Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont d'Issole

Dossier IA04001121 réalisé en 2008

Fiche

Appellations pont d'Issole
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
Hydrographies Issole l'
Adresse Commune : Saint-André-les-Alpes
Lieu-dit : Champ-Tarras
Cadastre : 1838 D non cadastré ; 1983 E non cadastré domaine public
Précisions oeuvre située en partie sur la commune La Mure-Argens

Alexandre Vallon, ingénieur des États de Provence, établit le devis de ce pont en octobre 1763. Le chantier est réalisé en 1765 par Féraud, entrepreneur de Fayence, pour un montant de 13 300 livres tournois. Peu avant son achèvement, le pont a été en grande partie emporté lors d'un orage, ce qui a entraîné quelques hésitations sur d'éventuelles modifications à apporter au devis initial pour sa réparation. Un mur, d'environ 90 mètres de longueur, a été ajouté en 1770 en amont du pont, sur la rive droite, pour empêcher les hautes eaux de sortir du lit de la rivière à cet endroit. Le relevé du cadastre napoléonien laisse penser qu'un oratoire se trouvait sur le pont en 1838. Ce dernier a été le seul moyen de franchir l’Issole en bordure du Verdon pendant plus de deux siècles. Il est caractéristique des nombreux ponts construits à la fin de l’Ancien Régime en Haute-Provence, même s’il a été modifié, probablement au cours du 19e siècle, par l’ajout d'une longue rampe d'accès sur la rive droite, ce qui a atténué la ligne en dos d'âne fortement marquée du dessin d'origine. Il n’a été déclassé qu’au moment de la construction de l’ouvrage situé une cinquantaine de mètres plus au sud, dans le cadre des travaux établissant la déviation de Saint-André (ca 1983).

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1765, porte la date, daté par source
Auteur(s) Auteur : Féraud,
Féraud

Féraud, entrepreneur à Fayence dans la 2e moitié du 18e siècle. Construit le pont d'Issole à Saint-André-les-Alpes en 1765.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Vallon Laurent-Alexandre,
Laurent-Alexandre Vallon (1718 - 1769)

Fils de Georges Vallon. Architecte de la ville d'Aix-en-Provence et de la province.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur de la province, attribution par source

Le pont sur l'Issole est constitué d'une seule arche en anse de panier de 16 mètres de portée et de 3,5 mètres de large. Il s'appuie sur des massifs en maçonnerie de trois assises de pierres de taille de grand appareil. Sur ces massifs sont fondées les culées et les ailes qui évasent l'accès au pont. L'arc développe un premier rang de claveaux, en pierres de taille, irrégulièrement extradossé, et un second, en moellons très fins et équarris, qui est aujourd'hui partiel puisqu'il est lacunaire sur une longueur d'environ 2 mètres à la clé, mais qui devait être complet à l'origine (le devis mentionne : il sera fait une fausse voûte de deux pans d'épaisseur, réduite à un pan et demi à la clé). Le reste est en blocage de moellons. Les clés amont et aval sont saillantes. Sur la clé aval est inscrite la date 1765. L'ancienne ligne du pont est encore très lisible côté rive gauche à la jonction de la maçonnerie du 18e siècle et de celle de la rampe d'accès.

Murs calcaire
fer
pierre de taille
moellon
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Devis du pont sur la rivière d’Issole entre les terroirs de Saint-André et de la Mure sur la route de Castellane et Colmars , fait ensuite des ordres de messieurs les procureurs du pays.

    Transcription du devis du pont sur la rivière d'Issole, par Laurent II Vallon. 1763/10/22. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : C 46.

    Ce pont aura deux canes largeur d’une simonce à l’autre, il sera placé à l’extrémité supérieure de la terre de Pierre Honorat terroir de la mure qui forme rive de douze pans environ de hauteur, et l’on mettra toute l’épaisseur de la culée dans la terre, au moyen de quoi l’ouverture de l’arche affleurera la dite rive.

    La dite arche aura huit canes quatre pans diamètre, et par là on établira dans le gravier la culée du coté de st André.

    La naissance de cette arche commencera à quatre pans sous la superficie du gravier, le surbaissement sera de douze pans et demi, fait en avale au trait du jardinier ; ce qui donnera vint un pans demi de hauteur perpendiculaire depuis la naissance jusque sous la clef.

    Les culées ou piédroits auront chacun vint deux pans épaisseur au mid [?] et ils seront montés à plomb, a l’arasement de la fausse voute en suivant la pente du pont.

    Il sera fait quatre ailes au dit pont. Celle en avant du coté de st André aura dix canes longueur jusqu’au rivage ; elle servira d’avenue au pont ; et aura un parapet en pente d’un pan par canne, servant au chemin, l’épaisseur de la dite aile sera de huit pans au niveau de la naissance de l’arche, et sera réduite a six pans sous le parapet.

    Les trois autres ailes seront de vingt pans longueur chacune six pans épaisseur au niveau de la naissance de l’arche, et seront réduites a quatre pans au sommet ; elles seront faites un peu en biaisant. Celle en arrière du côté de la Mure sera alignée au confluant d’Issole au Verdon, et l’on coupera le coude du susdit pierre Honorat en suivant cet alignement. La hauteur des dites ailes attenant le pont ira jusqu’à la clef, et continuera en rampe vers l’autre extrémité qui ne sera montée qu’a une canne au-dessus de la naissance de l’arche. La couverture des ailes sera en grosse pierres bien jointées uniment et formant l’épaisseur.

    Les fondations de la culées et ailes du coté de st André seront creusées jusqu’à douze pas profondeur à compter de la superficie des basses eaux de l’été ; ensuite de quoi il sera fait un pilotage et grillage en bois de chêne, ou de pin; chaque pilot de huit à neuf pouces diamètre au gros bout, armé d’une lardoire de fer de sept à huit livres, espacés de dix pouces de vide; et de longueur suffisante pour être battus a refus d’un montant de dix quintaux, en les couronnant d’un cercle de fer. Ils seront ensuite recepés et arasées bien de niveau.

    Le grillage en pièces d’un pan largeur sur six pouces hauteur bien assemblé à mi-bois et clouées ensemble et au-dessus de chaque pilot aux chevilles de fer de douze pouces longueur. Ce pilotage formera au-delà du [?] un empâtement d’un pan tout autour de chaque fondation. Les cellules de grillage seront bâties et arasées pour former une superficie unie sur laquelle sera posée la première assise. Les fondations de la culée et ailes du côté de la Mure seront creusées et établies sur la ferme.

    La première assise des fondations des dites culées et ailes sera établie de niveau en gros quartiers de pierre taillée uniment aux joins et lits de dessous. Les flancs de chaque culée, de même que la face et retour de chaque aile seront incrustées de pierres de taille de deux à trois pans de queue avec boutisses de quatre pans de queue espacées de canne en canne, le tout avec retraites d’une pierre à chaque assise. Cette incrustation aura lieu depuis le fond des fondations jusqu’à quatre pans au-dessus du niveau de la naissance de l’arche.

    Les voussoirs de l’arche auront trois pans un huitième d’extrados. Les reins ou épaulement seront en maçonnerie et il sera fait une fausse voute de deux pas épaisseurs, réduite a un pan et demi à la clef.

    Sur la voute sera mis un pan et demi épaisseur sable et petit gravier, et fait ensuite un pavé jusqu’au bout des culées, en deux revers, formant ruisseau au milieu ; et sur toute cette longueur sera mis un parapet de chaque côté de deux pans épaisseur, trois pans hauteur, couvert de grosses pierre posé de champ, formant l’épaisseur.

    La pente du pont sera d’un pan par canne de chaque côté ; et après la récepte il sera pourvu par un devis particulier aux chemins d’avenue du pont.

    Tous les dits ouvrages seront faits en bon mortier et suivant les règles de l’art, bons et de récepte ; et l’entrepreneur fournira généralement tout ce qui sera nécessaire pour leur construction et perfection moyennant la somme de treize mille trois cents livres, cy 13300.

    La communauté de st André fournissant les bois du pilotage et grillage et à l’avenir elle sera tenu d’entretenir son bord au-dessus du pont pour empêcher qu’il ne puisse être tourné supérieurement par les eaux de la rivière ; ce qui le rendrait inutile.

    Le dit entrepreneur sera tenu de rapporter des certificats des consuls des comités, de la profondeur et qualité des fondations, du pilotage et grillage en détail, de la longueur des queues des pierre de taille, de l’extrados des voussoirs, de la maçonnerie des reins de l’arasement des culées, et de la fausse voute.

    Ladite somme ci-dessus sera payée à fur et mesure de travail, en faisant néanmoins mille livres d’ouvrage d’avance, et continuant cette avance jusqu’au bout de cinq ans d’entretien à compter de la première récepte, et au bout de cinq ans il en sera fait une seconde et pendant ce temps de cinq ans le dit entrepreneur aura pour tout salaire, l’intérêt des derniers mille livres au quatre pour cent.

    Fait à Aix le vint deux octobre mil sept cent soixante-trois.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Devis du pont sur la rivière d'Issole, par Laurent II Vallon. 1763/10/22. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : C 46.

    Devis de construction du pont
  • Rapport des consuls à la suite d'un violent orage. 1765/09/24. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : C 46.

  • Répartition des ponts et chemins du 6 juin 1766. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence : C 554.

    Viguerie de Castellane : construction d'un pont sur l'Issole. prix fait par contrat du 29/10/1764 par Antoine Ferraud, architecte de Fayence, pour 13200 livres.
Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Saint-André-les-Alpes. 1838. / Dessin à l'encre. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 073 / 001 à 028. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : AC 170 001 à AC 170 031 et 105 Fi 173 21.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud