Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

moulin à huile

Dossier IA04000882 réalisé en 2007

Fiche

Dénominations moulin à huile
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Entrevaux
Hydrographies Chalvagne la
Adresse Commune : Entrevaux
Cadastre : 1816 C 73 ; 1980 C 3

Dès le début du 18e siècle (1709), les plans militaires de la place forte d'Entrevaux figurent plusieurs bâtiments en aval du moulin à farine de la ville. Malgré leur imprécision, les plans de Bernardy (1752) ou de Boniface (1753) semblent désigner celui qui occupe la parcelle 73 du relevé cadastral de 1826 comme moulin à huile. Très dégradé en 1801, il n'est plus affermé après 1792 et est utilisé comme boucherie militaire. L'édifice ne compte qu'alors qu'un corps de bâtiment de 12 toise "de contenance" divisé en deux parties séparées par une voûte. Il se détériore tant qu'il est choisi en 1801, avec l'autre moulin à huile du quartier, pour être vendu en vue de procéder à la liquidation de la dette de la communauté des habitants d'Entrevaux, après avoir été estimé à 5560 francs. Il comporte alors un moulin et un pressoir. La vente aux enchères n'intervient que quatorze ans plus tard. Commence alors une période où il change fréquemment de mains. Il est adjugé le 3 juin 1815 à André Honnorat, négociant à Saint-André, et André Audibert, négociant à Castellane. André Honnorat recède ses parts en paiement de dette dès le 22 août de la même année à Bruno Antoine Juglar, exploitant d'une source salée à Sausses, pour la somme de 2355 francs. Un rapport de 1820 nous apprend qu'il appartient alors, comme l'autre moulin à huile d'Entrevaux, à un des deux meuniers d'Entrevaux, Jean-Joseph Toche et Dominique Jouvent, qui ne le fait fonctionner que durant le mois de février, alors qu'il accueillait les producteurs d'olives de décembre à mars lorsqu'il appartenait à la commune. Ces désagréments constatés, la commune en redevient propriétaire la même année, en indivision avec un dénommé Colombet, qui en conserve seul la propriété à partir de 1828. Mais ce moulin a dû redevenir communal assez rapidement puisqu'en 1862, la commune le vend 4000 francs à Jean Baptiste Balthazar David, qui le cède avant 1868 à Joseph Bienvenu Laugery, dans la famille duquel il est resté jusqu'en 1906, avant d'être acquis par Edouard Aillaud, cafetier de la ville. Une photographie aérienne de 1961 montre qu'il était déjà ruiné à cette date.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle , (?)

Le moulin est aujourd'hui entièrement ruiné. Seules subsistent une portion de voûte de 50 cm de largeur le long du mur de la parcelle 69, les bases des murs qui sont prises par la végétation, et la chambre de la roue. L'encadrement de la porte semble avoir été en pierre de taille. C'est en effet le cas des deux premières pierres, situées à même le sol.

Murs calcaire
moellon
Énergies énergie hydraulique
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée (?)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Rapport de Roux et Bernady sur le moulin d'Entrevaux. 1801/08/5 (18 fructidor an 9). Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 Q 76.

    Ce moulin est un de ceux qui doivent être vendus par la communauté des habitants d'Entrevaux en paiement de leurs dettes. Il comporte un moulin et un pressoir. Il n'a plus été affermé depuis 1792 et est utilisé comme boucherie militaire. L'édifice ne compte qu'alors qu'un corps de bâtiment de 12 toise "de contenance" divisé en deux parties séparées par une voûte. Il est estimé à 5560 francs. Il confronte au sud le martin et de Joseph Dalmaze.
  • Rapport d'experts sur les moulins d'Entrevaux. 1820/08/31. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 171.

    Le 31 août 1820, les experts Joseph Honnoré Grac et André Roux sont chargés de faire un rapport sur les avantages que la commune aurait à faire l'acquisition des moulins à huile qui lui appartenaient autrefois et qui sont alors propriétés des sieurs Jean Joseph Toche et Dominique Jouvent. Ils exposent que ces deux équipements se situent "... en dessous du moulin à farine et prennent l'eau au même canal qu'aucun des meuniers ne veut entretenir ..." ; que lorsqu'ils appartenaient à la commune, ils étaient ouverts de décembre jusqu'en mars, alors que dorénavant leurs propriétaires ne les ouvrent qu'en février, ce qui pose des problèmes de conservation des olives avant la mouture, rendant l'huile de moindre qualité dans une région où les olives sont déjà peu productives à cause du froid ; que la mouture tardive prive momentanément les prés du quartier de la Seds de l'eau dont ils ont besoin ; qu'autrefois, il existait trois moulins à huile à Entrevaux - deux privés et un à la commune - ce qui empêchait les particuliers de dicter leur loi sur le taux de mouture ; que la commune avait alors acheter les moulins particuliers. Les experts en concluent que la commune a tout intérêt à racheter les moulins lui ayant appartenu autrefois, d'autant que les bâtiments et les engins sont très bon état.
  • Expédition de l'acte de vente du moulin d'Entrevaux. 1866/12/17. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 1 O 171.

    Le 17 décembre 1866, par devant maître Léon Léon notaire d'Entrevaux, la commune vend moyennant la somme de 4000 francs à Monsieur Jean Baptiste Balthazar David "... un bâtiment et usine servant de moulin à huile, avec toutes ses attenances et dépendances, situé aux abords de cette ville d'Entrevaux au quartier dit des Moulins, porté sur la matrice cadastrale de cette commune à la section C, sous le No 73 du plan, occupant une superficie de cinquante-quatre centiares, consistant en un bâtiment où se trouve le moulin à huile mis en mouvement par une chute d'eau et renfermant tous les ustensiles nécessaires à la fabrication de l'huile d'olive." Cette vente avait été décidée lors d'une délibération du 9 mai 1862, le procès-verbal d'expertise avait été dressé par M. Clenchard instituteur de Saint-Benoît le 19 octobre 1866. L'expert rapporte : "... Après avoir visité la matrice et le plan cadastral pour me fixer sur le nom du quartier où est situé le moulin, sur la section, le numéro et la superficie, je suis allé visité le dit moulin qui est situé au quartier dit des Moulins ; il figure sur la matrice cadastrale à la section C, sous le numéro 73 ; il occupe une superficie de cinquante quatre centiares. Il consiste en un corps de bâtiment composé d'un rez-de-chaussée renfermant le moulin et tous les ustensiles nécessaires pour la fabrication de l'huile d'olive, le tout en assez bon état, en exceptant toutefois une lézarde que l'on remarque sur toute la longueur de la voûte et la vis du pressoir, la dernière en entrant en droite ....
Documents figurés
  • Hue de Langrune, Hercule. Plan de la ville et du chasteau d'Entrevaux pour servir au projet de 1710. 1709/11/08, dessin à l'encre sur papier. Service Historique de la Défense, Vincennes : 1 VH 773, n°4.

  • Entrevaux 1745. Plan pour servir au projet de 1746. 1745, dessin à l'encre sur papier. Service Historique de la Défense, Vincennes : 1 VH 773, n°7.

  • Bernardy, Bertaud, Plan d'Entrevaux pour servir au projet de l'année 1752. 1752, dessin à l'encre sur papier. Service Historique de la Défense, Vincennes : 1 VH 773, n°9.

  • Boniface. Plan d'Entrevaux et des ouvrages qu'on propose d'y faire. 1753, dessin à l'encre sur papier. Service Historique de la Défense, Vincennes : 1 VH 773, n°10.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud