Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

parfumerie J. Méro, puis école d'agriculture dite ferme école de la Paoute, puis hospice, puis centre équestre, actuellement golf de Saint-Donat

Dossier IA06001595 réalisé en 2008

Fiche

  • Vue à partir du sud.
    Vue à partir du sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • aqueduc
    • logement patronal
    • puits

Dossiers de synthèse

Appellations parfumerie J. Méro, puis école d'agriculture de la Paoute, puis centre équestre, puis golf de Saint-Donat
Destinations golf
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, aqueduc, logement patronal, puits
Dénominations parfumerie, école d'agriculture, hospice
Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Grasse
Adresse Commune : Grasse
Lieu-dit : quartier de la Paoute, quartier du Plan
Adresse : 270 route de Cannes
Cadastre : 2006 EH 341
Précisions oeuvre située en partie sur la commune Mouans-Sartoux

J. D. Méro, installé à son compte depuis le début des années 1830, achète en 1851 une vaste exploitation agricole de plusieurs hectares. Celle-ci se trouve à la limite de la commune de Grasse et de Mouans-Sartoux. Le site comprend alors une maison de maître, des bâtiments d'exploitation et dépendances. Le nouveau propriétaire semble y privilégier d'emblée la production en grand de plantes à parfums. On peut supposer que cette production permet d'approvisionner en matières premières sa société de parfumerie. Il dote aussi la propriété d'ateliers de parfumerie, sans doute dans un bâtiment qu'il a fait construire pour cet usage. A partir des années 1856-1857, l'exploitation est mieux irriguée grâce à un important aqueduc que J. D. Méro a fait édifier. Cet ouvrage alimentait également directement les ateliers de parfumerie de l'exploitation. En 1862, J. Méro transforme, avec l'aide de l'Etat, son domaine en une ferme école, destinée à former des élèves à la culture des fleurs. La fabrique de parfumerie du site est agrandie pour accueillir les dortoirs et les salles de classe. Cette nouvelle institution ne survit pas à son fondateur et directeur, J. D. Méro. En effet, à la difficulté croissante de trouver de nouvelles recrues s'ajoutent les restrictions des aides financières de l'Etat. L'établissement est définitivement fermé par un arrêté du ministère de l'agriculture de 1875. Suivant les dispositions testamentaires de J. D. Méro, mort en 1874, et qui avait envisagé cette fermeture, la fabrique est transformée en asile pour personnes âgées. Seule l'exploitation de plantes à parfums semble se poursuivre encore quelques années. Bien plus tard, le site accueille un centre hippique (années 1960). Depuis les années 1990, l'ensemble du domaine a été transformé en golf : Golf de Saint-Donat.

Période(s) Principale : Temps modernes , (?)
Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : ,
Personnalité : Méro Joseph Donat, commanditaire, attribution par source

Le domaine de la Paoute comprend trois ensembles bâtis anciens : l'ancienne maison de maître toujours habitée, avec sa chapelle, une ancienne ferme aujourd'hui abandonnée et située à proximité de la maison de maître, à la limite nord de la propriété. Au sud du domaine, située au coeur des parcours de golf, à côté du restaurant récemment construit, se trouve l'ancienne ferme école aujourd'hui en très mauvais état de conservation. Il s'agit d'un édifice en U ouvert à l'est. Les deux ailes, assez similaires comprennent trois niveaux. Les toitures à longs pans sont montées sur des charpentes en bois. Les pignons est des deux ailes forment des frontons délimités horizontalement par une génoise. La couverture en partie manquante est en tuiles creuses. La structure de cet édifice est homogène : maçonnerie de moellons apparents de tailles et nature semblables. L'édifice est directement relié par l'aile nord à un aqueduc en pierres aujourd'hui hors d'usage et qui devait alimenter les différentes installations industrielles, dont les alambics. L'accès à la cour intérieure s'effectuait par un portail situé contre l'aile sud, ménagé dans un mur de clôture en partie effondré. La forme générale du bâtiment renvoi clairement à un édifice de type dortoir ou logements d'ouvriers agricoles. Au sud, l'ancienne ferme école est précédée d'un ensemble de vestiges de petites structures ou dépendances dont un puits et des restes de bassins.

Murs calcaire
moellon
Toit tuile creuse
Étages 2 étages carrés
Couvertures toit à longs pans
Énergies énergie thermique
produite sur place
États conservations établissement industriel désaffecté, menacé

premier site industriel aménagé dans la campagne grassoise, loin du centre ville ; seul site relié à un aqueduc ; seul site du 19e siècle destiné à la formation professionnelle dans le domaine de la parfumerie (cultures florales et premières transformations industrielles des matières premières)

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • [Parfumerie J. Méro, puis golf de Saint-Donat. Transcription du bail]. 20/06/1836. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03Q03185.

    Transcription (folio 194) du bail par lequel P. Templier loue à MM. Méro et Currault une partie d'un bien immobilier situé à Grasse rue de l'oratoire : première mention de la société de parfumerie Méro.
  • [Acte de vente de la propriété de la Paoute]. 26/07/1851.Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03E 078/181.

    Acte de vente de la propriété de la Paoute avec description sommaire du site acquise par J. D. Méro.
  • [demande de subvention en vue de transformer la propriété de la Paoute en Ferme Ecole]. 1862. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 07M0038.

    Dossier de demande de subvention en vue de transformer la propriété de la Paoute en Ferme Ecole
Documents figurés
  • Etat actuel de la première usine J. Méro, construite en 1832, au domaine de "La Paoute", à 8km de Grasse. " /extrait d'un catalogue de la société Méro et Boyveau, 1ère moitié du 20e siècle, Musée International de la Parfumerie, Grasse.

  • [Parfumerie J. Méro, puis golf de Saint-Donat]. Plan et profils. Demande d'autorisation de M. Méro de construire un aqueduc. / Plan à l'encre sur papier, 2500e, par l'ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées, attaché au service hydraulique du département du Var, 1856. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 07S 0122.

    Plan de l'acqueduc que J. D. Méro fait construire pour irriguer sa propriété de la Paoute.
Bibliographie
  • Renoir, Nicole. Donat-Joseph Méro, industriel et Maire de Cannes (1806-1874). dans Annales de la Société Scientifique et Littéraire de Cannes et de l'Arrondissement de Grasse, 1999, p. 121-138

    Contient entre autre des informations sur la fin de vie de J. D. Méro.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Musée International de la Parfumerie, Grasse - Benalloul Gabriel