Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Mas de la Musardise

Dossier IA83001514 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination maison de villégiature
villa balnéaire
Appellations Mas de la Musardise
Parties constituantes non étudiées garage, château d'eau
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : la Nartelle-nord
Adresse : 12 avenue Jean-Claude-Roussel
Cadastre : 2012 AF 1147

Le Mas de la Musardise a été construit en 1932 pour madame Jane Lalliaume, domiciliée à Paris. Il s'agit des lots 35 et 37 du lotissement de la Société Terrienne de France et des Colonies, à la Nartelle. Les plans et la villa portent la signature de l'architecte René Darde.

Elle a peu subi de transformations. Un nouveau garage a été rajouté au nord-ouest et la chambre de domestique, le cellier et la buanderie ont été transformés en studio. A l'étage sous comble, une partie du grenier a été transformé en chambre et la couverture du portique a été rendue accessible à la chambre nord-est.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1932, daté par source
Auteur(s) Auteur : Darde René,
René Darde (1883 - 1960)

René Darde est issu de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il travaille dans l'atelier des architectes parisiens Henri Sauvage et Charles Sarazin pour lesquels il vient, en 1911, suivre le chantier du Golf Hôtel de Beauvallon à Grimaud (83). Il s'installe définitivement à Sainte-Maxime à partir de 1913. Avec deux autres agences à Saint-Raphaël et Cannes, il serait l'auteur de près de deux cents villas dans le Var et les Alpes Maritimes. Il est considéré comme l'un des chefs de file du mouvement néo-régionaliste en Provence. Victime d'une hémiplégie en 1950, il réduit son activité mais réalise encore quelques villas jusqu'à son décès en 1960.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature

La villa est construite à l'avant d'une parcelle de 3 880 mètres carrés, inclinée vers le sud-est et plantée d'une végétation méditerranéenne de grands arbres (pins, chênes, cyprès, palmiers...) et de massifs plus bas. Elle occupe une position surélevée dominant une terrasse en terre-plein dallée, d'où un escalier droit monte à une autre terrasse agrémentée d'une pergola.

Elle est construite sur deux niveaux, un rez-de-chaussée de 130 mètres carrés surmonté d'un étage de comble habitable de 50 mètres carrés. Le matériau du gros œuvre est masqué par le crépi, les toits sont couverts de tuiles creuses, l'avant-toit est fermé par une génoise.

Elle se caractérise par un plan-masse et une volumétrie composites, avec une multiplication des hauteurs et des formes de toits : toits à longs pans à croupes ou à pignons couverts, toit conique en couverture de la tour d'escalier demi-hors-œuvre.

L'angle sud-est de la construction est adouci par l'arrondi d'un portique aux arcs en plein cintre retombant sur des colonnes lisses.

Les fenêtres possédaient une double fermeture avec une porte vitrée doublée d'une porte moustiquaire, système encore présent dans le living-room.

L'entrée principale, sous le portique, introduit directement dans le living-room qui ouvre également au sud-est sur la terrasse. L'escalier (une vis poursuivie à l'étage par une volée droite de 10 marches, en maçonnerie) part dans un angle de la pièce dont le mur nord-ouest est évidé par un grand arc plein-cintre. La partie arrière de la maison est accessible par une porte ouvrant sur un couloir desservant au nord-est deux chambres et une salle de bains. Au nord-ouest se trouvent les pièces de services : office, cuisine, garage, chambre de domestique, cellier et buanderie (ces deux dernières pièces ne sont accessibles que par l'extérieur).

A l'étage de comble on trouve une chambre d'amis avec cabinet de toilette, un grenier et un réservoir d'eau de 1 500 litres.

Salon. Cheminée, départ de l'escalier et arc délimitant le couloir d'accès à la cuisine et aux chambres.Salon. Cheminée, départ de l'escalier et arc délimitant le couloir d'accès à la cuisine et aux chambres.

Murs crépi
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée, étage de comble
Couvertures toit à longs pans croupe
pignon couvert
toit conique
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier de type complexe, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
Typologies plan-masse composite, volumétrie composite, élévation sans axe, caractère régionaliste provençal

Maisons Maxime

Titre courant maison de villégiature (villa balnéaire) dite Mas de la Musardise
Sélection oui
Lieu-dit Nartelle-nord (la)
Adresse Jean-Claude-Roussel (avenue) 12
Datation 1920-1945
Date 1932
Architecte Darde René
Type Villa "moyenne" à traitement architectural soigné
Plan-masse composite
Volumétrie composite
Elévation principale sans axe
Caractères régionaliste provençal
Couronnement Génoise
Entrée principale position sur façade antérieure
Entrée principale niveau rez-de-chaussée
Entrée secondaire position sur façade arrière
Entrée secondaire niveau soubassement ou rez-de-chaussée
Escalier extérieur non
Perron non
Porche non
Terrasse oui
Pergola oui
Balcon non
Galerie oui
Loggia non
Bow-window non
Corps en arrondi oui
Date de saisie 2013-04-24T00:00:00.000+02:00
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Demande d'autorisation à construire au nom de madame Jane Lalliaume, à Sainte-Maxime. 1932. Archives communales, Sainte-Maxime : Série T.

    Tirages de plans sur papier.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève