Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

pont du Roc

Dossier IA04001110 réalisé en 2007

Fiche

Appellations pont du Roc
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
Hydrographies Verdon le
Adresse Commune : Castellane
Lieu-dit : le Roc
Cadastre : 1834 Fu non cadastré ; domaine public ; 1834 C non cadastré ; domaine public ; 1834 B non cadastré ; domaine public ; 2008 AB non cadastré ; domaine public ; 2008 B non cadastré ; domaine public ; 2008 C non cadastré ; domaine public

L'existence d'un pont à cet endroit est très ancienne, peut-être antique. En 1252, une mention d'une maison du pont, c'est-à-dire d'un hospice, nous est connue. Le pont actuel a été construit dans les premières années du 15e siècle par trois maîtres maçons de Moustiers, Jean de Torr, Pierre Serralher et Sauveur Arnaud, associés au charpentier et tailleur de pierre d'Orange Jean Felizo. Les travaux semblent s'être étalés de 1404 à 1407. Le pont du Roc a fait l'objet, à de très nombreuses reprises, de travaux de consolidation. Les archives gardent la trace de l'intervention, à partir de 1697, de Laurent Vallon, architecte des États de Provence, qui renforce l'arche au moyen de 14 barres de fer, sept de ces barres étant fixées sous l'intrados de la voûte, et les sept autres sous les pavés du chemin porté. Les réparations et reprises de maçonnerie se sont probablement multipliées aux 18e et 19e siècles. Plusieurs dessins, des 18e et 19e siècles, montrent le pont avec, en rive gauche, un petit édicule muni d'archère qui en contrôle l'accès. En 1928, une canalisation conduisant la source de Robion à la ville de Castellane a été fixée au pied du parapet, côté amont. Quatre contreforts en moellons de maçonnerie ont été construits côté aval, rive gauche, dans le milieu du 20e siècle. Dans le 4e quart du 20e siècle, d'importants travaux sont encore réalisés : installation de tirants métalliques imposants, en acier, dont les clés forment de grands triangles et des croix, grandes ou petites. D'autres tirants ont été adjoints en 2008. Le pont a été déclassé en 1982 et remplacé par un nouvel ouvrage construit quelques mètres en aval.

Période(s) Principale : 1er quart 15e siècle
Secondaire : 4e quart 17e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1404, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : de Torr Jean, maître maçon, attribution par source
Auteur : Serralher Pierre, maître maçon, attribution par source
Auteur : Sauveur Arnaud, maître maçon, attribution par source
Auteur : Felizo, Jean, charpentier, attribution par source
Auteur : Vallon Laurent II ,
Laurent II Vallon (1652 - 1724)

Occupe le poste d’architecte de la ville puis de la province d’Aix-en-Provence. Il a construit de nombreux édifices notamment à Aix (églises, hôtels particuliers) ainsi qu'un grand nombre de ponts dans toute la province.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le pont du Roc est constitué d'une seule arche fortement surbaissée pour le Moyen Âge (34 m de portée pour environ 15 m de hauteur sous clé) à laquelle donnent accès des culées maçonnées. Il forme un dos d'âne très marqué. Sa longueur totale est de 43 m. L'arche est à double rangée de claveaux, toutes deux parfaitement extradossées. Les pierres de taille de la première ont un très large lit, qui tranche fortement avec celui des pierres de la seconde, deux à trois fois moins hautes, et légèrement en saillie. Le pont porte de très nombreuses marques de reprises de maçonnerie. Les parties les plus anciennes, en pierres de taille de moyen appareil, ont un parement à bossages. Elles sont encore visibles de part et d'autres dans les parties basses des écoinçons, jusqu'au rein de l'arche. Le reste est une accumulation de reprises de maçonnerie plus ou moins assisées, avec des moellons de tailles variées. Le système de tirants métalliques imaginé par Laurent Vallon a été maintenu et modernisé.

Murs calcaire
moellon
pierre de taille

Ce pont est le plus ancien du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var. Il a en outre pour particularité d'être remarquablement documenté.

Statut de la propriété propriété publique, []
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • Teneur du devis de la réparation du pont de Castellane sur la rivière du Verdon pour être exécuté conformément au profil qui sera remis aux entrepreneurs

    Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : C 46. 5 août 1697. Laurent II Vallon.

    Ledit pont sera promptement réparé attendu que les simonces d'icelluy sont séparées du corps de l'arcade cinq desdites simonces étant tombées et le restant menaçant une entière ruine attendu les grosses fentes qui sont auxdites simonces comme il parait par le profil.

    Pour empêcher que lesdites simonces ne se séparent pas qu'elles sont a présent il doit être mis quatorze barres de fer du calibre qui sera marqué cy après savoir sept d'icelles seront mises au dessus de la fausse voute la place desquelles sera faite dans la maçonnerie ou pierre freiau au dessous du pavé dud. pont, lesquelles barres auront un trou à chaque bout soudé de champ ou dos et renversée sur le plat pour celles qui seront au dessus de l'arcade lesquels trous serviront pour y mettre une clavette de chaque côté lesquelles auront une tête au dessus et de l'autre bout il y aura un trou pour y mettre une grosse goupelle reblée afin de soutenir les barres traversières du dessous auxquelles sera mis un crampon a chacun au dessous du milieu de lad. arcade.

    A travers lesdites clavettes sera mis une barre de fer enchâssée dans les simonces lesquelles barres seront de trois pans longueur faisant la croix avec lesdites clavettes afin de prendre beaucoup de simonces pour éviter qu'icelle ne puissent pas se séparer davantage du milieu de ladite arcade toute laquelle ferremente sera peinte ou barbouillée avec une couleur et huile de noix pour empêcher la rouille.

    Après que lesdites clavettes seront mises en place il sera rapporté cinq pièces de pierre fréiau à la simonce de la fuite de l'eau à la place de celles qui sont venues en ruine la place desquelles sera faite pour les bien joindre de la hauteur des autres simonces avec un crampon de chacune pomblé [plombé ?] avec la fausse voute toutes les fentes et crevasses desd. simonces seront bouchées avec du plâtre mêlé avec du mortier bien gras et à l'égard de celle qui seront brisées il y sera rapporté de pièces avec un bon engraissement au dessus afin qu'elles ne puissent pas se séparer de l'endroit ou elles seront rapportées, les parapets seront réparés et le pavé rétabli à la place de celui qui avait démoli à l'endroit où auront été mises les barres de fer pour serrer led. pont et les murailles percées ou celles qui sont en mauvais état sont seront réparés.

    Le chemin depuis la ville jusqu'au pont ayant été trouvé en bon état n'a besoin d'aucune réparation.

    Les entrepreneurs fourniront tous les attraites et matériaux nécessaires pour faire la réparation dud. pont savoir ferrements pierres, chaux, sable, plâtre, bois et cordage pour leurs échafauds, mains de maitre et manœuvre et généralement tout ce qui sera nécessaire pour faire la susdite réparation ayant été estimée à la somme de onze cent quatre vingt cinq livres.

    fait a Castellane le cinquième d'août mil six cent quatre vingt dix

    Grassy, consul

    Clain, procureur du pays

    [Pierre freiau = pierre dure ; simonce = claveau de l’arc de tête]

    gavin

    L. Vallon

    Revest greffier

Références documentaires

Documents d'archives
  • Minutes de Louis Lambert, notaire à Digne. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 E 14054.

    Jean Felizo est le maître d'oeuvre du pont.
  • Laurent II Vallon. Devis de réparation du pont de Castellane. 5 août 1697. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : C 46.

    Installation de puissants tirants de fer pour consolider le pont. Voir annexe.
  • Registre des délibérations des États de Provence. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence : C 56.

    fol. 107. Année 1697. Enchères de la réparation du pont de Castellane sur la rivière du verdon, sur le pied de 1185 livres. N'y ayant eu qu'une offre d'un rabais de vingt livres de quoy l'assemblée ayant connaissance elle déliberera ainsy qu'elle trouvera a propos. Sur quoy l'assemblée informée de la nécessité qu'il y a de faire réparer promptement led. pont pour en éviter la ruine entière a délibéré que messieurs les procureurs du pays après deux enchères qu'ils en fairont encore faire passeront la délivrance du prix fait ainsi et aux meilleurs conditions qu'ils arriveront.
  • Commune de Castellane. Projet d'adduction d'eau potable. Traversée du Verdon. Traversée du Pont du Roc. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 93.

    Le plan et les coupes du pont du Roc sont dressés par l'ingénieur chargé d'études Salomon et l'ingénieur du Génie rural Dargeou le 10 juin 1928 dans le cadre d'un projet d'adduction d'eau potable à Castellane. Il s'agit d'amener les eaux de la source de Robion à la ville, qui utilisait jusque là celles de la source Sainte-Brigitte. Dans la pièce relative à la traversée du Verdon, les ingénieurs ont reproduit le plan, l'élévation (échelle de 1/100) et la coupe (échelle de 1/50) du pont, lequel est longé par la conduite d'alimentation.
Documents figurés
  • Profil du pon de Castelane. Document signé par Laurent II Vallon daté du 6 août 1697. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : C 46.

  • Pont de Castellane, Basses-Alpes. Lavis à l'encre brune dans : Recueil. Topographie de la France, 19e siècle. Bibliothèque nationale de France : Va-04.

Bibliographie
  • Mesqui, Jean. Le pont en France avant le temps des ingénieurs. - Paris : Picard, 1986, 303 p.

    p. 32, 112 et 191 : le pont du Roc du 13e siècle fit l'objet d'un financement charitable. Celui du 15e d'une indulgence papale en 1404.
  • Bailhache Georges. Note sur la reconstruction du pont du Roc à Castellane au début du XVe siècle. Dans : Bulletin de la Société scientifique et littéraire des Basses-Alpes n° 179, 1941, p. 181-190.

  • Gillyboeuf Gabriel. L'histoire mouvementée du pont du Roc. Dans : Annales de Haute-Provence, n° 294, 1982.

  • Mesqui, Jean. Parements à bossage dans la fortification et le génie civil en France au Moyen Âge. Dans : Études de castellologie médiévale, XIII, acte du colloque international tenu à Wageningen, 31 août - 6 septembre 1986, 1987, p. 97-126.

  • Auran, Philippe, Barruol, Guy et Ursch, Jacqueline. D'une rive à l'autre, Les Alpes de lumières n° 113, 2006, 143 p.

    p. 63-64 : Eléments d'histoire du pont du Roc, qui fut construit vers 1404-1407 par trois maîtres maçons de Moustiers, Jean de Torr, Pierre Serralher et Sauveur Arnaud, associés au charpentier et tailleur de pierre d'Orange Jean Felizo.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud