Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison dite Villa Kérylos

Dossier IA06000903 réalisé en 2000

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Précision dénomination maison de villégiature
Appellations Villa Kérylos
Destinations musée
Parties constituantes non étudiées conciergerie, jardin d'agrément
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Villefranche-sur-Mer - Villefranche-sur-Mer
Adresse Commune : Beaulieu-sur-Mer
Lieu-dit : Formica
Adresse : 7 rue Gustave-Eiffel
Cadastre : 1987 AH 108

La villa inspirée des maisons antiques de Delos et son mobilier à l'antique sont conçus entre 1902 et 1908 par l'architecte niçois, Grand prix de Rome, Emmanuel Pontremoli, pour l'helléniste parisien Théodore Reinach. Elle est cédée en 1967 à l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres qui l'aménage en musée. Dans le dernier quart du 20e siècle, la cuisine et l'office ont été transformés en salles de conférences et de projections. Les deux chambres d'amis du rez-de-chaussée ont été converties en bureaux, les chambres de domestiques en salon et salle de bains, les chambres des enfants du second étage en appartement. En 1997, l'ancien passage couvert aménagé pour les douaniers dans le mur de soutènement, au sud de la parcelle, a été transformé en salle d'exposition.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1902, daté par source
1997, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Reinach Théodore,
Théodore Reinach (1860 - 1928)

Issu d’une famille de banquiers venue de Francfort, doté d’un double doctorat en droit et en lettres, Théodore se passionne très tôt pour l’histoire de la Grèce antique. Helléniste reconnu pour ses travaux de recherche en archéologie, épigraphie, numismatique, il est reçu à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Passionné par l’Antiquité, Théodore Reinach envisage le projet de la villa Kérylos lorsqu’il acquiert un éperon rocheux à Beaulieu-sur-Mer. Il fait appel à l’architecte Pontremoli dont il connaît les travaux de restauration sur les sites antiques pour édifier une résidence sur le modèle antique. Théodore Reinach y séjourne régulièrement en famille et y reçoit de nombreuses personnalités du monde de la politique, des lettres et des arts, désireux de visiter une reconstitution contemporaine de villa antique. À sa mort en 1928, il lègue la Villa Kérylos à l’Institut de France, dont il était membre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par source
Auteur : Pontremoli Emmanuel Elisée,
Emmanuel Elisée Pontremoli (1865 - 1956)

Formé à l’architecture à l’Ecole des beaux-arts de Paris, Grand prix de Rome en 1890 et pensionnaire de la Villa Médicis, il côtoie de nombreux artistes et les membres de l’École d’Archéologie d’Athènes. Il se passionne pour l’archéologie de la Grèce antique, participe aux fouilles de Pergame et de Didyme en Asie Mineure et publie des relevés et vues restituées de monuments antiques. En 1900, l'hélléniste parisien Théodore Reinach lui commande l’édification de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer dans le pur style d’une villa antique. Entre 1902 et 1908, l’architecte conçoit la résidence, sa décoration intérieure et son mobilier, y compris la vaisselle et l’argenterie, et s’entoure d’artistes, de décorateurs et d’artisans d’art pour en assurer l’exécution.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

La villa est composée d'un corps de bâtiment dissymétrique en U avec étage de soubassement et étage carré, dominé par une tour carrée dans l'angle sud-est et disposé autour d'un péristyle dorique de plan carré fermé du côté ouest par un mur. Ce corps de bâtiment est prolongé du côté nord par une aile rectangulaire en rez-de-chaussée surélevé. Les façades, nues et sans couronnement, sont soulignées au niveau du rez-de-chaussée surélevé par un bossage en table et par une grecque surmontée d'une corniche disposée aux deux tiers de la hauteur. A l'exception des galeries qui ont un toit en tuiles plates mécaniques, l'édifice est entièrement couvert en terrasses. L'étage de soubassement, auquel on accède depuis le nord par un escalier tournant, abrite la cuisine, l'office et les services. Il est lié par deux escaliers tournants au rez-de-chaussée surélevé qui abrite les pièces de réception. Ces dernières sont disposées en enfilade et communiquent chacune avec le péristyle : un double vestibule (côté nord), une bibliothèque avec mezzanine desservie par un escalier tournant dérobé, séparée par une antichambre qui abrite l'escalier principal tournant à retours (côté est), une salle à manger, un grand salon et un petit salon, disposés sur un même axe (côté sud). L'étage abrite deux chambres principales avec salles de bains séparées par un salon (côté sud), un appartement indépendant (côté est) et des chambres de domestiques (côté nord). Dans la tour, deux chambres d'enfants avec coin toilette et w.-c., sont accessibles depuis le premier étage par un escalier situé dans une antichambre appelée vestibule Hermès. L'aile nord abrite deux chambres d'amis et une salle de bain monumentale équipée d'un bain axé sur une abside couverte par une fausse voûte. Bien que le décor soit à l'antique, la villa affiche une modernité claire par la dissymétrie du plan, la simplicité des volumes mise en évidence par la nudité des façades, la séparation des fonctions et les équipements de confort (chauffage par air pulsé depuis le sol, réservoir d'eau chaude, canalisations dissimulées dans des placards, monte-plat, w.-c., douche à jets d'eau modulables et passages dérobés pour le service). A l'extrémité sud de la parcelle, la galerie aménagée jadis dans le mur de soutènement en pierre de taille du jardin, pour le passage des douaniers, a été transformée en salle d'expositions et reliée à l'étage de soubassement par un escalier en équerre.

Murs calcaire
bossage
pierre de taille
Toit tuile creuse, tuile plate mécanique, ciment en couverture
Plans jardin irrégulier
Étages étage de soubassement, 2 étages carrés
Couvrements fausse voûte en cul-de-four
Élévations extérieures élévation à travées, jardin en terrasses
Couvertures terrasse
appentis
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant, en maçonnerie
escalier intérieur : escalier tournant à retours, en maçonnerie
escalier intérieur : escalier en équerre, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier tournant, en maçonnerie
Jardins arbre isolé, groupe d'arbres
Typologies plan-masse régulier, volumétrie régulière, élévation sans axe, caractère pittoresque
États conservations restauré
Techniques peinture
menuiserie
mosaïque
décor stuqué
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1966/09/15
Précisions sur la protection

Villa avec sa décoration intérieure et son mobilier (cad. B 208) : classement par arrêté du 15 septembre 1966.

Références documentaires

Bibliographie
  • CHAMONARD, Joseph, PONTREMOLI, Emmanuel. Kérylos, la villa grecque. Paris : Editions des bibliothèques nationales de France. 1934. Réed. Marseille : Edition Jeanne Laffitte, 1996.

  • VIAN DES RIVES, Régis, dir. La Villa Kérylos. Paris : Les Editions de l'Amateur, 1997. 221 p.

  • REYNIER, Françoise. Archéologie, architecture et ébénisterie : les meubles de la villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer. Dans : In Situ [En ligne], n°6, 2005.

  • Les peintures romaines inédites de la villa Kerylos inActes du XIXe colloque du centenaire de la Villa Kérylos, 10-11 octobre 2008, Cahiers de la Villa Kérylos N° 20 XXXII-295 pages, 196 illustrations, 2009

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Conseil général des Alpes-Maritimes - Del Rosso Laurent