Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

mur de soutènement

Dossier IA04002346 réalisé en 2006

Fiche

Dénominations mur de soutènement
Aire d'étude et canton voie ferrée de la ligne Nice - Digne-les-Bains
Adresse Commune : Thorame-Haute
Lieu-dit : Thorame-gare
Cadastre : 1987 C4 536

L'aménagement du terre-plein sur lequel devait être construit la gare de Thorame-Haute a affaibli le flanc de la montagne qui le longeait à l'est. Des éboulements se sont produits tout au long de l'été 1908, qui ont entrainé la conception d'un projet d'assainissement et de consolidation. Mais alors que ce projet venait d'être approuvé, un énorme glissement s'est produit le 4 avril 1909. Avançant à la vitesse de 1 mètre par heure, il a déplacé une colossale masse de terre (140 m X 220 m, sur une dizaine de mètres de hauteur). Il fallut entreprendre d'importants travaux pour dégager cet éboulis et s'assurer que la montagne ne mettrait pas en danger l'exploitation de la future gare. Un long mur de soutènement, conçu pour drainer et retenir les terres, a été construit en 1910 et 1911. Il fut construit sous la direction des ingénieurs des Ponts et Chaussées, en particulier l'ingénieur Perrissoud, en régie directe et pour la somme de 213000 F.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1910, daté par source
Auteur(s) Auteur : Perrissoud,
Perrissoud

Ingénieur des ponts et chaussées.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur, attribution par source

Le mur mesure plus de 140 m de longueur et 8 m de hauteur. Il se compose d'une première section verticale, en pierres sèches, fondée sur un massif en béton de chaux hydraulique, et d'une seconde, marquant un fruit d'un tiers, en maçonnerie de moellons. Les dimensions exceptionnelles de ce mur, qui fait encore 1,5 m d'épaisseur au couronnement, s'expliquent par les fortes poussées qu'il doit contenir. Mais il ne s'agit pas uniquement d'un mur de soutènement censé contenir les terres qui le surplombent. Il s'agit aussi un ouvrage d'art conçu pour drainer les flancs de la montagne le plus efficacement possible. C'est pour cette raison que sept éperons partent au droit du mur et s'enfoncent selon une pente qui varie de 20 à 30 % à l'intérieur de la montagne. Leur espacement est compris entre 10 et 20 m et leur longueur entre 25 et 32 m. Ces éperons sont des drains massifs en pierre sèche de 8 m de profondeur moyenne et de 2,15 m de largeur. Ils sont établis sur des radiers en béton construits en escalier. De petits aqueducs courent à leur base et traversent, grâce à des dalots, le mur lui-même au pied duquel l'eau est récupérée dans un fossé. Chaque éperon délimite une section de mur. En cas de nouvel éboulement, cette disposition devait permettre que le mur entier ne soit pas emporté si une des sections venait à l'être.

Murs calcaire
moellon
pierre sèche
Statut de la propriété propriété publique, []

Références documentaires

Documents figurés
  • Photographie prise le 6 avril à 9 heures du matin, 36 heures après le commencement du glissement. Photographie, 1909. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains, S 1094.

Bibliographie
  • Perrissoud. Note sur les travaux de consolidation et d'assainissement exécutés sur le chemin de fer de Digne à Nice au droit de la station de Thorame-Haute. Dans : Annales des Ponts et Chaussées, 1912

    p. 339-354 et planche 30 et 31
  • OLIVIER, Joseph. L’Éboulement de la gare de Thorame-Haute. Éditions Olivier Joseph, 2011, 12 p.

  • BANAUDO, José. Le siècle du Train des Pignes. Breil-sur-Roya : Éditions du Cabri, 1991, 320 p. : ill.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud