Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Lou Pantaï

Dossier IA83001617 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

La villa Lou Pantaï a été construite sur un terrain en pente, exposé au sud-est, planté de pins. Un large escalier en schiste local, aménagé entre les murs de soutènement du terrain donnait accès à la propriété à partir du boulevard Beau Site.

Elle est vraisemblablement construite en moellons de pierre, revêtus d'un crépi rouge foncé à l'origine (actuellement blanc), couverte de toits en tuiles creuses, à deux rangs de génoise.

D'une surface au sol d'environ 184 m², elle s'élève d'un étage sur rez-de-chaussée surélevé. Elle est constituée de deux corps de bâtiments de plan rectangulaire : à l'est, un corps en pignon, de trois niveaux, flanqué d'un contrefort, à l'ouest, un corps en mur gouttereau, en rez-de-chaussée surélevé, précédé d'un portique à deux arcades en plein cintre, portique couvert d'une terrasse d'agrément. Sur la façade ouest, une tour demi-hors-œuvre fait saillie.

L'entrée est au soubassement, abritée sous le portique, et l'on pénètre directement dans la salle à manger qui occupe toute l'aile ouest. Sur le mur nord court l'escalier, à cage ouverte. Sur le mur oriental, se trouve une cheminée en pierre de Volvic. Dans la partie est, se trouvent l'office, la cuisine, une chambre de domestique et une cave dans la partie enterrée. On retrouve la même configuration au rez-de-chaussée surélevé. Une salle de musique occupe l'espace au-dessus de la salle à manger. Elle ouvre sur la terrasse. L'arrondi de la tour est surélevé par deux marches et faisait office de scène (il s'y trouvait un piano). A l'est, se trouvent deux chambres, une salle de bains et un vestiaire. L'étage est occupé par un appartement indépendant accessible par l'escalier extérieur sur la façade arrière. Il est composé d'une cuisine, une salle commune, trois chambres et une salle de bains.

[Vue de volume prise du sud-ouest.][Vue de volume prise du sud-ouest.] [Etage de soubassement. Vue de la salle à manger et de l'escalier à cage ouverte.][Etage de soubassement. Vue de la salle à manger et de l'escalier à cage ouverte.] [Rez-de-chaussée surélevé. La salle de musique et son alcôve surélevée formant une scène.][Rez-de-chaussée surélevé. La salle de musique et son alcôve surélevée formant une scène.]

Précision dénomination maison de villégiature
villa balnéaire
Appellations Lou Pantaï
Parties constituantes non étudiées escalier indépendant
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : la Batterie orientale
Adresse : 28 boulevard Beau Site
Cadastre : 2012 AD 1260

La villa Lou Pantaï a été construite en 1925 par l'architecte René Darde et l'entrepreneur de maçonnerie Paul Nicolet pour mademoiselle Livon, demeurant à Marseille. Le garde-corps en fer forgé de la terrasse, du 18e siècle, provient d'une demeure d'Aix-en-Provence. L'étage constitué d'un appartement indépendant était destiné à la location.

Elle a été publiée en 1931 dans la revue Vie à la campagne (article repris en 1948). Son jardin a été loti à une date inconnu ce qui a entraîné la disparition du large escalier de schiste qui rachetait la pente du terrain à partir du boulevard Beau Site.

La maison a été restaurée. Le portique du soubassement a été fermé.

Remploi provenant de Commune : Aix-en-Provence
Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 18e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1925, daté par source
Auteur(s) Auteur : Darde René,
René Darde (1883 - 1960)

René Darde est issu de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il travaille dans l'atelier des architectes parisiens Henri Sauvage et Charles Sarazin pour lesquels il vient, en 1911, suivre le chantier du Golf Hôtel de Beauvallon à Grimaud (83). Il s'installe définitivement à Sainte-Maxime à partir de 1913. Avec deux autres agences à Saint-Raphaël et Cannes, il serait l'auteur de près de deux cents villas dans le Var et les Alpes Maritimes. Il est considéré comme l'un des chefs de file du mouvement néo-régionaliste en Provence. Victime d'une hémiplégie en 1950, il réduit son activité mais réalise encore quelques villas jusqu'à son décès en 1960.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Nicolet Paul,
Paul Nicolet

Entrepreneur de maçonnerie, collaborateur de l'architecte René Darde à Sainte-Maxime (83) au milieu du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par source
Murs pierre moellon sans chaîne en pierre de taille crépi
Toit tuile creuse
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
croupe ronde
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en équerre, cage ouverte
escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
Typologies plan-masse régulier, volumétrie régulière, élévation avec axe, caractère régionaliste provençale
États conservations restauré
Techniques ferronnerie

sculpture
Représentations arabesque ornement végétal
Précision représentations

Les garde-corps de la terrasse et de l'escalier intérieur sont en ferronnerie, à motifs d'arabesques. Les cheminées de la salle à manger et d'une chambre sont sculptées d'un fleur.

Maisons Maxime

Titre courant maison de villégiature (villa balnéaire) dite Lou Pantaï
Sélection oui
Lieu-dit Batterie orientale (la)
Adresse Beau Site (boulevard) 28
Datation 1920-1945
Date 1925
Architecte Darde René
Type Villa "moyenne" à traitement architectural soigné
Plan-masse régulier
Volumétrie régulière
Elévation principale avec axe
Caractères régionaliste provençal
Couronnement Génoise
Entrée principale position sur façade antérieure
Entrée principale niveau non applicable
Entrée secondaire position sur façade arrière
Entrée secondaire niveau rez-de-chaussée surélevé ou 1er étage
Escalier extérieur oui
Perron non
Porche oui
Terrasse oui
Pergola non
Balcon non
Galerie oui
Loggia non
Bow-window non
Corps en arrondi oui
Date de saisie 2013-12-12T00:00:00.000+01:00
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des déclarations concernant les constructions nouvelles, reconstructions, additions de constructions... 1891-1939. Archives communales, Sainte-Maxime : Série T.

    Villa en construction pour mademoiselle Livon en 1925.
Documents figurés
  • Villa Lou Pantaï. Sainte-Maxime. Vue de volume prise du sud-ouest. / Tirage photographique, sur papier, par Fernand Detaille, [ca 1930]. Collection particulière.

  • Villa Lou Pantaï. Sainte-Maxime. Façade d'agrément sud. / Tirage photographique, sur papier, par Fernand Detaille, [ca 1930]. Collection particulière.

  • Villa Lou Pantaï. Sainte-Maxime. Façade arrière nord. / Tirage photographique, sur papier, par Fernand Detaille, [ca 1930]. Collection particulière.

  • Villa Lou Pantaï. Sainte-Maxime. La salle à manger à la fin des années 1920. / Tirage photographique, sur papier, par Fernand Detaille, [ca 1930]. Collection particulière.

  • Villa Lou Pantaï. Sainte-Maxime. La salle de musique à la fin des années 1920. / Tirage photographique, sur papier, par Fernand Detaille, [ca 1930]. Collection particulière.

Bibliographie
  • Darde, René. Travaux d'architecture. - Strasbourg : EDARI Édition d'architecture, d'industrie et d'économie rurale S.A.R.L., 1933, 21 p. , ill.

    Deux photos de la villa : p. 14.
  • Lou-Pantaï. Dans : Vie à la campagne, N° 70, p. 9-11 et 38, 1931. 3 plans et 6 photos. Article repris dans Vie à la campagne, N° 458, p. 367, 1948.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève