Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison de villégiature (villa) dite Villa Call, puis Les Colombes grises, actuellement colonie de vacances

Dossier IA83000572 réalisé en 2003

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Précision dénomination maison de villégiature
Appellations Villa Call, Les Colombes grises
Destinations colonie de vacances
Parties constituantes non étudiées jardin d'agrément, portail, pergola
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Saint-Raphaël - Saint-Raphaël
Adresse Commune : Saint-Raphaël
Lieu-dit : Valescure
Adresse : 1632 avenue de Valescure
Cadastre : 1981 AM 854

La Villa Call ou Villa Victor porte la date 1898. Elle a été construite pour un Écossais, Charles Call, né en 1845, colonel en retraite. L'architecte est Léon Sergent comme les villas Les Asphodèles (IA83000580), La Clairière et Nelson (non étudiées), toutes trois à proximité. Le recensement de 1911 nous indique que Charles Call y vit avec sa femme Laetitia, née en 1847, une cuisinière allemande, deux femmes de chambre françaises et un mécanicien suisse. Laetitia Call était la fille d'un écrivain anglais, Edward John Trelawny, ami de Byron et Shelley. Elle décède en 1938 et le colonel Call en 1939. La villa est alors vendue à une actrice anglaise, Muriel Harding, qui avait fait carrière au cinéma, aux États-Unis, entre 1912 et 1927, sous le nom d'Olga Petrova. Elle prend alors le nom de Les Colombes grises. Depuis 1954, c'est une colonie de vacances de l'Union Française des Œuvres de Vacances Laïques (UFOVAL) de Haute-Savoie.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1898, porte la date
Auteur(s) Auteur : Sergent Léon,
Léon Sergent (1861 - 1931)

Architecte, auteur du grand hôtel de Boulouris, de l'église anglicane de Valescure en 1899, des villas Les Lauriers roses (vers 1900), Call (1898) et Les Asphodèles (1885), à Saint-Raphaël.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par analyse stylistique
Personnalité : Call Charles,
Charles Call (1845 - 1939)

Le colonel en retraite Call avait fait construire sa villa à Valescure en 1898. Il décède en 1939. Une verrière de l'église anglicane lui est dédiée.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques
Personnalité : Harding Muriel, dit(e) Petrova Olga,
Muriel Harding , dit(e) Petrova Olga (1883 - 1977)

Actrice anglaise qui a fait carrière au cinéma aux États-Unis, entre 1912 et 1927, sous le nom d'Olga Petrova. Propriétaire de la villa Les Colombes grises, à Valescure, à partir du début des années 1940.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire, attribution par travaux historiques

La villa se situe au milieu d'un vaste jardin d'environ 11000 mètres carrés. Elle est accessible à partir du portail par une voie carrossable aménagée au-dessus d'un mur de soutènement à appareil polygonal, renforcé par des arcs de décharge et des contreforts. La plus grande partie du jardin est accidentée et plantée d'essences méditerranéennes (cyprès, pins, chênes) ainsi que de quelques palmiers. La partie sud-ouest est régulière avec un jardin de buis et une pergola portant une treille abritant un banc en rocaille. Devant l'entrée nord de la maison se trouvent également de faux rochers et des escaliers en rocaille.

La maison présente des volumes irréguliers animés par un bow-window couvert d'un balcon et une terrasse au sud aménagée sur l'avancée du soubassement en pierre apparente. L'entrée principale, au nord, porte la date 1898. Le toit repose sur des aisseliers. Les pièces du rez-de-chaussée ont des lambris de demi-revêtement en chêne couronnés d'une tablette reposant sur des consoles moulurées. Le grand salon a une cheminée en brique et les pièces est et ouest des cheminées en chêne. La salle à manger présente sur le mur nord une niche encadrée de deux portes dont l'une donnant accès à l'escalier de service. L'escalier principal, en bois, part directement dans le grand salon. Il est doublé par un autre escalier, de service. Tous les sols de la maison sont parquetés. L'étage a gardé ses radiateurs d'origine.

Murs pierre
enduit
rocaille
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit tuile plate mécanique
Plans jardin mixte
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées, jardin accidenté
Couvertures toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente
Jardins rocaille de jardin
Typologies plan-masse régulier, volumétrie composite, élévation avec axe, caractère éclectique
Techniques peinture
sculpture
menuiserie
céramique
Représentations lion pilastre chardon
Précision représentations

Le départ de rampe de l'escalier principal est sculpté d'un mufle et d'une patte de lion. La cheminée de la salle à manger est cantonnée de pilastres cannelés et le rétrécissement est carrelé de faïence jaune à motif de chardons.

Cette villa présente des caractères communs avec d'autres villas construites pour des Anglais à Saint-Raphaël : l'utilisation du bois (parquets, lambris, escalier, cheminées), le départ de l'escalier directement dans le grand salon, la présence des bow-windows ; 1880-1919

Statut de la propriété propriété d'une association

Références documentaires

Documents d'archives
  • [Saint-Raphaël.] Statistiques de population. 1793-1946. Archives communales, Saint-Raphaël : 1 F 4.

    Recensements de 1911 et 1926.
  • ALISON, Martine. Histoire de la "Villa Call". 1632 avenue de Valescure à Saint-Raphaël. 3 feuillets illustrés, saisies sur ordinateur, sans date. Centre de documentation du service de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

    Centre de documentation du service de l'Inventaire de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Bibliographie
  • JEANNIN-MICHAUD, Emilie. Saint-Raphaël, naissance d'une station. Étude architecturale. Th. doct. : Paris 10 : 1983.

    P. 376-379.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève