Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison de villégiature (villa) dite Villa Reichenberg, puis Villa Marie

Dossier IA83000622 réalisé en 2003

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Précision dénomination maison de villégiature
Appellations Villa Reichenberg, Villa Marie
Parties constituantes non étudiées portail, jardin d'agrément, belvédère
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Saint-Raphaël - Saint-Raphaël
Adresse Commune : Saint-Raphaël
Lieu-dit : Valescure
Adresse : avenue des Pins
Cadastre : 1981 AM 52

La construction de cette villa date de 1883, sur des plans de l'architecte Pierre Aublé, pour Suzanne Reichenberg, célèbre actrice de la Comédie Française. Celle-ci était l'épouse de Mario Huchard, littérateur et auteur dramatique. En 1897, elle est achetée par le médailleur Oscar Roty (cf. IA83000612), auteur de la Semeuse. A la mort de Roty, en 1911, ses descendants la vendent aux barons belges Antoine et Jean d'Overschie. En 1927, le baron Antoine d'Overschie vend à des Anglais, madame Elisabeth Grisewood et son époux Robert Douglas, artiste peintre, habitant à cette date la villa Les Grillons (non étudiée).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1883, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Aublé Pierre,
Pierre Aublé (1842 - 1925)

La famille de l'architecte Pierre Aublé est originaire du Lyonnais. Son père, employé des Messageries Maritimes de Rhodes avait épousé une Grecque, Marie Clidion. Pierre nait à Rhodes en 1842. Après des études à l’École Polytechnique de Lyon, il travaille comme ingénieur en Turquie à partir de 1869, puis à Saint-Raphaël à partir de 1879, appelé par Félix Martin. Aublé et Martin s’étaient connus lors de leurs études communes à l’École Polytechnique. Ils s’étaient aussi retrouvés en Turquie, lors d’un voyage d’étude de Félix Martin. En 1879, l’architecte de la ville est déjà un Lyonnais, Laurent Vianay. La première grande réalisation de Pierre Aublé est Le Grand Hôtel, à Notre-Dame, premier « palace » de Saint-Raphaël. En 1882, ce sera l’Hôtel Beau-Rivage (détruit), puis en 1882 et 1883, deux édifices d’enseignement, le pensionnat de jeunes filles de Valescure et le collège de garçons de Boulouris. Le grand chantier d’Aublé, c’est la nouvelle église paroissiale Notre-Dame-de-la-Victoire, de 1883 à 1887. Son agence compte alors 20 employés. Il construit dans le même temps une soixantaine de villas à Notre-Dame, Valescure, ou Les Cazeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Personnalité : Reichenberg Suzanne,
Suzanne Reichenberg

Actrice de la Comédie française. Commanditaire d'une villa à Valescure en 1883.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques
Personnalité : Huchard Mario,
Mario Huchard (1824 - 1893)

Auteur dramatique, époux de l'actrice Suzanne Reichenberg. Commanditaire d'une villa à Valescure en 1883.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre, attribution par travaux historiques
Personnalité : Roty Oscar,
Oscar Roty

Sculpteur et médailleur. Propriétaire de la villa Marie et de la villa Les Abeilles à Valescure vers 1900.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, attribution par travaux historiques

La villa est située à l'avant d'une parcelle de 5815 mètres carrés, plantée d'une végétation méditerranéenne, parcourue de petites allées délimitées par des bordures de pierre. Elle se présente comme un jeu de volumes irréguliers dominés par une tour-porche formant belvédère. Les élévations de la tour sont percées au premier niveau par trois arcades en plein cintre, rappelées à l'étage par trois niches. Le belvédère est ouvert par des baies géminées en plein cintre. Une terrasse, occupant l'avancée du soubassement, précède la façade sud dont elle épouse la ligne courbe du corps central demi-hors-œuvre en arrondi. Les élévations sont couronnées par une corniche. Le toit terrasse, à balustrade de couronnement d'origine, a été remplacé par un toit à longs pans couvert de tuiles plates. L'entrée principale est sur la façade antérieure, en rez-de-chaussée surélevé, abritée par la tour-porche hors-œuvre, et accessible par des marches de marbre blanc. Ce niveau est occupé par le bureau, le salon et un salon de musique, au sud, par la salle à manger, à l'ouest et par l'office et la cage d'escalier, au nord. Dans l'office arrive un monte-plats qui le met en relation avec la cuisine, au soubassement. Également au soubassement, couvert de voûtes catalanes, se trouvent trois chambres de domestiques munies de placards, deux offices, des toilettes, la chaudière et la réserve à charbon. Dans la cuisine, subsiste une pompe qui élève l'eau de la citerne du sous-sol (où se trouve également une cave à vin) jusqu'à un réservoir situé dans le grenier. A l'étage se trouvent quatre chambres et deux salles de bain. Toutes les chambres sont dotées d'une cheminée et d'un lavabo. Marches de l'escalier en marbre.

Murs pierre
enduit
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit béton en couverture, tuile plate mécanique
Étages sous-sol, étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Élévations extérieures élévation ordonnancée, jardin accidenté
Couvertures terrasse
toit à longs pans
toit en pavillon
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie
Typologies plan-masse régulier, volumétrie composite, élévation avec axe, caractère éclectique
Techniques sculpture
ferronnerie
peinture
Représentations pilastre colonne ordre ionique acanthe balustre ornement géométrique
Précision représentations

Baies du belvédère à colonnes ioniques. Balcon soutenu par des corbeaux sculptés de feuilles d'acanthes. Garde-corps en fer forgé ouvragé. Garde-corps de la terrasse à balustres.

Villa-Château aristocratique ou bourgeoise ; 1880-1919

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives privées Laubier. / Collection particulièrte.

Documents figurés
  • Saint-Raphaël. Villa Reichenberg. Vue de situation. / Photographie par Pierre Aublé, 4e quart 19e siècle. Collection particulière.

  • Saint-Raphaël. Villa Reichenberg. Vue de volume. / Photographie par Pierre Aublé, 4e quart 19e siècle. Collection particulière.

  • Saint-Raphaël. Villa Reichenberg. Vue du paysage. / Photographie par Pierre Aublé, 4e quart 19e siècle. Collection particulière.

Bibliographie
  • JEANNIN-MICHAUD, Emilie. Saint-Raphaël, naissance d'une station. Étude architecturale. Th. doct. : Paris 10 : 1983.

    P. 120-440.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève