Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison de villégiature (villa Orizet)

Dossier IA04001846 inclus dans village d'Annot réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination maison de villégiature
Appellations villa Orizet
Parties constituantes non étudiées lavoir, garage, conciergerie, écurie
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Annot
Adresse Commune : Annot
Adresse : impasse de l'ingénieur
Cadastre : 2010 OF 468 à 471

La villa Orizet a été construite par la famille du même nom, probablement entre 1908 et 1914. Les trois frères Orizet (François, Maurice et Claude), associés au sein d'Orizet frères, ont été adjudicataires de nombreux lots du chantier de construction de la ligne de chemin de fer Nice-Digne, notamment dans sa portion annotaine. La maison, qui est restée un lieu de villégiature pour cette famille jusqu'à nos jours, n'a pas connu de modification majeure. La tempête de 1999 a abattu une dizaine d'arbres centenaires dans le parc.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Orizet frères
Orizet frères

Compagnie de travaux publics niçoise fondée par François, Maurice et Claude Orizet. Intervenue notamment dans des chantiers de construction de voie de chemin de fer dans le sud de la France (ligne Nice-Digne, ligne de Barcelonnette, ligne de Miramas).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

La villa Orizet est construite au bord de la Vaïre, au milieu d'une propriété de plan rectangulaire d'environ 50 mètres par 60, qui comporte une maison d'habitation principale et une construction secondaire. Dans cette dernière se trouvent en rez-de-chaussée les anciennes écuries encore équipées des râteliers et mangeoires sur banquette mais aujourd'hui transformées en garages et, à l'étage, le logement du gardien. Le rez-de-chaussée abrite également un bureau. La maison principale est au centre du terrain. Son plan carré de 10 m de côté est échancré dans l'angle est, là où le perron, couvert d'un auvent, permet d'accéder à la porte d'entrée. La maison comporte quatre étages : un sous-sol semi-enterré, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage de comble. Au sous-sol se trouve le lavoir. Au rez-de-chaussée surélevé, le perron donne accès à un premier vestibule qui ne fait office que d'entrée, d'où l'on pénètre dans le second vestibule, ouvert sur le bureau, le salon, la salle à manger et la cuisine ainsi que sur la vaste cage de l'escalier tournant à deux retours sans repos. A l'étage sont les chambres. La charpente en bois, très massive, trahit les savoir faire de l'entreprise Orizet. Les éléments de décor ont fait l'objet d'un très grand soin. Les avant-toits en chevron sont soulignés d'une double frise, l'une, à motifs végétaux et l'autre, à médaillons de céramique. La symétrie des élévations a été recherchée systématiquement, d'où la présence de nombreuses fausses baies (c'est la cas des deux fenêtres sud de l'élévation sud-est au rez-de-chaussée surélevé, qui ne correspondent à aucune ouverture dans le salon, ou de la travée nord de l'élévation nord-ouest). Les baies sont couvertes d'un linteau maçonné et enduit, mais ce couvrement est presque caché derrière l'arc segmentaire assez massif qui couronne chaque fenêtre, tandis que les appuis sont marqués par un alignement des cinq petits carreaux de ciment. Le sous-sol est matérialisé en façade par la présence d'un soubassement traité en moellons calcaires équarris dont l'ébauche est soulignée par des joints rectilignes, renforcé de chaînes d'angle en pierres de taille. Même à ce niveau, le couvrement des baies est soigné puisque leurs claveaux en pierres de taille mêlent extrados arasé et extrados en escalier. A l'intérieur, les éléments de décor sont concentrés sur les parties planes : les sols (carreaux de ciment polychrome) et surtout les plafonds, qui ont pour la plupart reçu un décor peint anonyme de qualité et d'inspiration néo pompéienne ou art nouveau.

Murs moellon enduit
Toit tuile plate mécanique
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit en pavillon
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour
Techniques peinture

Représentations iris, pensée, anémone, rinceau humain fabuleux paysage, dauphin, tête de femme entrelacs, quadrilobe
Précision représentations

Plafond de l'entrée vestibule : une figure de triton casquée et armée d'un arc.

Plafond du vestibule : 4 bouquets de fleurs (anémones ?) aux angles. Plafond du palier et des rampants de l'escalier : vases de fleurs (anémones) et rinceaux.

Plafond du salon : composition d'inspiration pompéienne. Autour d'une rosace centrale, des guirlandes de fleurs relient sur les 4 côtés un cartouche rectangulaire, surmonté d'un masque féminin et accosté de dauphins. Dans le cartouche, un paysage stylisé traité en grisaille.

Plafond de la chambre 1 : rinceaux et fleurs (pensées). Plafond de la chambre 3 : guirlande d'iris.

Sol du palier de l'étage : quadrilobes et entrelacs.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud