Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maisons semi troglodytiques

Dossier IA84000174 réalisé en 1968

Fiche

HISTORIQUE

Cf. dossier village IA84000175

DESCRIPTION

Situation

Cf. dossier village IA84000175

Matériaux

Toutes les maisons sont bâties en blocage de moellons. Les parements en pierre de taille et les structures appareillées (quelques voûtes) sont rares, mais presque toutes les élévations ont des chaînes d'angle et des chambranles de baie en pierre de taille. Le blocage de moellons est tantôt apparent, à joints beurrés, tantôt recouvert d'une enduit lisse à la chaux grasse ou d'un crépi rustique. La pierre est une molasse coquillière d'extraction locale.

Toutes les toitures sont recouvertes de tuiles creuses, sauf quelques bâtiments de la 1ère moitié du XXe siècle qui sont couverts de tuile mécanique. Le sous-sol naturel du site a été mis à profit dans un grand nombre de cas : près de la moitié des maisons ont un ou plusieurs étages (sous-sol, étage de soubassement, rez-de-chaussée) entièrement ou partiellement creusé dans le rocher.

Maison parcelle 174. Façade nord. Vue d'ensemble.Maison parcelle 174. Façade nord. Vue d'ensemble. Parcelle 165. Façade orientale. Croisée du deuxième niveau.Parcelle 165. Façade orientale. Croisée du deuxième niveau.

Plan

- La typologie des plans reflète fidèlement l'état du parcellaire :

- la prédominance très large des petites parcelles élémentaires (carré ou rectangle court) se traduit par celle des plans de type 1 (maison étroite simple en profondeur), qui représentent plus des deux tiers du corpus repéré.

- les plans composites irréguliers, simplement formés par la réunion de plusieurs maisons de type 1, occupent la plupart des grosses parcelles.

- Les plans de type 4 (maison large à plan symétrique), généralement anciens (16e ou 17e siècle), restent peu nombreux et sont toujours le résultat du regroupement de 2 maisons de type 1.

- les plans réguliers sont exceptionnels et récents (fin 19e - début 20e siècle).

- Les plans de type 1 ont généralement une, parfois deux pièces par étage (la 2e souvent obscure). L'adossement des maisons à la pente a permis dans certains cas - les plus anciens - de desservir les 2 étages inférieurs (sous-sol ou soubassement et rez-de-chaussée ou rez-de-chaussée et premier étage) directement à partir de la rue, au besoin par des escaliers extérieurs. L'escalier intérieur, le plus souvent en équerre ou droit, est rejeté dans un angle ou le long d'un mur latéral.

- Les plans de type 4 ont un escalier en vis ou rampe-sur-rampe, ajouré tantôt sur l'élévation antérieure, tantôt sur l'élévation postérieure.

- Parmi les plans composites, deux comportent un espace libre, qui semble avoir été plutôt une impasse privatisée qu'une cour. Cet espace n'a pas un rôle exclusif dans la distribution et on ne peut donc assimiler les maisons qui les utilisent à des hôtels.

- Presque toutes les maisons visitées ont un ou deux étages voûtés : le sous-sol ou l'étage de soubassement, quand ils existent, le rez-de-chaussée presque toujours, dans quelques cas le 1er étage. Le berceau en plein cintre est la forme la plus utilisée, mais on trouve aussi des voûtes d'arêtes (30% du total). Toutes les voûtes sont en blocage, sauf quelques cas où elles sont appareillées.

Élévations extérieures

Corollaire de la prédominance des petites parcelles et des maisons étroites, les élévations à une seule travée de baies représentent près de la moitié de l'ensemble, celles à 2 travées 15% seulement. Les façades à 3 ou 4 travées sont moins de 5%. Le reste, presque le tiers, est formé par les élévation atypiques ou dénaturées par les remaniements.

Les élévations ordonnancées sont peu nombreuses (16%) et plus fréquentes dans le faubourg qu'intra-muros.

Les élévations à 2 niveaux forment la moitié du corpus, celles à 3 niveaux un peu plus du tiers. Ces dernières ajoutent au rez-de-chaussée et à l'étage carré un étage de comble à surcroit ou un étage de soubassement.

Maison parcelle 174. Façade nord. Porte d'entrée surmontée d'une pierre datée 1571.Maison parcelle 174. Façade nord. Porte d'entrée surmontée d'une pierre datée 1571.

La décoration des élévations extérieures est très fréquente, mais généralement succincte. Dans la plupart des cas, elle se réduit à la simple mouluration des chambranles de baie. A partir du 19e siècle, on trouve des décors façonnés dans l'enduit (faux appareil) et peints (badigeons ou crépis teintés).

Combles et couvertures

Les toits à faible pente sont le plus souvent en appentis ou en bâtière, parallèles à la dénivellation du terrain. Ce sont des toitures à charpente simplifiée, c'est-à-dire à pannes portant directement sur les pignons.

Distribution intérieure

Généralement bouleversé par des remaniements récents, donc difficile à observer. Dans la plupart des cas, le rez-de-chaussée voûté abritait une boutique, un atelier ou une remise. C'est pourquoi on trouve si souvent au 1er niveau une porte bâtarde. L'habitation se trouvait au 1er étage. Quelques élévations ont conservé la canalisation en pierre qui servait à l'écoulement de l'évier. Les éviers en pierre et les cheminées ont presque toujours disparu. Les décors intérieurs sont exceptionnels, comme ceux de l'extérieur, et tardifs (18e et 19e siècles).

Parcelle 182. Elévation nord. Premier niveau : fenêtre chanfreinée et descente d'évier.Parcelle 182. Elévation nord. Premier niveau : fenêtre chanfreinée et descente d'évier.

Aires d'études Pertuis
Dénominations maison
Adresse Commune : Ansouis

Huit maisons ou vestiges de maison du 13e siècle ou du 14e siècle, 6 du 15e siècle ou de la 1ère moitié du 16e siècle, 33 du 16e siècle, 12 de la 2e moitié du 16e siècle ou de la 1ère moitié du 17e siècle, 34 du 18e siècle, 67 du 19e siècle ; chronogrammes : 1571, 1580, 1581, 1625, 1626, 1640, 1725, 1742, 1772, 1785, 1813, 1814, 1836, 1851, 1900, 1941 ; habitat ancien de qualité, conservé mais déclassé par la décadence précoce du village, nombreuses ruines et maisons transformées en édifices agricoles.

Période(s) Principale : 13e siècle
Principale : 14e siècle
Principale : 15e siècle
Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 2e moitié 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Environ 50% de maisons étroites simples en profondeur (type 1) , à escalier dans-oeuvre droit ou en équerre ; 5% de maisons lares à plan symétrique (type 4) à escalier en vis ou rampe sur rampe ; 45% de maisons composites formées par la réunion de plusieurs autres des types précédents ; plus de la moitié ont un ou deux étages partiellement creuses dans le rocher ; les sous sols, la plupart des étages de soubassement et des rez-de-chaussée et quelques étages carrés sont voûtés ; 16% d'élévations à travées ou ordonnancées ; décor réduit aux encadrements de baies ; quelques élévations peintes

Typologies maison étroite simple en profondeur, maison large à plan symétrique, élévation de type 12, élévation de type 13, élévation de type 14, élévation de type 15
Toits tuile creuse
Murs molasse
enduit
moellon
pierre de taille
Décompte des œuvres bâti INSEE 209
repérés 171
étudiés 27
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Fustier Nerte - Fray François - Sauze Elisabeth