Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

pont des Arméniers ou des Arméniens, dit encore pont de Sorgues

Dossier IA84000917 réalisé en 2011

Fiche

Appellations pont des Arméniers (ou des Arméniens), pont de Sorgues
Dénominations pont
Aire d'étude et canton bassin du Rhône - Bédarrides
Hydrographies Rhône (bras du) dit des Arméniers
Adresse Commune : Sorgues
Lieu-dit : île d' Oiselet, Château d'Oiselet
Adresse : chemin de la Lionne , chemin d' Oiselet , chemin d' Oiselay
Cadastre : 2008 AH, ER non cadastré ; domaine public

Le bac à traille de l'Oiselet (Référence : IA84000939) qui assurait, en aval du bras des Arméniers (Référence : IA84000947), une des dessertes de l'île d'Oiselet (commune de Sorgues), en raison des difficultés occasionnées par ce mode de transport (lenteur, irrégularité du service soumis aux aléas du fleuve), ne satisfaisait plus aux habitants et aux détenteurs de domaines agricoles sur l'île. Ces derniers font la demande d'établissement d'un pont dont les avantages sont énumérés dans une pétition dressée en mai 1913 par Benoît Reboul. La Première Guerre mondiale interrompt le projet qui reprend au début des années 1920, lorsque des propriétaires îliens obtiennent l'autorisation, dont ils avaient fait la demande en novembre 1922, de créer une association syndicale libre destinée à présenter un projet de pont pour accéder à l'île d'Oiselet. Des fonds sont récoltés et un permis de construire est déposé le 28 janvier 1925. Les travaux de maçonnerie et de terrassement confiés à l'entreprise Bourelly de Montfavet (Avignon) sont terminés dès février 1926. L'ingénieur-constructeur lyonnais L. Backès est chargé des parties métalliques (tablier et suspension). Le pont qui constitue une véritable prouesse technique à l'époque de sa réalisation est inauguré le 16 septembre 1926 ; il aura coûté 600.000 F. La gestion de l'ouvrage étant devenue trop lourde pour les îliens, ces derniers réussissent après maintes démarches à faire classer le pont, en 1948 ou en 1950, dans le domaine public communal. En 1975, la municipalité de Sorgues fait interdire la circulation sur le pont devenu vétuste et lui substitue, en aval, un passage routier submersible (Référence : RA84000020). A sa demande, le pont, labellisé "Patrimoine du XXe siècle" en 2000, est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 2001 (arrêté du 5 novembre).

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1925, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Association du Pont de l'île d'Oiselet,
Association du Pont de l'île d'Oiselet
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître d'oeuvre, attribué par source, attribué par travaux historiques
Auteur : Backès L., ingénieur, entrepreneur
Auteur : Bourelly, entrepreneur
Personnalité : Reboul Benoît, promoteur

Le pont des Arméniers permet de franchir le bras du même nom (Référence : IA84000947) à l'ouest de la commune de Sorgues. Perpendiculaire au chemin de la Lionne, qui longe le fleuve en rive gauche, le pont se situe au débouché du chemin d'Oiselet sur cette rive et le relie au chemin d'Oiselay sur l'île d'Oiselet qu'il dessert en rive droite. Il se trouve à quelques dizaines de mètres en amont du bac à traille d'Oiselet (Référence : IA84000939) qu'il est destiné à remplacer. Approximativement à l'emplacement de cet ancien bac a été établi le passage submersible (Référence : RA84000020) auquel le pont a été substitué. Il s'agit d'un ouvrage suspendu semi-rigide à travée unique de 157,50 m de portée entre le parement des culées. Les pylônes en béton érigés sur les rives, sur les culées en béton, sont d'une hauteur de plus de 18 m. Ils supportent la suspension à câbles métalliques retenant le tablier à ossature de même matériau, par le biais de suspentes et de haubans. Les câbles de retenue sont ancrés dans des massifs en béton sur les berges. La chaussée offre une unique voie charretière de 2,30 m de large et deux trottoirs de 0,50 m chacun bordés d'un garde-corps métallique d'un peu plus d'1 m de haut. Constituée de madriers de chêne, elle était revêtue d'un platelage en planches de sapin alors que les trottoirs montrent toujours un platelage métallique. Le pont autorisait le passage d'un seul véhicule à la fois ; son accès était interdit aux camions de plus de six tonnes.

Murs béton
métal
bois
Typologies pont suspendu à travée unique, TYPO2 pont suspendu
États conservations désaffecté, menacé

Pont suspendu franchissant le bras des Arméniers à Sorgues (84), desservant l'île d'Oiselet (anciennement île d'Oiselay). Propriété : commune de Sorgues (base CNR-Oasis).

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 2001/11/05
Précisions sur la protection

Le pont suspendu situé sur le bras du Rhône dit bras des Arméniers en totalité, y compris les rampes d'accès et les massifs d'ancrage des câbles (cad. non cadastré, à la limite des sections AH, EI et ER) : inscription par arrêté du 5 novembre 2001.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Havard Isabelle - Decrock Bruno