Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison actuellement immeuble à logements et boutique

Dossier IA84000459 réalisé en 1986

Fiche

Dossiers de synthèse

DESCRIPTION

Situation

La parcelle est occupée par l'hôtel donnant sur la place, à l'angle de la rue du même nom, et par la maison dont l'entrée est sur cette rue et dont la boutique ouvre sur le cours Bournissac.

Les deux parties seront étudiées séparément.

A. L'hôtel

Composition d'ensemble

De plan rectangulaire, la maison présente sur la place une façade plus étroite et s'étend entre la rue et des hangars à l'ouest.

Elle renferme une cour intérieure à laquelle on accède par la porte principale du côté de la place. Elle a été agrandie vers le sud par une construction plus récente mais sa taille initiale correspond à celle de la parcelle sur le cadastre de 1832.

Porte principale à encadrement sculpté.Porte principale à encadrement sculpté.

Contre le mur est, dans la cour, est disposé un bassin en pierre.

Matériaux

- Murs, noyau, marches de l'escalier en pierre de taille calcaire coquillier jaune ainsi que les consoles de la porte à encadrement sculpté, le bandeau des élévations nord et est, la cave, une portion du mur ouest sur cour (à l'aplomb de l'encorbellement), les encadre­ments de portes intérieures et ceux de l'arc et de la porte du rez-de-­chaussée dans la boutique.

- Mur est sur cour en blocage.

- Mur ouest sur cour en maçonnerie recouverte d'un enduit lisse ainsi que le mur nord de la cour.

- Créneaux en pierre.

Structure

La maison comprend deux corps de bâtiment (A) et (B) disposés en L au sud et à l'est de la cour ; entre celle-ci et (B) s'élève une tou­relle d'escalier en vis à droite sur noyau de plan carré.

(A) et (B) ont deux étages carrés sur le rez-de-chaussée et un étage de caves voûtées. La partie nord de la cour est occupée au pre­mier et au deuxième étage par une construction (C) s'appuyant sur (A) et les murs de clôture nord et ouest.

Élévations extérieures

- Élévation nord : elle s'élève sur trois niveaux dont le dernier est aveugle et comprend une porte rectangulaire à encadrement sculpté dont la console droite est abîmée.

Entre le premier et le deuxième niveau, court un cordon mouluré com­mençant dans l'angle nord-ouest, interrompu au milieu de la façade, et reprenant sous la baie de l'angle nord-est. Hormis cette fenêtre placée à l'angle, une deuxième fenêtre au-dessus de la porte éclaire ce deux­ième niveau.

Deux collages indiquant des reprises sont visibles à gauche de la porte, le premier au premier niveau, le deuxième au-dessus, s'arrêtant au bandeau.

Cette élévation est couronnée par deux rangs de génoise.

- Élévation est, rue Aimé Boussot : jusqu'à la porte moderne et la terrasse qui indiquent une nouvelle construction, la maison s'étend sur trois travées irrégulières de fenêtres rectangulaires et de trois vitrines au premier niveau. Une colonne de béton soutient cet angle.

La travée la plus au nord comprend une fenêtre rectangulaire au deuxième niveau avec même appui mouluré que la fenêtre d'angle nord-est. Cette fenêtre, juxtaposée à celle de la façade nord, semble correspon­dre à une croisée d'angle.

- Élévation nord de la tour d'escalier sur la cour : sur trois ni­veaux, elle est percée :

- Au premier niveau d'une porte rectangulaire, avec un pilastre et corniche dont la partie gauche est cachée par le mur ouest, et de la porte basse de la cave.

Au-dessus de la porte de gauche a été creusé un encadrement carré.

- Au deuxième niveau d'une fenêtre rectangulaire à encadrement chan­freiné s'appuyant sur un cordon mouluré continu.

- Au troisième niveau d'une baie identique sur même appui. Le sommet est constitué par un appentis.

- Élévation sur cour du mur ouest : ce mur aveugle est couronné par trois créneaux d'un mètre de hauteur.

- Élévation sud sur cour du mur de clôture : elle est percée au pre­mier niveau par la porte d'entrée.

- Élévation sud sur cour de la construction (C) : au troisième ni­veau, fenêtre rectangulaire unique, chevrons en couronnement.

- Élévation sur cour du mur est de (A) : elle n'a qu'un percement, une lucarne au troisième niveau.

Couverture

Combles non visités sauf la cage d'escalier couverte d'une charpente de bois. Le toit a deux versants sur la construction en encorbellement (C) et un versant orienté vers l'est sur le reste de la maison.

Distribution intérieure

N'ont pu être visités que la cour, l'escalier, la boutique dans l'angle nord-est et un appartement du deuxième étage.

- Au rez-de-chaussée , dans la boutique (A), sont visibles un arc en plein-cintre mouluré et muré contre le mur est et une porte rectan­gulaire à encadrement de pierre, également murée, dans le mur extérieur nord.

- Depuis la cour, on atteint l'escalier en vis, sous lequel un esca­lier droit contre le mur ouest descend à la cave.

L'escalier principal est en vis sur noyau de pierre, tournant vers la droite. Dans les coins se trouvent des trompes à motifs rayonnants.

Au rez-de-chaussée, on rencontre une première porte rectangulaire vers l'est et sur la première marche palière une porte rectangulaire à linteau de bois vers le sud.

Au premier étage, on retrouve la même orientation des portes, avec marche palière au sud. La porte est est en anse de panier avec enca­drement chanfreiné, la porte sud est rectangulaire avec encadrement mouluré.

Le deuxième étage présente la même distribution, l'encadrement de la porte est étant chanfreiné. Au sud s'étend un appartement, avec une fenêtre sur rue, jusqu'à l'extrémité de la maison.

Le sommet de l'escalier présente une surépaisseur du noyau de l'épais­seur d'un chapiteau.

CONCLUSION

Nous avons là une maison dont la distribution est classique au début du XVIe siècle : deux ailes encadrant une cour, desservies par une tour d'escalier. Il semble au regard des éléments décoratifs de cette tour( porte à décor classique, trompes) que l'on puisse la dater du mi­lieu du XVIe siècle. D'autres éléments sont venus plus tard, la porte d'entrée sur la cour au XVIIe siècle, les étages (C) au moins au XVIIe siècle ou un peu après sans que l'on puisse préciser.

Mais la maison présente quelques difficultés d'interprétation. Il semble qu'on doive attribuer à l'exigüité de la parcelle le resserre­ment des éléments sur la façade de la tour et l'absence du pilastre gauche de sa porte ; celle-ci est en effet collée contre le mur en re­tour du bâtiment (A) à l'intérieur duquel la façade nord de la tour ne paraît pas se prolonger.

Par ailleurs, l'adjonction des étages (C) a modifié, semble-t-il, l'aspect volumétrique de la maison : le mur de clôture de la cour a gardé au nord l'appui mouluré qui le couronnait et qui marque aujourd'hui sa reprise. Mais la suppression du volume de (C) sur le dessus met en lumière la présence, à l'ouest, d'un haut mur de clôture, cou­ronné de créneaux à hauteur des corps de bâtiment. En général, ces cré­nelages datent des XVe et XVIe siècles et ont une valeur autant symbolique que décorative (cf. Petit Palais à Avignon ; Grand Prieuré de Malte à Arles ; tours d'escalier de Cavaillon etc.). Leur présence s'expliquerait ici dans la mesure où ils se seraient prolongés sur le côté nord et éventuellement sur l'ensemble des façades. Ceci n'est ni attesté en l'état de nos connaissances, ni peut-être vérifiable ; d'autre part, la maison de la place Aimé Boussot s'y adosse, ce qui interdit toute observation sur la face externe.

La présence de cette maison est d'ailleurs en contradiction avec celle des créneaux, guère utiles, mais faits pour être vus.

B. La maison

Composition

La maison forme un bloc homogène auquel est accolée la cage d'escalier de conception différente, en D sur les plans.

Matériaux

Maçonneries enduites. Chaînages, cordons, corniches, chambranles sont appareillés en pierre calcaire grise. Décor intérieur de plâtre façon­né et peint. Voûtes de la cave en brique.

Vue d'ensemble du décor peint.Vue d'ensemble du décor peint.

Structure

La maison possède deux étages carrés sur le rez-de-chaussée et un étage de caves couvert de voûtes catalanes en briques. Elle comprend un corps de bâtiment principal formant un volume unique au rez-de-chaus­sée mais subdivisé aux étages et une annexe occupée par un escalier refait vers 1970 montant au premier étage par une volée continue à 3 quarts tournants (le premier à droite, le second et le troisième à gauche) ; il débouche sur un palier sur lequel s'appuie l' échelle don­nant accès à une terrasse couverte. Au sud, un couloir central conduit à un escalier d'une seule volée droite qui monte au deuxième étage.

Élévations extérieures

- Façade sud sur le cours

Élévation de 2 travées sur 3 niveaux. Le premier niveau est entière­ment percé par le vitrage du magasin refait vers 1960, avec porte en retrait entre deux vitres arrondies : châssis métalliques, poignées de cuivre. Les niveaux supérieurs ouvrent sur des bandeaux reliant deux pilastres sans ornement : chambranles plats, appuis sur les bandeaux. Au deuxième niveau, un balcon en béton a été ajouté, impliquant la trans formation de la deuxième fenêtre en porte. Corniche plate. Angle sud­-est arrondi.

- Élévation latérale sur la rue : elle comprend les mêmes éléments répartis sur deux travées. Au pre­mier niveau, porte avec menuiserie vitrée et fenêtre murée. Au troisième niveau, jour en losange entre les deux fenêtres.

- La cage d'escalier a une façade particulière, de deux niveaux d'une travée couronnée par une balustrade.

Comble et couverture

Charpente à longs pans et croupes. Tuiles creuses.

Distribution intérieure

L'intérêt essentiel de cette maison réside dans l'aménagement du magasin de tissus qui occupe la totalité du rez-de-chaussée. Par ail­leurs, les décors des appartements sont quasi inexistants.

- Le magasin

Il constitue une vaste salle rectangulaire ouverte au sud et possédan1 une porte à l'est sur la rue ; il communique avec la cage d'escalier au nord.

Son décor comprend deux parties : une frise peinte au sommet des murs et le plafond.

- Le plafond plâtré s'orne de trois panneaux encadrés d'une mouluré échancrée aux angles. Chaque panneau possède une rosace assez tarabis­cotée au centre.

- La frise imite une guirlande rectiligne de lauriers attachés par des rubans croisés ; des médaillons alternativement ronds et carrés (placés en biais), ponctuent cette frise. Un médaillon ovale orne le centre du côté nord ; il figure un paysage de la côte d'Azur. Côté ouest, on observe des dahlias, une glycine, des roses, du mimosa, une variété non identifiée et des roses dans l'angle. A l'est, un bouquet non identifié puis du lilas, des iris, des roses et un bouquet composé. Il n'y a rien au sud.

Décor peint, détail du médaillon nord avec représentation d'un payasage de la Riviera.Décor peint, détail du médaillon nord avec représentation d'un payasage de la Riviera.

Les fleurs se détachent sur un fond bleu cerné de jaune. Le reste des murs est peint en blanc.

CONCLUSION

Il semble que cette maison édifiée vers 1900 a été conçue pour abri­ter un commerce. Celui-ci occupe en effet tout le rez-de-chaussée et ouvre sur les deux rues. Cependant la distribution des appartements pa­rait avoir été modifiée : le système des escaliers est pour le moins bizarre.

Quant au décor peint, ajouté pour illustrer le nom même du magasin ("La Riviera") vers 1930, il est en excellent état de conservation et constitue un cas exceptionnel de décor destiné à personnaliser un ma­gasin dont l'activité (commerce du tissu) s'est maintenue depuis l'o­rigine.

Destinations immeuble à logements, boutique
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Cavaillon - Cavaillon
Adresse Commune : Cavaillon
Adresse : 1ère maison place Aimé-Boussot
Cadastre : 1832 G1 592 ; 1982 CK 514

Parcelle occupée par une maison du milieu du 16e siècle ; l'entrée est du 17e siècle, de même que l'aile qui la surmonte. Une autre maison a été édifiée vers 1900 sur une partie de la parcelle dans l'angle nord-est, sur le cours Bournissac, pour y installer un magasin (décor peint des années 1930).

Période(s) Principale : milieu 16e siècle
Principale : 17e siècle
Secondaire : limite 19e siècle 20e siècle
Auteur(s) Auteur : maître d'oeuvre inconnu

Maison la plus ancienne : maison de distribution classique au début du 16e siècle avec deux ailes encadrant une cour, desservies par une tour d'escalier dans l'angle. Les éléments décoratifs permettent de la dater du milieu du siècle ; façade la plus étroite sur la place et un bâtiment et une cour intérieure partiellement comblée postérieurement par l'ajout de deux niveaux au-dessus de l'entrée ; dans l'angle entre les deux se trouve une tourelle d'escalier en vis sur un noyau de plan carré. La maison se compose de deux étages carrés sur rez-de-chaussée et un étage de caves voûtées. Mur, cave, noyau et marches de l'escalier en pierre de taille et murs de la cour en blocage. Les élévations extérieures sont sur deux côtés : l'entrée au nord avec une porte décentrée à encadrement sculpté et un cordon mouluré interrompu entre le premier et le deuxième niveau ; à l'est : trois travées irrégulières et trois vitrines au premier niveau ; sur la cour : trois niveaux pour la tour d'escalier (porte rectangulaire et deux fenêtres à encadrement chanfreiné, toiture en appentis). La tour comporte des trompes à motifs rayonnants. Le mur de clôture ouest présente la caractéristique d'être crénelé ; ces créneaux ont une valeur autant symbolique que décorative à l'époque de leur création. L'autre construction possède deux étages carrés sur rez-de-chaussée et caves en voûtes catalanes en briques ; le rez-de-chaussée est un magasin unique. Elévation de deux travées sur trois niveaux dont le premier est entièrement occupé par des vitrines. La cage d'escalier a une façade particulière, de deux niveaux d'une travée couronnée par une balustrade. Intérieur du magasin décoré par une frise peinte. Annexe occupée par un escalier tournant donnant sur un couloir séparant le premier étage, au bout duquel se trouve un escalier droit d'un seule volée montant au second. Toit à longs pans et croupes.

Murs calcaire
enduit
pierre de taille
moellon
maçonnerie
Toit tuile creuse
Plans plan régulier en L
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 2 étages carrés
Couvrements voûte en berceau segmentaire
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
appentis
croupe
Escaliers escalier intérieur : escalier en vis, en maçonnerie
escalier intérieur : escalier tournant
échelle
escalier droit
Typologies tour d'escalier
Techniques peinture
Représentations ornement végétal
Précision représentations

Guirlande de lauriers et médaillons : paysage de la Côte-d'Azur et bouquets composés.

Partie la plus ancienne conservant une tour d'escalier.

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Destombes Florence - Fray François - Marciano Florence