Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

lotissements

Dossier IA13001438 réalisé en 1998

Fiche

Voir

Aires d'études Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux
Dénominations lotissement
Adresse Commune : Marseille 16e arrondissement
Lieu-dit : L'Estaque

Les premiers lotissements apparaissent le long de la rue Le-Pelletier dans le troisième quart du 19e siècle et dans le quartier de l'Estaque-Eglise. Il s'agit de rangées de maisons de ville et de petits immeubles alignés le long de rues, avec passage. Ceux du dernier quart du 19e siècle se développent dans le quartier de l'Estaque-Gare avec des impasses butant sur la voie ferrée et dans le quartier de l'Estaque-Eglise, en constructions homogènes alignées de long des rues et à vocation locative avérée, notamment à l'emplacement d'anciennes tuileries.

Au tournant du 19e siècle et du 20e siècle coexistent deux types de lotissements : la continuation des lotissements où les bâtiments mitoyens sont alignés le long de rue et l'apparition de lotissements pavillonnaires avec implantation du bâti en retrait sur rue et sans mitoyenneté. Cette forme est celle des lotissements de cabanons, en périphérie loin de l'urbanisation, mais aussi la forme des lotissements de maisons pavillonnaires bourgeoises en bord de mer, à vocation ou non de villégiature.

Dans l'entre-deux guerres dominent les lotissements pavillonnaires qui sont d'abord des lotissements de colonisation, loin des urbanisations préexistantes, puis des lotissements de comblement bastidaire, quand les parcs et jardins des campagnes sont partiellement lotis à partir des années 1930, mais surtout après 1945.

Le mouvement continue dans la deuxième partie du 20e siècle, mais à la fin du 20e siècle apparaissent des lotissements pavillonnaires où les maisons sont sur un même modèle ou varient autour d'un modèle, alors que dans les premiers lotissements pavillonnaires, le style des constructions était plus hétérogènes, les propriétaires étant certes encadrés par un cahier des charges, mais libres du choix du constructeur.

Dans les lotissements du 19e siècle domine la construction en série, par des propriétaires issus de familles possédant des terres et ou des tuileries, dans un but locatif ou de revente, même si apparaît la figure du lotisseur dès les années 1840 dans la proximité de la gare : les lotissements Crillon (Référence IA13001488 et IA13001486). Les lotissements du début du 20e siècle sont également le fait de propriétaires fonciers, mais qui vendent des parcelles nues. Celles-ci sont acquises par des propriétaires qui font construire une seule maison et s'y domicilie, qu'il s'agisse de maisons de ville comme dans le cas des lotissements de la Fontaine-des-Tuiles ou de maison pavillonnaire. Le premier exemple d'acquisition de terrain pour en faire un lotissement pavillonnaire est le lotissement Rabezzana (Référence IA13001165). Ce type de promotion deviendra la norme dans le dernier quart du 20e siècle. Dans l'entre-deux-guerres, un lotissement locatif de terrain nus avec vente à terme est à l'origine d'un bidonville (aujourd'hui disparu) dans le grand lotissement Farrenc (Référence IA13001058).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Auteur(s) Auteur : ,

Les lotissements qui constituent le secteur de l'Estaque - les Riaux ont comme caractéristiques d'être de petite dimension. Seul le lotissement Farrenc, qui regroupe quatre sous-lotissements, dépasse la centaine de lots. Vingt-cinq des trente-six lotissements repérés n'atteignent pas la vingtaine de lots et parmi eux seize ne dépassent pas dix lots. Rares sont ceux qui possèdent une voirie interne. En effet, seuls trois lotissements ont un tracé comprenant plusieurs îlots réguliers : le lotissement des Creux au quartier de l'Eglise (Référence IA13001485), le lotissement Farrenc (Référence IA13001058) qui constitue une grande partie du quartier de la Fontaine-des-Tuiles et le lotissement de la Falaise (Référence IA13001204) qui constitue la moitié du quartier du même nom - celui-ci est issu d unegrandespropriétésqui subsistaient dans un environnement déjà bâti, cependant que le spremier seson le remploi d'emine d'argile avec tuilerie.

Typologies lotissement de maisons de ville, lotissement pavillonnaire, voirie interne en cul-de-sac, voirie complexe, plusieurs îlots, à un seul îlot, portion d'îlot, îlot régulier, îlot irrégulier, homogénéité stylistique, hétérogénéité stylistique, lotissement locatif, domiciliation des propriétaires, lisière avec passage
Décompte des œuvres repérés 46
étudiés 24

Références documentaires

Documents d'archives
  • Verbal d'enchères et adjudication définitive des immeubles dépendants de la succession de dame Ginac Tamisier (dont l'Estaque, Marseille), 1838. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 417 U 106.

    mention à un lotissement à Saint-Henry construit entre 1818 et 1837 avec cahier des charges.
  • Lotissement Sacoman sis à l'Estaque-Gare présenté par Roux Paul et Roux Raoul, 1932. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1978

  • Lotissement de la propriété les Iris sise à l'Estaque les Riaux (Marseille) présenté par Dupre propriétaire, 1938. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1981

Documents figurés
  • Lotissement les Iris (à l'Estaque, Marseille), 1927 /Dessin à l'encre sur papier, 29,5 X 190 cm. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1981

  • Lotissement Les Iris" quartier de l'Estaque Riaux Mr Dupré propriétaire. Echelle de 0,002 p.m. [Plan du lotissement projeté avec courbe de niveaux et voirie]." /Tirage de plan surchargé, 70 X 70 cm, vers 1930. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1981.

  • Lotissement les Iris. quartier de l'Estaque les Riaux (Marseille). Profils. Profil en long : Avenue des Roches. Profil en long : Avenue St Martin. Profil en long : montée des Iris. Echelle des profil en long = 0.002 p.m. pour les longueurs; 0.005 p.m. pour les hauteurs. Profil en travers, voie de 10 m, voie de 4 m, voie de 8. Echelle 0,02 p.m., 1927 /Dessin à l'encre sur papier, 29,5 X 190 cm, vers 1930. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1981

  • Les Iris". Quartier de l'Estaque Riaux. Mr Dupré propriétaire. Echelle de 0,002p.m.. [Plan du morcellement initial de 47 lots (1931?), tracé au crayon rouge des lots de 1938]." /Dessin à l'encre sur papier, 51 X 32,5 cm, 2e quart 20e siècle. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1981

  • Lotissement Sacoman à l'Estaque (Marseille). [Plan du lotissement Sacoman. Projet annulé, prévoyant une trentaine de lots], 1931./Dessin à l'encre sur papier, coloriage à l'encre, 52 X 72 cm, échelle 1/500e, vers 1930. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1978

  • Lotissement Sacoman à l'Estaque (Marseille). Plan de situation. Approuvé par la préfecture le 25 avril 1932./Dessin à l'encre sur papier, coloriage à l'encre, 30 X 20 cm, échelle 1/3000e, 1932. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1978

  • Lotissement Sacoman à l'Estaque (Marseille). [Plan du lotissement du 30 juillet (23 lots), approuvé le 25 avril 1932]./Dessin à l'encre sur papier, coloriage à l'encre, 52 X 72 cm, échelle 1/500e, 1932. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille : 12 O 1978

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Gontier Claudie