Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

oratoires, croix de chemin

Dossier IA04001376 réalisé en 2008

Fiche

Aires d'études Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
Dénominations oratoire, croix de chemin
Adresse Commune : Ubraye

Les croix et oratoires de la commune d'Ubraye datent de la fin du 18e siècle, du 19e siècle et de la première moitié du 20e siècle. Le plan cadastral de 1831 localise seulement cinq édicules religieux, figurés sur le plan par des croix pattées, et mentionne un unique oratoire : celui du col Saint-Jean, sur l'ancien chemin d'Entrevaux à Brayette. Les croix sont implantées exclusivement en bord de chemin ou à un carrefour : Pont de Loule, chemin de Rouainette à Notre-Dame-des-Neiges, quartiers des Bastides (carrefour des Pras Premiers), chemin d'Ubraye au Touyet (au-dessus de la clue de la Bernarde), à la sortie du Touyet vers Vauplane. En 2008, seuls les emplacements des deux croix du Touyet, ainsi que celui de l'oratoire Saint-Jean, portent encore un édicule. En revanche, de nombreux autres sites sont occupés par une croix ou par un oratoire. Sur les six croix actuelles de la commune, une seule porte un chronogramme (1888 à Rouainette). Les plus anciennes (socle de la croix de la clue de la Bernarde au Touyet, croix au quartier du Jas à Ubraye) semblent dater de la seconde moitié du 18e siècle. Les autres datent du 19e siècle ou de la première moitié du 20e siècle. A Ubraye (quartier de la Vanau), une croix date des années 1990. Aucun des onze oratoires de la commune ne porte de chronogramme. Le plus ancien (col Saint-Jean) date de la fin du 18e siècle ; les plus récents (le Touyet, col de Laval) datent des années 1950-1960.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

On compte dix-sept croix ou oratoires sur la commune d'Ubraye : six croix et onze oratoires ; ce chiffre est élevé, même rapporté à l'étendue du territoire communal. On trouve la majorité des croix sur la place principale du village et des hameaux ; quelques-unes sont en bord de chemin. En revanche, la totalité des oratoires est située au bord d'un chemin : à un carrefour, au passage d'un col, aux différentes entrées du village et des hameaux. Les croix sont constituées d'un socle en pierre de taille (calcaire ou grès) et d'une croix en fonte moulée ou en ferronnerie ; la croix récente située à Ubraye possède des branches en bois. Huit oratoires sont en maçonnerie, deux en béton et un seul en pierre de taille de grès (étudié). Les oratoires en maçonnerie possèdent un enduit à la chaux, une niche rectangulaire ou segmentaire et un sommet en bâtière couvert par des tuiles creuses maçonnées. Une croix en ferronnerie ou en fonte est parfois scellée au sommet. La mémoire orale précise les vocables et dédicaces de ces oratoires : sainte Marguerite (Jaussiers) ; Notre Dame Reine du Monde, saint Joseph, saint Marc et saint Pons (le Touyet) ; saint Barthélémy et saint Matthieu (La Palud) ; saint Martin (?, Ubraye) ; saint Jean (col Saint-Jean) ; saint Michel (col de La Sagne). La répartition spatiale des oratoires et des croix sur le territoire communal montre que ces édicules religieux sont placés soit aux entrées des quartiers du village, soit sur un point topographique remarquable. Outre des fonctions de protection religieuse évidente, ces édicules jouent également un rôle de bornes territoriales et de marqueurs spatiaux entre un espace domestique (le village) et un espace sauvage.

Décompte des œuvres repérés 17
étudiés 4
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Laurent Alexeï