Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison-ferme de magistrat

Dossier IA00124920 réalisé en 1986

Fiche

  • Mur pignon est.
    Mur pignon est.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • grange
    • fenil
    • étable
    • resserre
    • forge
    • four à pain

DESCRIPTION complémentaire

La porte du rez-de-chaussée donnait dans un petit sas en planches aujourd'hui démoli. La pièce ouest qui comporte une vaste cheminée abritant un four à pain servait au début du XXe siècle de cuisine. Le plafond est en planches sur poutres apparentes, les murs enduits à la chaux et le sol est un plancher de mélèze.

La cuisine commande la seconde pièce, voûtée en berceau, au sol de terre battue, qui a pu servir de resserre ou de petite étable. Selon les propriétaires, cette pièce comportait une entrée indépendante, aujourd'hui murée. Il nous a été impossible de vérifier cette information, les abords de la maison étant extrêmement encombrés par les travaux en cours.

Le premier étage est divisé en deux pièces qui ne communiquent pas entre elles et auxquelles on devait accéder par une galerie en façade sud. Le plancher de mélèze était recouvert, dans la pièce est, d'une dalle de chaux qui apparaît encore par endroit. Le sol de la pièce ouest est recouvert de terre. Ces deux pièces sont couvertes d'un plafond« à la française ».

La fenêtre de la pièce est a un chambranle en tuf à linteau trilobé. Elle comporte encore sa barre de fermeture coulissant dans le mur. Elle est fermée par un volet intérieur, raidi par deux clés trapézoïdales inversées, et comportant une partie ouvrante au centre.

La pièce ouest semble avoir comporté une cheminée dont les corbeaux sont encore visibles sur le mur de refend est.

Le deuxième étage est entièrement occupé par une seule pièce couverte d'un plafond en mélèze «à la française» dont le sol est couvert d'une dalle de chaux. Elle est éclairée par une fenêtre géminée à coussièges. Le chambranle, dont l'arc est monolithe, est en marbre rose de pays ; la colonnette au chapiteau sculpté est blanche (plâtre?, gypse?, marbre?). Le masque en bas relief placé au-dessus de l'arc paraît en pierre plus tendre (tuf?).

Deuxième étage, vue prise de la porte vers la fenêtre.Deuxième étage, vue prise de la porte vers la fenêtre. Mur pignon est. La fenêtre géminée, détail.Mur pignon est. La fenêtre géminée, détail.

Graffito FE 1741 sur la colonne.

Menuiseries intérieures d'origine s'encastrant dans les découpes de la baie. Barre de fermeture coulissant dans les murs.

La porte du deuxième étage comporte encore sa barre de fermeture coulissant dans les murs.

La toiture ne comporte qu'une seule ferme au centre. Les pannes sont fixées dans les deux murs pignons.

Jusqu'au milieu du XXe siècle, ce corps de bâtiment (B) servait de caset à un bâtiment d'exploitation en partie construit en empilages de fûts de mélèze (fuste) qui abritait l'étable et la grange (E). II en était séparé par une petite forge (D) dont subsiste le soufflet qui porte l'inscription : AUTRICHE A NISME 1832.

Genre de magistrat
Parties constituantes non étudiées grange, fenil, étable, resserre, forge, four à pain
Dénominations maison, ferme
Aire d'étude et canton Aiguilles
Adresse Commune : Molines-en-Queyras
Lieu-dit : la Rua
Adresse : 3e ferme
Cadastre : 1824 A1 817 ; 1971 A1 575

Selon Jean Tivollier, cette construction aurait été la demeure de Oronce Eme, juge-mage et vice-bailli du Briançonnais de 1470 à 1489. Selon Joseph Roman, la demeure de cette illustre famille qui occupa les plus hautes fonctions en Dauphiné est une construction du hameau voisin du Serre. Quoiqu'il en soit, les fenêtres géminées de la façade nord nous permettent de dater ce bâtiment de la fin du 15e siècle ou du début du 16e. En 1824, et sans doute bien auparavant, il servait de caset à une simple ferme dont la fuste a été récemment démontée et déplacée à l'extérieur du village.

Parties déplacées à Commune : Molines-en-Queyras
Période(s) Principale : 2e moitié 15e siècle, 1er quart 16e siècle
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu
Murs pierre
bois
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit pierre en couverture
Étages étage de soubassement, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
États conservations restauré
Techniques sculpture
Représentations lion tête homme fleur de lys balance
Précision représentations

sujet : lion accroupi, support : ronde-bosse en couronnement de la toiture ; sujet : masques, rosaces, fleur de lys, balance, support : sculpté sur la fenêtre géminée

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1993/04/05

Références documentaires

Bibliographie
  • ROMAN, Joseph. Répertoire archéologique du département des Hautes-Alpes. Paris : Imprimerie nationale, 1888.

  • TIVOLLIER, Jean, ISNEL, Pierre. Le Queyras (Hautes-Alpes), 2 vol. Marseille : Laffitte Reprints, 1985.

    Tome 1, p. 162-163.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Mallé Marie-Pascale