Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison de villégiature dite Château San Salvadour

Dossier IA83000189 réalisé en 2000

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénomination maison de villégiature
Appellations Château San Salvadour
Destinations hôpital
Parties constituantes non étudiées chapelle
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Hyères - Hyères
Adresse Commune : Hyères
Lieu-dit : San-Salvadour
Adresse : 4312 route de l' Almanarre
Cadastre : 1997 H2 193

Auguste Parent, d'origine belge, hérite en 1866 de la fortune de son père faite dans les chemins de fer. Passionné d'archéologie, ayant déjà hiverné à Hyères, il achète un domaine en bord de mer, à proximité des ruines d'Olbia et entreprend la construction d'un château fastueux. L'auteur pourrait en être Ernest Paugoy (1854-1906) , futur architecte de la ville de Marseille, en relation avec Parent à cette époque. Nouvellement promu de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris où il a suivi les cours de Charles Questel, architecte des Monuments historiques, son désir de mettre en application son savoir-faire et sa culture trouve un terrain d'entente avec les goûts de son commanditaire. Les travaux se déroulent de 1872 à 1878, mais, endetté, Parent doit vendre. Seul le premier niveau est réalisé. C'est ce qu'achète Edmond Magnier (1841-1906) , en 1879. Directeur du journal républicain parisien L'Evénement, celui-ci ambitionne une carrière politique qu'il réalisera dans le Var, comme maire d'Hyères (en 1887-1888) , président du Conseil Général (de 1890 à 1892) et sénateur (de 1891 à 1895) . Il poursuit la construction en respectant les plans de Paugoy, fait réaliser la décoration intérieure et les écuries. Compromis dans des scandales financiers, endetté, il doit se séparer du château en 1896 ; il ne sera jamais véritablement habité. Il est racheté en 1902 par Jeanne Forestie, sœur Candide en religion, dans le but d'y créer un sanatorium. C'est lors de cette transformation que l'escalier a été détruit et le hall aménagé en chapelle. Les tours sud-ouest ont été amputées de leur belvédère et clocheton à toit doré.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Paugoy Ernest, architecte, (?), attribution par travaux historiques
Personnalité : Parent Auguste, commanditaire, attribution par travaux historiques
Personnalité : Magnier Edmond,
Edmond Magnier (1841 - 1906)

Directeur du journal républicain parisien L’Événement, Magnier ambitionne une carrière politique qu'il réalisera dans le Var, comme maire d'Hyères (en 1887-1888), président du Conseil Général (de 1890 à 1892) et sénateur (de 1891 à 1895). Propriétaire du château de San Salvadour à Hyères de 1879 à 1896, il en fait réaliser la décoration intérieure et les écuries.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques

L'impression de masse du volume est allégée par les quatre pavillons d'angle formant belvédères ouverts en loggias et surtout par les deux tours sud-ouest. La façade antérieure présente une ordonnance classique avec un fort accent mis sur le corps central en léger ressaut où la serlienne de l'étage se superpose à une travée rythmique. Au classicisme de cette façade répond la fantaisie des tours sud-ouest. L'entrée se fait à l'est dans un vaste vestibule au plafond soutenu en son centre par deux colonnes. Cette espace amène à un hall à l'italienne de plan elliptique qui desservait l'escalier d'honneur au nord et la galerie d'apparat au sud, largement ouverte sur la terrasse. Une galerie ouvrant sur le hall distribuait les différentes chambres à l'étage. Elle est rythmée par 16 colonnes soutenant une coupole à éclairage zénithal.

Murs calcaire
pierre de taille
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré
Couvrements coupole sans trompe
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit en pavillon
Typologies maison de caractère éclectique à tendance classique
Techniques sculpture
menuiserie
décor stuqué
peinture
vitrail
sculpture
Représentations colonne ordre composite guirlande arabesque
Précision représentations

La galerie de distribution ouvrant sur le hall est rythmée au premier étage par 16 colonnes composites soutenant un entablement orné d'une guirlande. Le garde-corps est sculpté d'arabesques ajourées.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables salon, plafond, cheminée
Protections inscrit MH, 1990/08/23
Précisions sur la protection

Château avec son décor peint, y compris la terrasse sud (cad. 1997 H2 193) : inscription par arrêté du 23 août 1990.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève