Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fiche

Dénominations autel
Parties constituantes non étudiées gradin d'autel, tabernacle, pierre d'autel
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Castellane
Adresse Commune : Saint-Julien-du-Verdon
Emplacement dans l'édifice choeur

Les lignes galbées du tombeau et des gradins, ainsi que le contour chantourné du cartouche central permettent de dater l'oeuvre du début du 18e siècle, peut-être avant la visite pastorale de 1702 qui mentionne un maître-autel dont la pierre d'ardoise a été bénite en 1609. Le saint Michel du cartouche est une copie interprétée du tableau de Guido Reni peint en 1635 et conservé à Rome.

Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 1er quart 18e siècle
Stade de création copie interprétée
Auteur(s) Auteur : auteur inconnu
Auteur de la source figurée : Reni Guido, d'après, peintre

Autel en noyer composé d'un tombeau de plan rectangulaire, à élévation galbée, orné d'un décor en bas relief sur les côtés et d'une scène peinte à l'huile sur le devant, ainsi que de deux gradins et d'un tabernacle avec un décor en haut relief. Le tout est peint polychrome et les décors sont peints doré. La pierre d'autel est en place mais n'est pas celle d'origine.

Catégories menuiserie, sculpture, peinture
Structures élévation, galbée
Matériaux noyer, en plusieurs éléments, décor en bas relief, décor en haut relief, peint, polychrome, peint, doré
peinture à l'huile
Précision dimensions

Tombeau : h = 102,5 ; la = 227 ; pr = 96 ; premier gradin : h = 26 ; deuxième gradin : h = 15,6 ; tabernacle : h = 52,5 ; la = 53,5 ; pr = 34,5 ; porte du tabernacle : h = 35 ; la = 20.

Iconographies saint Michel
feuilles d'acanthe
tête : ange
Précision représentations

Des feuilles d'acanthes se développent sur les côtés du tombeau au centre duquel est peint dans un cartouche un saint Michel terrassant le démon copié de celui de Guido Reni avec des petites interprétations : le glaive est constitué de flammes, la tête du démon est orientée différemment. Le tabernacle est orné de deux têtes d'anges.

États conservations oeuvre restaurée
Statut de la propriété propriété de la commune
Protections inscrit au titre objet, 1975/04/15

Références documentaires

Documents d'archives
  • Procès-verbaux de visites pastorales, évêché de Senez. 1697-1707. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 G 17.

    1702 : il y est précisé que "l'église Saint-Michel est trop petite et trop éloignée." Son état est jugé "assez bon en dedans, bien crépi et blanchi, mais trop serré et au dehors il est fendu en un ou deux endroits et le haut est plus avancé que le fondement. Le tableau d'aujourd'hui représente la Trinité [...] et plus bas la Sainte Vierge, saint Julien et saint Clair." A l'époque une pierre sacrée est en place, datant du 9 octobre 1609. La sacristie est située derrière le maître-autel. Monseigneur Soanen évoque également l'existence d'un reliquaire de saint Clair tout d'argent avec les [premiers] authentiques. La visite pastorale insiste à nouveau sur l'étroitesse de la nef et sur la nécessité qu'il y a à l'agrandir et à la relever. L'édifice ne dispose pas de voûte mais seulement des poutres. Le toit est dit "mal garnis" de planches et ouvert à tous les vents. Une tribune occupe à l'époque la moitié de la nef et le clocher compte deux petites cloches. Le cimetière dispose de murs en pierre sèche mais qui sont trop bas. La visite pastorale insiste sur le fait que le vrai nom de l'église est Saint-Michel. Ordonnance est faite que la nef soit allongée d'environ trois cannes, qu'elle soit chargée d'autant avec une voûte de plâtre au moins et de tuf dans trois ans au plus tard ou, si possible, de faire établir un prix-fait pour la construction d'une nouvelle église dans le village, dans les six mois.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Papin-Drastik Ivonne