Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

parfumerie Bernard Escoffier, puis distillerie, actuellement immeuble à logements

Dossier IA06001598 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations parfumerie Bernard Escoffier
Destinations immeuble à logements
Parties constituantes non étudiées atelier de fabrication, cour
Dénominations parfumerie, distillerie
Aire d'étude et canton Alpes-Maritimes - Grasse
Adresse Commune : Grasse
Lieu-dit : quartier de la Roque, quartier Font Laugière
Adresse : 1 traverse Font-Laugière
Cadastre : 1809 E 230, 231 ; 2006 BI 39, 41, 42

L'histoire officielle de la maison Bernard Escoffier indique que l'entreprise s'était installée dans son usine du quartier de la Roque dans les années 1820. Au début, l'activité semble se concentrer dans un local construit spécialement pour la parfumerie. Celui-ci est implanté dans la partie basse du jardin d'un immeuble plus ancien, déjà indiqué dans le plan cadastral de 1809, et qui appartient également à la société. Le reste du jardin où l'on construit une véranda, ainsi qu'une partie de l'immeuble sont rapidement intégrés à l'activité. En 1910, le site comprend, dans l'immeuble, les bureaux et l'atelier d'extraction, dans la véranda, la salle des expéditions et des essences, à côté dans une aile ajoutée à l'immeuble, les presses et moulins. Enfin dans le bas de la propriété se trouvent le distilloir et la cheminée. Suite à des travaux qui doivent avoir lieu dans les années 1910, la façade de l'immeuble et la toiture sont transformées et prennent leur aspect actuel. En 1920, la parfumerie Bernard Escoffier est rachetée par une société Lyonnaise qui maintient l'activité sur ce site jusqu'en 1930. L'usine est ensuite vendue puis transformée en fabrique de boisson alcoolisée, aromatisée à l'anis (source orale). Après la guerre, le site reste inoccupé quelques années. La cheminée et la véranda se seraient effondrées durant le conflit, suite au dynamitage du Pont de la Roque, situé à proximité. L'immeuble est vendu puis réhabilité en logements sociaux. Le jardin avec ses installations sont restés à l'abandon jusqu'à aujourd'hui, où un programme immobilier doit bientôt voir le jour.

Période(s) Principale : 18e siècle , (?)
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : ,

L'ancienne fabrique se situe sous le rempart inférieur du centre historique de Grasse. Elle se composait de deux unités distinctes : d'une structure assez composite, premier lieu de production du site (?), et d'un immeuble sur la planche supérieure. La première structure s'apparentait à une cour aménagée, dont ne reste aujourd'hui qu'un local en béton avec toit terrasse. L'immeuble présente un corps central avec deux ailes en retour. L'édifice forme dans son ensemble un U organisé autour d'une cour centrale. Le toit brisé en pavillon, avec lucarnes à linteaux cintrés dans les combles, donne un aspect assez bourgeois à l'édifice. La partie supérieure du toit est couverte de tuiles mécaniques et la partie inférieure de tuiles en écailles. Les lettres B et E, initiales de Bernard Escoffier, transformées A et F au moment du rachat de la fabrique, sont portées sur le fronton de la porte d'entrée. L'immeuble comprend, un niveau de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, deux étages et un niveau de combles.

Murs béton
Toit tuile mécanique, tuile en écaille
Étages 2 étages de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures terrasse
toit brisé en pavillon
Énergies énergie thermique
énergie électrique
produite sur place
achetée
États conservations établissement industriel désaffecté, menacé, restauré
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • [Parfumerie Bernard Escoffier]. 01/05/1919. Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice : 06U03/0028.

    Acte de société par lequel la société Bernard Escoffier est rattachée à l'entreprise lyonnaise Bruno Jaillard et Louis Ducrot.
Documents figurés
  • Matières Premières pour Parfumerie Bernard-Escoffier Fils. / Papier à en tête de la société B. Escoffier, 01/06/1911. Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté.

    Papier à en-tête sur lequel est rappelé la date de fondation de l'entreprise en 1820 et présentant une gravure de son usine
  • [Parfumerie Bernard Escoffier]. Vue intérieure des ateliers. / image extraite d'une revue professionnelle, 1er quart 20e siècle. Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté.

  • Parfumerie Bernard Escoffier Fils à Grasse. Plan d'ensemble. / Plan à l'encre sur papier, 0m005 par mètre, par A. Mayoud (architecte), 21/07/1910. Archives communales, Grasse : 05I2/01.

    Plan de l'usine indiquant les diverses attributions des salles.
  • Porte d'entrée de l'usine B. Escoffier. / image extraite d'une revue professionnelle, 1er quart 20e siècle. Musée International de la Parfumerie, Grasse : non coté.

  • Parfumerie Bernard Escoffier Fils à Grasse. Plan d'ensemble. / Plan à l'encre sur papier, 0m005 par mètre, par A. Mayoud (architecte), 21/07/1910. Archives communales, Grasse : 05I2/01.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Musée International de la Parfumerie, Grasse - Benalloul Gabriel