Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

parfumerie Honoré Payan, actuellement immeuble à logements

Dossier IA06001603 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations parfumerie Honoré Payan
Destinations immeuble à logements
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication
Dénominations parfumerie
Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Grasse
Adresse Commune : Grasse
Lieu-dit : quartier du Riou-Blanquet
Adresse : avenue Etienne Carémil
Cadastre : 2006 AY 152, 153

La société de parfumerie Honoré Payan, fondée officiellement en 1854, se trouvait dans le centre historique de Grasse (IA06001624). En 1886, Honoré Payan cède son entreprise à son fils Antoine et à son neveu Edouard Bertrand. La marque Honoré Payan est conservée mais la raison sociale devient Payan et Bertrand. Les deux associés, qui avaient commencé à exploiter une nouvelle usine, se séparent et dissolvent la société (début du 20e siècle). En 1906, un industriel suisse, M. Mühlethaler rachète l'ensemble (fonds de commerce, locaux et marques de fabrique). En 1907, celui-ci revend à Etienne Carémil (maire de Grasse) la marque de fabrique Honoré Payan. Ce dernier installe son usine de parfumerie dans un immeuble ayant abrité un temps les ateliers d'une société de construction mécanique. M. Carémil semble s'orienter d'emblée vers une exploitation touristique de sa parfumerie : visite des ateliers, vente directe de produits finis. L'emplacement du bâtiment, siège de l'entreprise et dont l'édification semble remonter au milieu du 19e siècle, se trouve en vue sur un axe fréquenté, très favorable à l'implantation de ce type de commerce. Cette parfumerie, qui redevient industrielle un peu plus tard (source orale), semble rester en activité jusqu'à la fin des années 1960. L'édifice est par la suite transformé en immeuble d'habitation.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle
Auteur(s) Auteur : ,
Personnalité : Carémil Etienne, commanditaire, attribution par source

L'immeuble Honoré Payan ne présente pas de réelles spécificités industrielles. Seule la partie arrière du bâtiment peut laisser supposer que s'y trouvait autrefois une parfumerie : porte cochère, volumes intérieurs importants au niveau de soubassements. Il s'agit d'un bâtiment de plan rectangulaire de quatre niveaux, à toiture à long pans et couverture en tuiles mécaniques. Un dispositif installé sur le toit, formé de quatre murets hors d'oeuvre, et qui singularise le bâtiment, permettait d'accrocher de grands panneaux publicitaires visibles de la route. Ce dispositif ne semble pas cependant avoir été utilisé par la parfumerie Honoré Payan.

Murs enduit
maçonnerie
Toit tuile mécanique
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
États conservations établissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • [Acte de vente du fonds de commerce de parfumerie Honoré Payan]. 04/01/1887. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03Q03529.

  • [Acte de formation de la société Payan et Bertrand]. 30/12/1886. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 06U03/0022.

  • [Dépôt de pièces : il y est mentionné que Th. Mühlethaler a racheté la société Payan et Bertrand le 19.12.1906]. 27/10/1922. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 03Q03595.

Documents figurés
  • La parfumerie Honoré Payan. / Carte postale, début 20e siècle. Bibliothèque communale, Grasse : non coté.

  • Matières Premières pour la parfumerie et savonnerie. Payan et Bertrand. 1928. Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté.

    Publicité de la société Payan et Bertrand portant la mention Maison fondée en 1854.
  • Honoré Payan. / Carte postale noir et blanc. Bibliothèque communale, Grasse : non coté.

    Photo indiquant que l'usine Honoré Payan est ouverte aux visites tourisitiques.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Musée International de la Parfumerie, Grasse - Benalloul Gabriel