Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

oratoires ; croix de chemin ; croix monumentales

Dossier IA04001167 réalisé en 2008

Fiche

Aires d'études Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var
Dénominations oratoire, croix de chemin, croix monumentale
Adresse Commune : Senez

Il est difficile d'avancer des dates précises. Il est très probable que l'ancien oratoire en partie ruiné au hameau de Lioux ne soit pas postérieur au 18e siècle. Pour le reste, les oratoires et croix de chemin, parfois remaniés, doivent dater du 19e siècle, comme par exemple celui de la Rouvière, qui présente un chronogramme (1876). Pour le reste, certains sont très récents, comme peuvent du reste l'indiquer des dates portées (1986 pour deux oratoires de Senez, aux Clôts et à la Coulète). Le village de Senez possède également deux croix monumentales dont une commémorant un jubilé en 1935 (date portée).

Période(s) Principale : 18e siècle , (?)
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

La commune compte à ce jour 9 oratoires, 2 croix de chemin et 2 croix monumentales. Les oratoires sont groupés ou isolés. On en compte deux dans le village de Senez (aux Clôts et à la Coulète), 2 au hameau de Lioux (un ancien partiellement ruiné et un monté récemment), 2 au hameau du Gipas (manifestement récents), 1 aux Iscles (récent sur une base vraisemblablement plus ancienne), 1 à la Maurelière (récent) et 1 à la Rouvière (1876). La forme générale répond au même modèle : un soubassement en pierre la plupart du temps, un fût de section carrée ou rectangulaire, voire légèrement pyramidale (au Gipas), une niche carrée rectangulaire ou avec un arc en plein-cintre, un toit et souvent une croix surmontant l'édifice (6 cas et peut-être 7 : l'ancien oratoire de Lioux est en partie ruiné). Les modes de mise en oeuvre ne sont pas homogènes : si le moellon calcaire domine, on trouve également du tuf, du grès, du ciment et de l'enduit. Les toits sont tous à deux pans à l'exclusion des oratoires de la Rouvière (monolithe en calcaire taillé) et de la Maurelière (en galet). La tuile creuse domine les matériaux de couvrement, mais on trouve aussi de la pierre (galet à la Maurelière) voire de la pierre reconstituée en couverture (au Gipas). Les niches peuvent être fermées ou non par un ouvrant vitré ou grillagé à châssis métallique ou en bois ; les barreaux interviennent aussi (à Senez). Les croix, surtout en fer forgé (on trouve aussi du ciment et du bois) présentent des extrémités variables : croix à branches simples, fourchues ou échancrées. Les hauteurs diffèrent, entre 205 (au Gipas) et 314 centimètres (à Lioux), mais la moyenne se situe entre 250 et 275 centimètres. Enfin les dédicaces varient : à la Vierge (la Maurelière, la Rouvière), au Christ Sauveur (le Gipas), à sainte Anne (les Clôts), à saint Roch (la Coulète), à Notre-Dame du Laus (le Gipas), à saint Martin (aux Iscles, avec une dédicace à Martin Reynard, curé de Senez et victime de la Révolution française en 1792), etc. Des figurines ou des statuettes en terre cuite ou en porcelaine, peintes ou non, figurent ces personnages saints. Les deux croix de chemin (l'une à Lioux, l'autre au Riou d'Ourgeas) sont récentes. Il s'agit de croix en fer forgé, aux extrémités fleurdelysées. A Lioux, peinte en bleu, elle est directement plantée dans la roche et mesure 153 centimètres. Au Riou d'Ourgeas, plus petite (75 centimètres), elle vient sommer un petit édicule pyramidal en maçonnerie de galet sur un socle puis un soubassement plus anciens semble-t-il en tuf. L'ensemble atteint environ 130 centimètres. Les deux croix monumentales sont situées dans le village de Senez même. La première, à l'extrémité du pont sur l'Asse, est datée de 1899. Il s'agit d'une croix en fer forgé de 120 centimètres, aux extrémités fleurdelysées. Le Christ en fonte, visiblement choisi sur catalogue, a été vissé. Un élément décoratif en fonte provenant sans doute de la même source a été ajouté au pied de la croix (deux anges priants qui s'affrontent de part et d'autre du Crucifix). Elle est ancrée sur un fût rectangulaire en pierre calcaire avec un socle en doucine et un soubassement dans le même matériau. L'ensemble mesure près de 3 mètres. L'autre croix monumentale, près de la Bonde en face de la mairie-école, vient fêter le jubilé de 1935. La croix et le Christ sont en fonte. La croix est fichée sur un fût en ciment ou béton recouvert de peinture blanche et d'une plaque en marbre blanc portant l'inscription "JUBILE 1935 / O MON SEIGNEUR / J'AI CONFIANCE EN VOUS". L'ensemble, sans le parapet surplombant la Bonde (62 centimètres), mesure plus de 2 mètres (113 centimètres pour la croix et 98 pour le fût).

Toits tuile creuse, pierre en couverture
Murs calcaire
grès
tuf
ciment
enduit
galet
moellon sans chaîne en pierre de taille
Décompte des œuvres repérés 13
étudié 0

Références documentaires

Bibliographie
  • DIEUDÉ, Jean. Oratoires des Alpes-de-Haute-Provence, Editions Terradou, 1999, 107 p.

  • GAVOT, Jean, IRIGOIN, Pierre. Les oratoires Bas-Alpins. Aix-en-Provence : Edition des Amis des Oratoires ; 2e éd. mise à jour, 74 p. : ill., 1961.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mosseron Maxence