Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Villa Faga ou Villa Croisette, puis Ker Ann, puis Fondation Leten

Dossier IA83001526 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination maison de villégiature
villa balnéaire
Appellations Villa Faga, Villa Croisette, Ker Ann, Fondation Leten
Parties constituantes non étudiées ferme, conciergerie, parc
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : la Croisette
Adresse : 40 boulevard Jean-Moulin
Cadastre : 2012 F5 3177, 3178

La villa a été construite en 1900 pour Monsieur Victor Faga (1857-1918), par l'entrepreneur de maçonnerie François Boyer. L'ensemble est déclaré comme comprenant une villa et deux dépendances (une ferme et une maison de gardien). La ferme existe toujours, transformée en deux villas (parcelles 2517 et 2518). La conciergerie, à l'emplacement de la parcelle 553, a été détruite. L'ensemble figure en 1907 sur le plan directeur du Service géographique de l'Armée sous le nom de Villa Croisette. En 1926, le domaine est loti sous l'impulsion de Georges Vimort, architecte parisien et Louis Delhorbe, également parisien. La villa fait alors partie du lotissement. Elle est désignée sous le nom de Villa Faga ou Ker Ann.

Elle est acquise en 1947 par Madame Leten, épouse du ministre belge Paul Leten, qui souhaite en faire une fondation dédiée à la mémoire de son fils étudiant, résistant, disparu au camp de Mathausen. Madame Leten est alors propriétaire de la villa Les Myrtes toute proche. Elle fait don de la villa Ker Ann à l'Université de Paris qui confie à la MNEF la gestion d'une maison de convalescence pour les étudiants en 1954. En 1950, la villa avait été endommagée par un incendie, puis restaurée en 1951. Le deuxième étage a alors été reconstruit. En 1958, elle accueille 50 jeunes. Elle connaît un déclin à partir de 1968 qui aboutit à sa fermeture et sa vente par la MNEF en 1976. Elle est transformée en colonie de vacances au début des années 1980. Après de nombreuses années d'abandon et de vandalisme, la villa et le parc de 8 000 mètres carrés qui lui est encore rattaché font l'objet d'un programme immobilier de luxe. La villa est transformée en immeuble de 7 appartements.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Dates 1900, daté par source
Auteur(s) Auteur : Boyer François,
François Boyer (1851 - 1912)

Entrepreneur de maçonnerie à Sainte-Maxime (83). Il figure comme mandataire dans le registre des déclarations de plusieurs constructions nouvelles entre 1897 et 1911.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par source

La villa a été construite au milieu d'un parc de 50 000 mètres carrés, au bord de la route nationale qui longe la mer, à environ 1.500 kilomètre à l'ouest de la station balnéaire naissante. Il n'y alors pratiquement pas de constructions entre la ville et le quartier de la Croisette, si ce n'est la villa Les Myrtes, sa voisine, construite en 1895. L'ensemble est complété par une ferme, tout près derrière la villa (parcelles 2517 et 2518) et par une maison de gardien dans l'angle nord-est, au bord de la route (détruite). Sur le plan du Service géographique de l'Armée on note également dans l'angle nord-ouest de la parcelle la présence d'un caveau. Il s'agit vraisemblablement du tombeau de l'épouse de Victor Faga, Agnès, décédée en 1903 et dont la chapelle funéraire ne sera construite qu'en 1919 dans le nouveau cimetière de la Croisette.

La villa est construite en moellons de pierre sans chaîne en pierre de taille. Seuls les arcs et les colonnes du portique sont en pierre de taille. Elle se présente comme un volume cubique de plan carré de deux étages sur rez-de-chaussée. La façade d'agrément est ordonnancée autour de la travée centrale dont l'entrée s'inscrit dans une serlienne. Cette façade se caractérise par la présence d'un portique et de deux galeries superposées. La galerie supérieure a peut-être été aménagée au moment de la transformation de la maison en 1951, les galeries correspondant très bien à l'usage de maison de convalescence qu'elle prend alors.

Murs pierre moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
Étages rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Typologies plan-masse simple, volumétrie simple, élévation avec axe, caractère éclectique
États conservations remanié
Techniques maçonnerie
Représentations colonne
Précision représentations

Portique à colonnes sur la façade antérieure.

Maisons Maxime

Titre courant Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Villa Faga ou Villa Croisette, puis Ker Ann, puis Fondation Leten
Sélection oui
Lieu-dit Croisette (la)
Adresse Jean-Moulin (boulevard) 40
Datation avant 1920
Date 1900
Architecte Boyer François
Type Villa-château aristocratique ou bourgeoise
Plan-masse simple
Volumétrie simple
Elévation principale avec axe
Caractères éclectique
Couronnement non applicable
Entrée principale position sur façade antérieure
Entrée principale niveau rez-de-chaussée
Entrée secondaire position sur façade latérale
Entrée secondaire niveau soubassement ou rez-de-chaussée
Escalier extérieur non
Perron oui
Porche non
Terrasse non
Pergola non
Balcon oui
Galerie oui
Loggia non
Bow-window oui
Corps en arrondi non
Date de saisie 2013-07-25T00:00:00.000+02:00
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des déclarations concernant les constructions nouvelles, reconstructions, additions de constructions... 1891-1939. Archives communales, Sainte-Maxime : Série T.

    Construction commencée le 01/06/1900.
  • Dossiers des lotissements communaux. Archives communales, Sainte-Maxime : non coté.

    Boîte 2. Cahier des charges du lotissement Villa Faga en 1926.
Documents figurés
  • Plans directeurs. Service géographique de l'armée. Levé en 1907. / Dessin à l'encre par Doré, 1907.

    Région de Draguignan, feuille XXXV-45-N°2-d, échelle : 1 / 10 000e.
Bibliographie
  • Sainte-Maxime. Un bâtiment public baptisé "centre Jean-Verdier". Dans : Var Matin, 14 juillet 2009.

Liens web

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève