Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison des Têtes

Dossier IA05000674 réalisé en 1984

Fiche

DESCRIPTION

Situation

Dans l'îlot 2, la maison occupe la parcelle la plus grande ; mitoyenne au nord et au sud, elle ouvre sur la Grande Rue et sur la rue du Temple.

Composition

Ses deux corps de bâtiments sont reliés par une cage d'escalier éclairée par une cour intérieure. L'ensemble est couvert par une seule toiture à deux versants.

Matériaux

Maçonnerie enduite sauf dans les caves où apparaissent les moellons grossièrement éclatés de calcaire et de schiste ; les voûtes y sont coffrées et parfois recouvertes d'un mortier (au rez-de-chaussée et dans l'escalier, elles sont plâtrées). Planchers partout. Porte d'entrée en marbre rose.

Porte d'entrée.Porte d'entrée. Premier étage. Cage d'escalier C. Vue prise de la cour D.Premier étage. Cage d'escalier C. Vue prise de la cour D.

Structure

La maison se compose d'un corps de bâtiment A, antérieur, à l'est, d'un corps de bâtiment B, postérieur ; entre les deux une cage d'escalier C et une cour D.

- Le corps de bâtiment A est simple en profondeur et triple en largeur. Cette division correspond dans les quatre étages carrés à celle du rez-de-chaussée avec un vestibule central Aa voûté d'arêtes encadré de deux locaux commerciaux voûtés de même (Ab et Ac). Le quatrième étage carré est un galetas éclairé par des oculi (hauteur sous plafond : 2, 00 m)

- Le corps de bâtiment B postérieur est simple en profondeur ; il comprend deux pièces voûtées en berceau avec des lunettes au rez-de-chaussée, mais trois pièces avec alcôves dans les étages habitables. Au troisième étage, un appartement a été aménagé dans une partie de ce qui était à l'origine le premier étage aménagé dans le comble ; il y en a deux autres avec des planchers à claire-voie.

- La cage d'escalier C, reliant A et B abrite un escalier Ca de deux volées parallèles de sens contraires, à retour à gauche séparées par un mur-noyau. Des berceaux inclinés couvrent sept volées, des voûtes d'arêtes paliers et repos, retombant sur des culots inspirés des ordres toscan (rez-de-chaussée), corinthien (premier étage), ionique (deuxième étage) ; une clé pendante se trouve au palier du premier étage.La cave est desservie par une volée droite de 10 marches ; on compte ensuite 12 + 8, 10 + 10, 11 + 7 et 11 + 1 + 3 marches jusqu'au quatrième étage ; celui-ci est plafonné au niveau des faux-entraits de la charpente ; le plafond couvre la moitié de la cour D.

Cage d'escalier C. Vue de volume prise de la cour D.Cage d'escalier C. Vue de volume prise de la cour D. Cage d'escalier C. Premier étage. Clé pendante en plâtre.Cage d'escalier C. Premier étage. Clé pendante en plâtre.

- En arrière de l'escalier est aménagé un passage Cb de 0, 80 m de largeur environ, séparé par une cloison en pans de bois. Aux étages, ce passage relie A et B ; au niveau des repos, il est utilisé comme resserre (à charbon actuellement).

- La cour D, bordée par A, B et C donne jour à tous les étages. Le rez-de-chaussée en est occupé par une pièce couverte d'une voûte en pendentif communiquant avec la travée sud de A et B. Une verrière à petits bois, à hauteur des troisième et quatrième étages, sépare cette cour de la cage d'escalier de la maison voisine, au sud. Au-dessus, le jour est donné au sommet du pignon sud par des ondulines translucides.

- La distribution des caves répond grossièrement à celle du rez-de-chaussée ; il y a deux étages de sous-sols sous le bâtiment B.

Élévations extérieures

- Façade antérieure

Ordonnance de type 31, avec cinq niveaux. La porte d'entrée présente un chambranle en pointes de diamant, en plein-cintre sur impostes et bases moulurées ; clé saillante, passante et pendante. La menuiserie à panneaux rectangulaires à grand cadre paraît avoir été modifiée ; au-dessus, imposte en fer forgé. De part et d'autre, deux boutiques modernes. Les fenêtres des trois étages suivants ont un décor de pointes de diamant identiques à celui de la porte, sans impostes et bases moulurées ; les menuiseries sont métalliques ; l'imposte en fer forgé cache l'enroulement d'un rideau mû par une manivelle. L'appui, très saillant, est porté, à chaque fenêtre, par trois consoles figurant en bas-relief des bustes, répétés plusieurs fois, accompagnés d'initiales. Au cinquième niveau, des oculi circulaires entourés des mêmes pointes de diamant. Crépi gris à la tyrolienne ; panneau séparant les travées en enduit lisse peint en beige.

Façade antérieure est. Troisième niveau. Reliefs d'applique. Effigies.Façade antérieure est. Troisième niveau. Reliefs d'applique. Effigies.

- Façade postérieure ouest

Élévation non régulière de cinq niveaux et trois travées. Au premier niveau (correspondant au premier sous-sol) ouvrent trois portes rectangulaires fermées de volets extérieurs. Deux de ces portes étaient celles d'une blanchisserie. Au deuxième niveau, deux fenêtres ont des contrevents à claire-voie (à petits bois) grillagés ; grille à la fenêtre du milieu. Au troisième niveau, contrevents à persiennes en fer ; au quatrième niveau, contrevents à persiennes en bois à la troisième travée ; au cinquième niveau, fenestrons ; entre le premier et le deuxième, baie fenière. Crépi à la tyrolienne gris et panneaux lisses beiges. Une enseigne peinte se trouve entre le premier et le deuxième niveau : MACHINES A ECRIRE ; une autre est rapportée à la quatrième travée du premier niveau : BLANCHISSERIE TEINTURE DEGRAISSAGE REPASSAGE.

- Élévations est et ouest sur la cour

Quelques baies (fenêtres et portes rectangulaires) éparses ; ancres en S inversé côté est. Aux troisième et quatrième étages, coursières donnant accès au bâtiment B.

- Élévation nord (cage d'escalier)

Cinq niveaux correspondant aux paliers de l'escalier : premier niveau au rez-de-chaussée, ouvert en anse de panier comme le troisième niveau ; le deuxième niveau présente deux arcs en plein-cintre retombant sur une clé pendante et des culots inspirés du corinthien ; les quatrième et cinquième niveaux ont une ouverture rectangulaire ; les garde-corps pleins n'ont aucun décor.

Comble et couverture

L'ensemble est couvert par une toiture homogène à deux versants dissymétriques : le versant ouest descend d'un étage plus bas que l'autre. La charpente comprend trois fermes dont les poinçons ont une hauteur de 6, 40 m, contreventés par une série de jambes de force reliées au faîtage et à des liens horizontaux. Une partie au-dessus de la cour est couverte d'ondulines translucides.

Distribution intérieure

-Sous-sol. La partie ouest utilisée autrefois comme boutiques n'a pas été visitée. La partie centrale et antérieure sert de dépôt au marchand de fruits et légumes. Il reste, des travaux du début du XXe siècle, quantités de pierres entreposées çà et là, en particulier des bossages en pointe de diamant en surplus préparés pour les fenêtres de la façade antérieure.

Rez-de-chaussée. Vestibule Aa. Culot supportant la retombée des voûtes d'arêtes.Rez-de-chaussée. Vestibule Aa. Culot supportant la retombée des voûtes d'arêtes.

- Rez-de-chaussée : les voûtes d'arêtes du vestibule retombent sur des culots inspirés du toscan. Les deux côtés sont bordés, à mi-hauteur, de lambris en noyer formant des panneaux rectangulaires ; au-dessus le mur porte un décor peint en bleu et ocre rouge sur un fond blanc où apparaissent, peintes au pochoir, aiguilles et pommes de pin. La première travée est séparée des autres par une porte vitrée ; de chaque côté un buste de femme en bas-relief en plâtre, dans un cadre ovale arraché. Des cadres semblables sont peints en ocre rouge, sans figuration, dans les autres travées.

- L'escalier Ca est badigeonné en blanc avec des plinthes peintes en noir jusqu'à hauteur d'appui. Liseré ocre rouge à la retombée des voûtes. Une grille sépare le palier du premier étage de la cour.

- Premier étage : des trois pièces antérieures, seule la chambre Ac conserve l'ensemble de son décor : lambris à panneaux chantournés à petit cadre et alcôve. Les deux autres pièces n'ont rien de particulier. Dans la partie postérieure, Ba possède une cheminée de plâtre au décor de la fin du XVIIIe siècle. La chambre Bb possède son lambris complet avec alcôve. La partie Be est divisée en deux pièces sans décor.

-Deuxième étage : les pièces Ab, Ac, Ba, Bb et Be conservent le lambris de leur alcôve. Deux exceptions dans leur disposition : celui de Ab est décentré, l'entrée de l'alcôve (transformée en cuisine) est fermée par deux battants de porte cloués ; celui de Be, intact, a une entrée d'alcôve fermée d'une porte à deux battants semble-t-il d'origine. L'alcôve condamnée sert de soute à charbon, la chambre est une cuisine.

Dans la cuisine de Ab, l'embrasure de la fenêtre donnant sur la cour D a un linteau à soffite surélevé sur deux épaulements arrondis.

- Troisième étage : non visité. La partie Ba-Bb est le premier plan de la grange et couvert par le plancher à claire-voie du deuxième plan. Cette pièce sert de bûchère.

- Le quatrième étage est désaffecté et rempli de vieux meubles, décombres, cageots abandonnés.

- On accède au comble, c'est-à-dire au plancher couvrant la cage d'escalier Ac et une partie de la cour, par une échelle de meunier disposée en Cb, à partir du quatrième étage.

Deuxième étage. Chambre Ac. Vue d'ensemble de l'ancienne alcôve.Deuxième étage. Chambre Ac. Vue d'ensemble de l'ancienne alcôve.

ANNEXES

Marques et inscriptions

Façade antérieure

- Plaque sculptée au-dessus de la porte : A.L F. C R / MDCCCCVII

- Deuxième niveau, consoles de la première fenêtre : FIA FC - AL FC - MS

- Deuxième niveau, consoles de la deuxième fenêtre : SC - IA/C - AB

- Deuxième niveau, consoles de la troisième fenêtre : F C - AIC - CC

- Troisième niveau, consoles de la première fenêtre : FC - ALC - CC

- Troisième niveau, consoles de la deuxième fenêtre : SC - IA/C - AE

- Troisième niveau, consoles de la troisième fenêtre : FIA FC - AL FC - MS

- Quatrième niveau, consoles de la première fenêtre : MS - AL FC - FIA FC

- Quatrième niveau, consoles de la deuxième fenêtre : AB IA/C - SC

- Quatrième niveau, consoles de la troisième fenêtre : CC - ALC - FC

- Vestibule Aa, première travée, côté gauche : panneau : AM

- Vestibule Aa, première travée, côté droit : panneau : AR

-Sous-sol. Plaque sculptée en méplat : 1537.

Premier sous-sol. Pierre de remploi datée 1537.Premier sous-sol. Pierre de remploi datée 1537.

Appellations Maison des Têtes
Parties constituantes non étudiées magasin de commerce
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Briançon
Adresse Commune : Briançon
Adresse : 13 Grande Rue ou de la Grande Gargouille , 10 rue du Temple
Cadastre : 1841 A4 738 ; 1972 AP 129

La Maison des Têtes est l'un des quelques immeubles conservés à Briançon après l'incendie de 1692. Un premier incendie en 1624 avait peu détruit l'immeuble (murs et boutiques du rez-de-chaussée conservés). Dans le courant du 18e siècle, décor de lambris. La façade sur la rue de la Gargouille a été rhabillée au début du 20e siècle, en s'inspirant de la maison des Têtes de Valence : bustes en bas-relief représentant la famille du propriétaire de l'époque en coiffe briançonnaise.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 20e siècle
Dates 1907, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Maison faite de deux corps de bâtiments reliés par une cage d'escalier et une cour. Le bâtiment principal comprend trois étages carrés et un comble, avec trois travées et la porte centrée ; le vestibule (décor bleu et ocre rouge d'aiguilles et de pommes de pin) et les commerces sont voûtés d'arêtes. Le corps de bâtiment arrière comprend deux pièces voûtées en berceau avec des lunettes au rez-de-chaussée et trois pièces avec alcôves dans les étages habitables. La cage d'escalier comprend deux volées parallèles de sens contraire à retour à gauche séparées par un mur noyau ; des berceaux inclinés couvrent sept volées, avec voûtes d'arêtes aux paliers et repos retombant sur des culots inspirés successivement des ordres toscans, corinthiens et ioniques. La façade principale présente une ordonnance de type 31, avec cinq niveaux. La porte d'entrée et les fenêtres (plein-cintre), et les oculi ont un chambranle en pointes de diamant ; l'appui des fenêtres, très saillant, est porté par trois consoles figurant des bustes en bas-relief représentant la famille du propriétaire au début du siècle, en costume régional. La façade postérieure présente une élévation irrégulière de cinq niveaux et trois travées. Il reste dans les appartements quelques décors de boiseries (lambris à panneaux chantournés à petit cadre et à alcôve) et cheminée de plâtre.

Murs pierre
enduit
maçonnerie
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 3 étages carrés
Couvrements voûte d'arêtes
voûte en berceau
Couvertures toit à deux pans
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Sites de protection secteur sauvegardé
Protections inscrit MH, 1998/02/18
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Fray François - Marciano Florence