Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de villégiature (villa balnéaire) dite La Pergola

Dossier IA83001510 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

La villa La Pergola est l'une des premières villas construites à Sainte-Maxime par l'architecte René Darde (antérieure à 1918). Elle présente un décor sculpté constitué d'un panneau rapporté en haut-relief, en plâtre ou en ciment, représentant un scène antique, comme la villa La Croisette aux Bouteillers.

Précision dénomination maison de villégiature
villa balnéaire
Appellations La Pergola
Parties constituantes non étudiées garage, pergola
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : la Batterie orientale
Adresse : 83 boulevard Berthie-Albrecht , avenue du Maréchal-Leclerc
Cadastre : 2012 AD 143, 142

La villa La Pergola apparaît sur la matrice cadastrale en 1918 comme appartenant à Monsieur Christian Dietz, garagiste à Sainte-Maxime. Elle est l’œuvre de l'architecte René Darde et a donc été réalisée entre 1913 (installation de René Darde à Sainte-Maxime) et 1918. Sur la matrice de 1924, est également mentionnée la présence du garage. Elle est publiée en 1926 dans L'Habitation Provençale. Bien qu'elle semble alors tout à fait terminée, elle apparaît toujours sur le registre de déclaration des constructions commencées en 1926. Sa propriétaire est alors Madame veuve Christian Dietz. C'est de cette époque que datent les photos d'intérieur prises à la demande de René Darde. Ce dernier a mentionné le nom de Madame Dietz au dos des photos. De 1929 à 1938, La Pergola appartient à Monsieur Charles Boreux, conservateur au Musée du Louvre. Elle est acquise en 1938 par Monsieur Célestin Coq, industriel à Aix-en-Provence dont il sera le maire de 1940 à 1944.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Auteur(s) Auteur : Darde René,
René Darde (1883 - 1960)

René Darde est issu de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il travaille dans l'atelier des architectes parisiens Henri Sauvage et Charles Sarazin pour lesquels il vient, en 1911, suivre le chantier du Golf Hôtel de Beauvallon à Grimaud (83). Il s'installe définitivement à Sainte-Maxime à partir de 1913. Avec deux autres agences à Saint-Raphaël et Cannes, il serait l'auteur de près de deux cents villas dans le Var et les Alpes Maritimes. Il est considéré comme l'un des chefs de file du mouvement néo-régionaliste en Provence. Victime d'une hémiplégie en 1950, il réduit son activité mais réalise encore quelques villas jusqu'à son décès en 1960.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

La villa se trouve au milieu d'une parcelle d'environ 2 025 mètres carrés en balcon sur la mer au sud. L'entrée se fait au nord, sur le boulevard Berthie-Albrecht ; le garage surmonté d'un logement, ouvre directement sur le boulevard. Dans l'angle sud-est de la parcelle une pergola en belvédère domine la mer.

La villa forme un volume cubique de deux niveaux surmonté d'un étage de comble, couvert d'un toit en pavillon en tuiles creuses. Le rebord du toit en plâtre est adouci. Les élévations à travées sont animées par les volumes en ressaut de la cage d'escalier au nord, et des deux porches, à l'est et à l'ouest. Les élévations sud et ouest sont précédées d'une terrasse couverte d'une pergola reposant sur des colonnes et formant un portique. Les ouvertures du deuxième niveau sont en plein cintre.

Les matériaux du gros œuvre sont cachés par l'enduit.

La surface bâtie est de 86 mètres carrés au sol. L'entrée principale est à l'ouest, sous un porche légèrement surélevé. On pénètre dans un hall desservant au nord des W.-C., l'escalier tournant à retours avec jour et la cuisine qui possède également une entrée indépendante à l'est. Au sud se trouvent le salon et la salle à manger ouvrant sur la terrasse. L'étage est réservé aux espaces de nuit, trois chambres, une salle de bains et un W.-C.

Murs enduit
Toit tuile creuse
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit en pavillon
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
Typologies plan-masse régulier, volumétrie régulière, élévation avec axe, caractère méditerranéen
Techniques sculpture

maçonnerie
Représentations scène profane palmette colonne
Précision représentations

Le décor se porte sur l'élévation ouest. Un panneau de plâtre sculpté en haut relief représente une scène profane. Au deuxième niveau court une frise de palmettes en sgraffito. Du côté sud et ouest, la pergola qui couvre la terrasse est supportée par des colonnes toscanes.

Maisons Maxime

Titre courant maison de villégiature (villa balnéaire) dite La Pergola
Sélection oui
Lieu-dit Batterie orientale (la)
Adresse Berthie-Albrecht (boulevard) 83
Datation avant 1920
Date 1918
Architecte Darde René
Type Villa "moyenne" à traitement architectural soigné
Plan-masse régulier
Volumétrie régulière
Elévation principale avec axe
Caractères méditerranéen
Couronnement Autre
Entrée principale position sur façade latérale
Entrée principale niveau rez-de-chaussée
Entrée secondaire position sur façade latérale
Entrée secondaire niveau soubassement ou rez-de-chaussée
Escalier extérieur oui
Perron oui
Porche non
Terrasse oui
Pergola oui
Balcon oui
Galerie non
Loggia non
Bow-window non
Corps en arrondi non
Date de saisie 2012-06-12T00:00:00.000+02:00
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Sainte-Maxime. Matrice cadastrale des propriétés bâties de 1910 mise à jour. Archives communales, Sainte-Maxime : 1 G.

    Mentions en 1918, 1924, 1929, 1938.
  • Registre des déclarations concernant les constructions nouvelles, reconstructions, additions de constructions... 1891-1939. Archives communales, Sainte-Maxime : Série T.

    Mention en 1926.
Documents figurés
  • La Pergola, à Sainte-Maxime. Plans. / Dessin noir et blanc héliogravé, par René Darde, 1926. Dans : L'habitation provençale / René Darde, Paris : Charles Massin éditeur, 1926, pl. 40.

  • La Pergola. Villa de M. Dietz, à Sainte-Maxime (Var). Façades Sud et Ouest. / Photographie noir et blanc héliogravée, par Léon Marotte, 1926. Dans : L'habitation provençale / René Darde, Paris : Charles Massin éditeur, 1926, pl. 38.

  • La Pergola. Villa de M. Dietz, à Sainte-Maxime (Var). Façade Est. / Photographie noir et blanc héliogravée, par Léon Marotte, 1926. Dans : L'habitation provençale / René Darde, Paris : Charles Massin éditeur, 1926, pl. 39.

  • [Maison de villégiature dite La Pergola. Sainte-Maxime. Vue du salon dans les années 1920. 1] / Tirage photographique, sur papier, par Fernand Detaille, [192.]. Collection particulière.

  • [Maison de villégiature dite La Pergola. Sainte-Maxime. Vue du salon dans les années 1920. 2] / Tirage photographique, sur papier, par Fernand Detaille, [192.]. Collection particulière.

Bibliographie
  • Darde, René. L'habitation provençale. - Paris : Charles Massin éditeur, 1927. Portefolio. 32,7 X 22,5. Préface d'Henri Algoud.

    Planches 38 à 40.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève