Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Château Meissonnier, puis Château Keller, puis Château Gaumont, actuellement hôtel de voyageurs (centre de vacances) dit Château Les Tourelles

Dossier IA83001569 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination maison de villégiature
villa balnéaire
Appellations Château Meissonnier, Château Keller, Château Gaumont, Château Les Tourelles
Destinations hôtel de voyageurs
Parties constituantes non étudiées parc
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : Bellevue
Adresse : 2 boulevard Beau Site , 82 boulevard des Cistes
Cadastre : 2012 AB 156, 155

Jules Antoine Meissonnier appartient à une famille de propriétaires terriens qui a donné des consuls et des maires à la ville depuis 1776. Il fait fructifier le patrimoine foncier qu'il avait reçu en héritage en 1879 par des opérations spéculatives au sein de la Société des Terrains du Littoral. Il fait construire son château vers 1883-1884. Il décède en 1898.

Le château est vendu en 1904 à madame Mascotte, veuve Keller. Son fils Paul Keller en hérite et le revend en 1912 à Léon Gaumont pionnier de l'industrie du cinéma.

La demeure devient un lieu de réception et le lieu de tournage de quelques films. Après s'être retiré de la direction de sa société en 1930, Léon Gaumont s'installe complétement à Sainte-Maxime jusqu'à sa mort en 1946. C'est lui qui a fait surélever le château d'un étage sur le corps central pour y aménager son bureau, suivant des plans de l'architecte René Darde. Il a également fait construire le mur de clôture à balustres sur le boulevard Beau Site et le portail avec ses vantaux en ferronnerie qui ne figurent pas sur une vue datant de l'époque Keller. Ces travaux ont vraisemblablement eut lieu dans le 1er quart du 20e siècle. L'ascenseur date aussi de cette époque.

La demeure est achetée en 1948 par monsieur et madame Nègre, qui avaient été concessionnaires Citroën en Afrique du nord, puis en 1964 par un syndicat du bâtiment allemand pour être transformée en hôtel et résidence de vacances. Les extensions sud, dont l'avancée du soubassement et les terrasses, ont été réalisées entre 1964 et 1967. Les distributions d'origine ont disparu. La villa a été entièrement rénovée en 2009 par l'architecte Jean-Pascal Clément.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1883, daté par travaux historiques
Auteur(s) Personnalité : Meissonnier Jules Antoine,
Jules Antoine Meissonnier ( - 1898)

Propriétaire terrien à Sainte-Maxime où il fait construire don château en 1883.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques
Personnalité : Gaumont Léon,
Léon Gaumont (1864 - 1946)

Inventeur et industriel, pionnier de l'industrie du cinéma. Propriétaire du Château Les Tourelles à Sainte-Maxime de 1912 à 1946, date à laquelle il y décède.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre, attribution par source

Le Château Meissonnier a été construit sur la colline de Bellevue qui dominait ce qui n'était encore qu'un village et le golfe de Saint-Tropez. L'entrée se faisait au sud par un portail architecturé aux vantaux en fer forgé. C'est après avoir traversé le parc, d'une superficie de 10 700 mètres carrés que l'on arrivait au château (aujourd'hui l'entrée se fait dans l'angle nord-est de la parcelle). Au nord, un autre portail mettait en relation le château et les vignes.

Le château est vraisemblablement construit en moellons revêtus d'un enduit. Le rez-de-chaussée, surélevé au-dessus du soubassement, est surmonté d'un étage carré lui-même surmonté d'un étage-attique au-dessus des travées centrales et d'un étage de comble au-dessus de chaque avant-corps. Un troisième étage précédé d'une galerie a été rajouté au-dessus des travées centrales. La demeure est couverte d'un toit à longs pans brisés en tuiles plates mécaniques. Les brisis sont couverts d'ardoise comme les dômes polygonaux nervurés des tourelles.

La maison présente un plan-masse symétrique, plan rectangulaire avec les excroissances des tourelles polygonales sur les angles nord, auquel répond la symétrie des volumes, un corps central et deux corps latéraux en avancée, et l'ordonnance des élévations sud et nord. L'ensemble des élévations est traité avec le même soin.

L'entrée principale se fait par la façade arrière, au nord. Les étages sont desservis par un escalier dans-œuvre, tournant à retours avec jour, en maçonnerie. Les marches sont en marbre blanc. Les terrasses-belvédères des tourelles sont accessibles par deux escaliers en vis avec jour au premier et deuxième niveau. A partir de là des escaliers en vis sans jour prennent le relais. Ils n'occupent plus tout le volume et l'on a un vide entre le mur de cage et le mur extérieur. Un ascenseur a été rajouté.

Le carrelage du vestibule est en marbre blanc avec des bouchons de marbre gris foncé. Les salons du rez-de-chaussée sont parquetés, les chambres à l'étage sont carrelées de tomettes. Les pièces ont conservé leur cheminée.

Murs pierre moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
Toit tuile plate mécanique, ardoise
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 3 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans brisés croupe
dôme polygonal

Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
escalier hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
Autres organes de circulations ascenseur
Typologies plan masse symétrique, volumétrie symétrique, élévation avec axe, caractère éclectique
États conservations remanié
Techniques sculpture
peinture
ferronnerie
Représentations balustre, pilastre, colonne, fronton, médaillon, acanthe, coquille, fleur, ornement végétal, guirlande, portrait, pomme de pin
Précision représentations

L'ensemble des élévations porte un décor architectural. La façade sud est la plus ornée. Aux colonnes toscanes du portique au rez-de-chaussée répondent celles du quatrième niveau (rajouté) supportant un entablement et un fronton triangulaire. Les garde-corps des balcons et des terrasses sont à balustres.

Le décor sculpté est abondant : pilastres composites aux deuxième et troisième niveaux, fausses chaînes à tables saillantes, larmiers reposant sur des consoles à feuilles d'acanthe, médaillons. On retrouve le même vocabulaire ornemental, en plus sobre, sur l'ensemble des façades.

Le plafond du portique a gardé un décor peint. Un encadrement de branches de bambou et des fleurs blanches se détachent sur un fond bleu. Tout autour un encadrement ocre simule un décor de gypserie avec moulures et acanthes.

A l'intérieur, le salon principal porte un décor de gypserie plafonnant : une rose centrale faite d'entrelacs d'ornements végétaux que l'on retrouve dans les angles, une frise d'oves, d'acanthes et de fleurs couronnant les murs, avec au milieu de chaque côté un médaillon portant un visage féminin de profil, vraisemblablement le portrait de madame Meissonnier. Le décor de gypserie du vestibule est au-dessus des portes et en frise d'acanthes autour du plafond.

Les vantaux en ferronnerie du portail ont un décor de pommes de pin.

Maisons Maxime

Titre courant maison de villégiature (villa balnéaire) dite Château Meissonnier, puis Château Keller, puis Château Gaumont, actuellement hôtel de voyageurs (centre de vacances) dit Château Les Tourelles
Sélection oui
Lieu-dit Bellevue
Adresse Beau Site (boulevard) 2
Datation avant 1920
Date 1883
Type Villa-château aristocratique ou bourgeoise
Plan-masse régulier
Volumétrie symétrique
Elévation principale avec axe
Caractères éclectique
Couronnement Corniche
Entrée principale position sur façade arrière
Entrée principale niveau rez-de-chaussée surélevée ou 1er étage
Entrée secondaire position ne sait pas
Entrée secondaire niveau ne sait pas
Escalier extérieur oui
Perron oui
Porche non
Terrasse oui
Pergola non
Balcon oui
Galerie oui
Loggia non
Bow-window non
Corps en arrondi non
Date de saisie 2013-02-11T00:00:00.000+01:00
Statut de la propriété propriété d'un organisme professionnel
Intérêt de l'œuvre à signaler, maison d'homme célèbre

Références documentaires

Documents figurés
  • Ste Maxime - 817 - Château Meissonnier. / Phototype, carte postale, par E. Lacour - Marseille, [ca 1900]. Collection particulière.

  • Sainte-Maxime. Château Kéler (sic) / carte postale, par Lazerme, éditeur, [ca 1910]. Collection particulière.

  • Ste-Maxime-sur-Mer. Entrée du Château Gaumont / Carte postale, [ca 1915]. Collection particulière.

  • Les Tourelles. Sainte-Maxime-sur-Mer (Var) / carte postale, 1925-1950. Collection particulière.

Bibliographie
  • Germond, Jean-Daniel de. Histoire et histoires... de Sainte-Maxime. - Gap : imprimé chez Louis-Jean à compte d'auteur, 1990, 472 p.

    P. 410-414.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève