) par Thorel (Fig. 2).

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : milieu 20e siècle
Dates 1908, datation par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée dite PLM,
Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée dite PLM

La Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, est désignée aussi par le sigle PLM pour Paris-Lyon-Méditerranée. C'est la principale compagnies ferroviaires privées françaises entre sa création en 1857 par Paulin Talabot (directeur général de 1862 à 1882) et sa nationalisation en 1938, lors de la création de la SNCF. Ses lignes desservent le Sud-Est de la France, et notamment la Côte d’Azur, la Provence, les Cévennes, et les Alpes. La gare parisienne du PLM était la Gare de Lyon, raccordée à la gare Marseille-Saint-Charles depuis 1855 sur son tracé de base : Paris – Lyon – Marseille.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître de l'oeuvre, attribué par travaux historiques
Auteur : Séjourné Paul,
Paul Séjourné (1851 - 1939)

Ingénieur des ponts et chaussées né en 1851 à Orléans et mort en 1939 à Paris. Constructeur de ponts de grande portée en maçonnerie, il démontre l’intérêt de la construction des voûtes par rouleaux successifs et du clavage par tronçons qui modernise la conception des cintres. Il publie entre 1913 et 1916 les six volumes de son traité Grandes voûtes, qui est une synthèse des connaissances sur les ponts en maçonnerie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur
Auteur : Société des Forges de Franche-Comté,
Société des Forges de Franche-Comté

La Société des Hauts Fourneaux Forges et Fonderies de Franche-Comté est constituée le 13 novembre 1854. Elle est dissoute en janvier 1936.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur

Le pont ferroviaire franchissant, le plus en amont, le canal de navigation de Fos-sur-Mer à Port-de-Bouc (Référence : IA13004106), sur la commune de Port-de-Bouc, relie les quartiers du Pont du Roi, en rive gauche, à la Baumasse, en rive droite. Il s'agit d'un pont en poutre droite en treillis métallique à travée unique, de plus de 37 m de portée. Le tablier, constitué de deux poutres principales en T inversé reliées par des entretoises en H (IPN), repose sur des culées en maçonnerie de pierre de taille. Une travée de rive passante est ménagée à l'arrière de la culée de la rive droite. La poutre, structure entièrement rivetée, offre un contreventement supérieur. Le tablier porte deux voies ferrées. Un escalier droit, latéral (contre la pile-culée de la rive droite), en béton armé, permet d'accéder à la passerelle formant trottoir séparé, accolée à l'ouvrage en amont. Ce passage piéton, composé de plaques de métal, est appuyé sur des jambes de force métalliques.

Murs métal
pierre pierre de taille

Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier droit
Typologies pont en poutre en treillis, TYPO2 pont en poutre

Pont ferroviaire franchissant le canal de Fos à Bouc à Port-de-Bouc ; vers la pointe de la Baumasse.

Statut de la propriété propriété d'un établissement public
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Réaménagements de la traversée de Martigues ; pont basculant sur la passe de Ferrières et mur de quai. 1935-1959. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 1937 W 432

Documents figurés
  • Entreprise Lefebvre. La tranchée 16 janvier 1922. / Photographie positive, 1922, dans Mémoire en images. Port-de-Bouc. Cretinon, Charles, Morata, Esteban, Ros, Joseph. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2002.

    p. 24
  • Pont rail métallique biais. Section droite du canal. /Dessin, 62,5 x 15 cm, 1942. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 1937 W 432.

Bibliographie
  • Canat, Gabriel . La ligne de Miramas à l´Estaque. Le viaduc de Caronte. Dans Annales des Ponts et chaussées, 9e série, t. XIII, 1913, janvier-février, n° 27, p. 584-593.

    p. 586
  • Cretinon, Charles, Morata, Esteban, Ros, Joseph. Mémoire en images. Port-de-Bouc. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2002.

  • Cretinon, Charles, Strozzi, Robert. Port-de-Bouc : des origines à nos jours. Aix-en-Provence : Edisud, 2004.

  • RIMEUR, Louis. Notes sur le canal d'Arles à Bouc. Bulletin des Amis du Vieil Arles, n° 43 et n° 44,déc. 1981 et mars 1982, p. 10-14 et p. 12-16.

  • ROUBAUD, Louis. Le chemin de fer de la Côte Bleue vers les plaines de la Crau. [S.l.] : Editions Campanile, 2004.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Havard Isabelle - Decrock Bruno