Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA84000267 réalisé en 1969

Fiche

DESCRIPTION

Demeure mitoyenne sur trois côtés constituée de deux corps de bâtiments :

- le corps antérieur en L aspecté rue Durance

- le corps postérieur, simple en profondeur disposés autour d'une cour intérieure où est édifiée au sud la tourelle d'escalier, de plan circulaire, hors-œuvre sur la façade postérieure du corps antérieur. L'escalier secondaire à vis en bois à droite du corps antérieur est de construction récente.

L'édifice est à deux étages sur cave ; à chaque étage une galerie, construite le long des façades sud et est sur cour assure la distribution des deux corps de bâtiment.

Les façades sur cour sont ordonnancées à deux travées de baies à chambranle :

- couvertes d'un arc en segment au rez-de-chaussée

- rectangulaires aux niveaux supérieurs.

Le corps postérieur possède une seconde façade sur cour à l'ouest.

La tourelle d'escalier en blocage est construite sur trois lits de pierre de taille ornés d'un tore. Elle prend jour par une travée de portes sur galeries.

La façade antérieure, en pierre de taille, est ordonnancée à cinq travées. Un bandeau, en partie disparu, souligne les niveaux à hauteur des appuis, eux-mêmes moulurés.

Le premier niveau comprend la porte monumentale à la seconde travée et aux autres, un arc plein cintre sur impostes celui de gauche, en partie muré, sert d'entrée au vestibule actuel.

Les fenêtres sont couvertes d'un arc en segment et encadrées d'un chambranle à feuillure.

Le corps antérieur est couvert d'un toit à deux pentes dissymétriques, le corps postérieur et la cage d'escalier d'un toit en appentis unique, la cour intérieure d'un lanterneau vitré.

L'accès à l'escalier par un vestibule longeant le mur mitoyen gauche n'est pas dans l'axe de la porte principale ; la fonction des pièces du rez-de-chaussée, transformées par des cloisons en pièces d'habitation, ne peut être déterminée avec précision : remises, vestibule, etc.

L'escalier en vis en blocage est à deux révolutions tournant à droite ; la porte d'entrée de la cage est à linteau monolithe orné d'une moulure en accolade très abimée.

Les étages n'ont pu être visités.

Le corps postérieur est désaffecté et en partie ruiné. On accède à la cave par une porte située derrière la tourelle d'escalier sur la façade du corps postérieur. L'escalier est droit avec une aile à gauche, ouvert à gauche. Un second escalier droit suspendu à droite sur le mur nord de la cave débouchait dans la partie droite du corps antérieur.

Cave, vue d'ensemble d'est en ouest.Cave, vue d'ensemble d'est en ouest. Cave, vue d'ensemble d'ouest en est.Cave, vue d'ensemble d'ouest en est.

La cave voûtée occupe toute la surface de l'édifice et la répartition des supports correspond à l'emplacement des refends des étages aériens. Les salles correspondent entre elles par de grandes arcades dont certaines sont aujourd'hui murées.

Un puits, à l'angle sud-est, était accessible du vestibule du rez-de-chaussée et plusieurs ouvertures dans les voûtes, obstruées, donnaient sur les remises.

Le voûtement (berceau en segment, berceau à pénétrations, voûtes d'arêtes) est remarquable par la qualité de son appareil et certains détails de pénétration des arêtes dans les arcs.

NOTE DE SYNTHÈSE

Cette demeure présente un certain nombre de caractères originaux et de problèmes qu'il convient de poser :

1) la cave : il est peu probable que la cave n'ait appartenu à l'origine qu'à une seule maison ; elle possède un double accès (l 'un d'eux aujourd'hui muré).

L' étude de caves semblables par l'appareil et la structure toutes localisées dans l'ilot compris entre la rue Grande, la rue Durance et la rue Voltaire (notamment celles de la Mairie, des demeures 18, 19, 20, sans préjuger de celles qui n'ont pu être étudiées) a montré que des communications aujourd'hui murées avaient pu exister entre elles, créant ainsi un imposant réseau souterrain. Des détails de modénature permettent d'en dater certaines de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle. Des difficultés de réalisation technique n'ont pas permis d'en dresser un plan complet mais ce problème mériterait une étude approfondie en liaison avec la fonction économique de Pertuis.

2) Au rez-de-chaussée, la base de la tourelle d'escalier, la porte de la cage et celle de la cave sont les traces d'une construction de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle sans doute ruinée et reprise : il est exceptionnel que cette restauration que l'on peut dater d'après les façades sur rue (comparable à celle de la demeure 36) et sur cour, du milieu du XVIIIe siècle, n'ait pas affecté la distribution intérieure et notamment l'escalier : la façade n'est ici qu'un décor.

BAIE

- Porte rue Durance

- TYPE DE BAIE : porte extérieure à décor architecturé Façade antérieure, porte principale.Façade antérieure, porte principale.

- MATÉRIAU : calcaire

- DIMENSIONS OUVERTURE : Extérieur : H = 2, 66 ; L = 1, 27

Intérieur : H = 2, 66 ; L = 1, 27

- STRUCTURE :

- Embrasure : droite

- Linteau-Arc : - extérieur/intérieur : arc en segment

- Clé : saillante passante

- Piédroits : feuillure intérieure

- Chambranle : oui

- DÉCOR : la baie proprement dite est fortement individualisée dans le décor architecturé par la présence d'un chambranle mouluré en fort ressaut interrompu par la clé en table saillante. Elle est accostée de deux pilastres toscans portant une corniche qui repose sur la clé de la baie.

- MENUISERIE-SERRURERIE : la porte à un vantail est surmontée d'une imposte à claire-voie protégée par une grille de fer forgé à carreaux carrés (alternance de barreaux droits et ondulés).

BAIE

- Rez-de-chaussée - Porte de la cave

- TYPE DE BAIE : porte intérieure Porte de la cave.Porte de la cave.

- MATÉRIAU : calcaire

- DIMENSIONS OUVERTURE : Extérieur : L = 1, 65

Intérieur : L = 1,65

- STRUCTURE :

- Embrasure droite

- Linteau-Arc - extérieur/intérieur : linteau monolithe à sommiers arrondis

- Piédroits : arêtes arrondies

- DECOR : l'arête extérieure du linteau est creusée d'une large scotie affectant la forme d'une accolade et pénétrant dans les piédroits.

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Pertuis
Adresse Commune : Pertuis
Adresse : 77 rue Durance
Cadastre : 1937 K 306 ; 1837 K 442 A 445

Grande maison formée avant 1567 sur plusieurs parcelles contiguës, successivement propriété des familles Salignac (1567) , de Matheron (1602) , Boyer (1730) ; les caves et l'escalier datent du 15e ou du 1e quart du 16e siècle ; élévation antérieure refaite au 18e siècle

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle
Principale : 18e siècle
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Maison composée de 2 corps de bâtiment disposés en U autour d'une courette dont le 4e côté est fermé par la tour d'escalier ; distribution assurée au rez-de-chaussée par un vestibule reliant la rue à l'escalier, dans les étages par l'escalier en vis et des galeries superposées ; au sous-sol ensemble de caves voûtées d'arêtes et de berceaux à lunettes appareillés ; portes de la cave et de l'escalier ornées d'accolades ; élévation antérieure ordonnancée à 5 travées sur 3 niveaux soulignés par des cordons moulures, avec porte d'entrée sculptée et 4 vitrines en plein-cintre

Murs molasse
enduit
moyen appareil
moellon
Toit tuile creuse
Étages sous-sol, 2 étages carrés
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
voûte d'arêtes
à lunettes
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
appentis
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations ordre toscan accolade
Précision représentations

sujet : travée toscane, support : porte d'entrée ; sujet : accolade, support : portes de la cave et de l'escalier

Statut de la propriété propriété privée
Protections inscrit MH partiellement, 1988/10/02
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Broise Henri - Dautier Nerte - Sauze Elisabeth