Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison

Dossier IA04001224 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées étable à chevaux
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Barrême
Adresse Commune : Blieux
Lieu-dit : les Ferrajas
Cadastre : 1982 AB 36

L'inscription sur le linteau monolithe de l'entrée en façade postérieure donne une date crédible : 1862. La maison n'était de toute façon pas construite en 1811, lorsque fut levé le cadastre pour la commune de Blieux. Elle appartenait au curé de Blieux, l'abbé Collomp. La question des écoles étant prégnante au village, il fut un temps envisagé que le curé prête sa maison pour accueillir l'école des petites filles en 1868, mais le projet ne fut pas mené à bien. Le rez-de-chaussée surélevé était entièrement consacré à la fonction logis et le grenier, carrelé, a un temps servi d'espace pour les chambres des bonnes soeurs qui logèrent dans la maison, laquelle se trouve à proximité de l'église paroissiale Saint-Symphorien. Le faîtage était par ailleurs orné d'une croix en fer forgé qui témoignait de la fonction religieuse du bâtiment : les actuels propriétaires l'ont enlevée. Si la destination religieuse est avérée, il ne semble pas qu'il s'agisse d'une vocation originelle : l'accueil des religieuses relève en effet d'un concours de circonstances. Une extension a été adjointe, certainement dans la première moitié du 20e siècle.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle
Dates 1862, porte la date

La maison, sur trois niveaux, et construite avec les matériaux traditionnels : moellons calcaire liés avec du mortier de gypse et toit à longs pans recouvert en tuile creuse, avec avant-toit à un rang de génoise en pignons et deux rangs pour l'élévation nord-est (l'adjonction sud-ouest ne permet pas de déterminer s'il en était de même de ce côté à l'origine). Elle disposait d'une écurie pour l'âne en soubassement. Le rez-de-chaussée surélevé était entièrement consacré à la fonction logis et le grenier, carrelé, a un temps servi d'espace pour les chambres des bonnes soeurs qui logèrent dans la maison, laquelle se trouve à proximité de l'église paroissiale Saint-Symphorien. Le faîtage était par ailleurs orné d'une croix en fer forgé qui témoignait de la fonction religieuse du bâtiment : les actuels propriétaires l'ont enlevée. L'élévation principale, orientée au sud-est, qui présente une façade à deux travées avec alignement des ouvertures sur les trois niveaux, et aux niveaux deux et trois une niche creusée en cul-de-four ayant pu accueillir une statuette, témoigne d'une construction soignée dont la vocation religieuse est d'emblée avérée. Les encadrements des ouvertures en tuf, avec feuillure, montrent également une volonté de se démarquer de la mise en œuvre traditionnelle. Mais, au moins pour certaines, elles ont été remaniées et c'est peut-être à cette occasion que ces encadrements spécifiques ont été remontés. D'autre part, l'entrée principale, avec encadrement en pierre calcaire et linteau monolithe recevant le chronogramme, intervient en façade postérieure, soit côté rue, l'ancien chemin haut de Blieux à Senez. La façade sud-est, sur trois niveaux, est en retrait par rapport à la route principale actuelle, ancien chemin bas de Blieux à Senez. Un jardin en déclivité s'inscrit dans l'intervalle. Une terrasse délimitée par un haut mur de soutènement en pierre calcaire assure un terre-plein pour l'implantation de la maison. Une petite remise agricole peu profonde a été aménagée au cours du 20e siècle dans l'épaisseur du mur et sous la terrasse.

Murs calcaire moellon
Toit tuile creuse
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier en vis
Typologies A3 : maison avec parties agricoles en parties basse et haute
Statut de la propriété propriété privée, []
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mosseron Maxence