Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
maison d'architecte (villa) dite Villa Aublé

peintures monumentales (décor intérieur)

Dossier IM83001990 réalisé en 2003

Fiche

Dénominations peinture monumentale
Aire d'étude et canton Saint-Raphaël - Saint-Raphaël
Adresse Commune : Saint-Raphaël
Lieu-dit : Notre-Dame
Adresse : 152 avenue du Maréchal-Lyautey
Emplacement dans l'édifice rez-de-chaussée
étage

Les peintures monumentales antiquisantes de la Villa Aublé sont signées de Pierre Aublé lui-même et datées 1879, 1882, 1883, 1885. Des peintures d'inspiration pompéienne datées 1881 décorent la Villa Janszen, également située au quartier Notre-Dame. Les personnages féminins allégoriques se retrouvent dans plusieurs réalisations de Pierre Aublé : la Villa Call (IM83001840), la Villa Janszen (IM83001854) et un pavillon de jardin à Santa-Lucia. Dans ce dernier cas elles ont à présent disparu (non étudiées).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1879
1882
1883
1885
Auteur(s) Auteur : Aublé Pierre,
Pierre Aublé (1842 - 1925)

La famille de l'architecte Pierre Aublé est originaire du Lyonnais. Son père, employé des Messageries Maritimes de Rhodes avait épousé une Grecque, Marie Clidion. Pierre nait à Rhodes en 1842. Après des études à l’École Polytechnique de Lyon, il travaille comme ingénieur en Turquie à partir de 1869, puis à Saint-Raphaël à partir de 1879, appelé par Félix Martin. Aublé et Martin s’étaient connus lors de leurs études communes à l’École Polytechnique. Ils s’étaient aussi retrouvés en Turquie, lors d’un voyage d’étude de Félix Martin. En 1879, l’architecte de la ville est déjà un Lyonnais, Laurent Vianay. La première grande réalisation de Pierre Aublé est Le Grand Hôtel, à Notre-Dame, premier « palace » de Saint-Raphaël. En 1882, ce sera l’Hôtel Beau-Rivage (détruit), puis en 1882 et 1883, deux édifices d’enseignement, le pensionnat de jeunes filles de Valescure et le collège de garçons de Boulouris. Le grand chantier d’Aublé, c’est la nouvelle église paroissiale Notre-Dame-de-la-Victoire, de 1883 à 1887. Son agence compte alors 20 employés. Il construit dans le même temps une soixantaine de villas à Notre-Dame, Valescure, ou Les Cazeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre

Le décor peint étudié orne le plafond d'une pièce du rez-de-chaussée, les murs et les plafonds du vestibule, des couloirs et de certaines pièces de l'étage noble.

Catégories peinture murale
Matériaux enduit, support, peint
Précision dimensions

dimensions non prises

Iconographies figure, assis, allégorie, femme, en pied, attribut, rouleau, étui, art de l'architecture, attribut, compas, équerre, maquette), livre, couronne de laurier, femme
dais, sphinx : socle, colonne : ordre ionique : feuille, dragon
ciel, balustrade, frise : à fleurs
bouquet : fleur
putti : armoiries : gerbe : blé
Précision représentations

Les peintures du vestibule, dans le renfoncement de la porte, à gauche, sont d'inspiration pompéienne. Sur la partie inférieure des murs, se détachent, sur un fond noir, un trophée avec un livre, à gauche, et une couronne de laurier, à droite. Au-dessus, sur des panneaux rouges, sont dessinées au trait noir, deux figures allégoriques. Celle de gauche tient un rouleau et son étui. Celle de droite, figure vraisemblablement l'Architecture. Elle tient entre autres une maquette de la villa. Au-dessus de la porte, un petit panneau présente sur fond noir, une femme assise sur un siège. Deux putti guerriers déposent quelque chose à ses pieds. Le registre supérieur est haut d'environ 80 centimètres. Des dais architecturaux et une statue, en trompe-l’œil, animent la peinture. Le plafond est à motifs floraux. On retrouve un décor pompéien à dominante rouge foncé et motifs dorés au fond du couloir. Le soubassement du mur est à fond noir sur environ un mètre de hauteur, avec au centre une couronne végétale. Au-dessus, un sphinx sur un socle est exposé sous un dais. Au-dessus des deux portes, des panneaux de couleur ocre présentent des putti ailés. Des colonnes ioniques montent jusqu'au plafond, également de couleur ocre, sur lequel se détache un motif plus clair figurant un dragon. Le plafond de la pièce sud-est est paré d'un décor de plan carré représentant un ciel clair délimité par une balustrade en trompe-l’œil en grisaille. Il est entouré d'une frise à fleurs, de couleurs plus soutenues, d'inspiration Art Nouveau. Le plafond de la pièce nord-est est compartimenté en deux panneaux, l'un orné d'une colombe tenant une marguerite et un épi de blé sur un fond de ciel circulaire, l'autre, de plan rectangulaire, orné d'un bouquet de fleur. Au rez-de-chaussée, la pièce sud-ouest a un plafond peint dans des tons clairs. Au centre, deux putti tiennent des armoiries à trois gerbes de blé.

Inscriptions & marques signature, peint, sur l'oeuvre, grec, français
date, peint, sur l'oeuvre
inscription, peint, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Sur le plafond du vestibule, signature en lettres grecques et date : P. Aublé 1883. Sur le plafond du rez-de-chaussée, signature et dates : Pierre Aublé 1879, 1882, 1885. Dans le couloir, les puttis tiennent des cartouches portant des inscriptions : SALVE, PAX.

États conservations oeuvre restaurée
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève