Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

lotissement concerté d'Estérel-Plage

Dossier IA83001427 réalisé en 2003

Fiche

Appellations Estérel-Plage
Parties constituantes non étudiées immeuble à logements, théâtre
Dénominations lotissement concerté
Aire d'étude et canton Saint-Raphaël - Saint-Raphaël
Adresse Commune : Saint-Raphaël
Lieu-dit : Estérel-Plage, les Plaines, les Tasses, la Péguière
Cadastre : 1981 AP, AR, AX

Un premier plan du lotissement des Terrains Communaux des Plaines date de 1893, sous l'impulsion de Félix Martin. Il propose 180 lots de 2500 à 30510 mètres carrés sur une superficie totale de 140 hectares, (25 lots sont alors vendus). Le réseau des voies est aléatoire, sans tracé unificateur ou composition d'ensemble. En 1913, Albert Planchar d'Argelet, marchand de biens parisien, signe avec la commune un contrat pour l'aménagement et la vente de ce qui restait. Il fait approuver par le préfet un nouveau plan, signé de l'architecte S.P.A.F. V. Lions, de ce qui prend le nom d'Estérel-Plage en 1914. Le projet fait l'objet d'un stand à l'Exposition Internationale de Lyon de mai 1914 où il obtient la médaille d'argent. Le lancement du lotissement est mentionné dans Saint-Raphaël Journal. Les travaux de voirie sont en train d'être réalisés en vue de la création d'une ville nouvelle. Ils sont interrompus par la guerre. En 1919, Planchar d'Argelet essaie de relancer le projet en faisant de la publicité. Des ventes sont faites, mais jusqu'en 1920 le terrain reste occupé par les troupes coloniales. En 1921, Planchar d'Argelet offre à la ville la fontaine qui orne la principale avenue. En 1924, création d'une nouvelle société pour le développement du lotissement. En 1925-1926, d'importants travaux sont réalisés, dont l'immeuble à logements de rapport de la rue des Arcades (non étudié). Il est alors dit dans les revues : Rien n'a été négligé pour faire d'Estérel-Plage la cité modèle de luxe, d'hygiène et de sport. Un parc des sports est en cours d'aménagement. En 1927, est édifié, sur l'emplacement actuel de l'église Notre-Dame-de-la-Paix, le Théâtre du Soleil et de la Mer, sous l'impulsion de Philippe Jumaud, président du Syndicat d'Initiative et directeur des Tablettes de la Côte d'Azur, revue qui paraît de 1919 à 1934, et de Pierre Carolus-Duran, petit-fils du peintre. Les plans du théâtre qui comptait 3200 places assises ont été donnés par les architectes Richard et Roerich. La scène était décorée de fausses ruines et l'on y donnait des spectacles d'art dramatique et lyrique. Il a été détruit après la guerre. Mis à part quelques îlots aux alentours de l'avenue de Villepey, l'essentiel de la construction de villas se fera après la guerre, dans les années 1951-1956. Un nouveau lotissement communal, à caractère social, est inclus à l'intérieur de l'espace d'Estérel-Plage en 1955. C'est le lotissement Théâtre du Soleil, entre les boulevards Alphonse-Juin et Christian-Lafon, et les avenues de la Péguière et Notre-Dame-de-la-Paix.

Période(s) Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle , (détruit)
Secondaire : milieu 20e siècle
Dates 1893, daté par source
1914, daté par source
1927, daté par source
Auteur(s) Auteur : Lions V.,
V. Lions

Architecte actif à Saint-Raphaël dans les années 1900-1940.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Roehrich,
Roehrich

Architecte, auteur avec l'architecte Richard du Théâtre du Soleil, à Saint-Raphaël, en 1927.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Personnalité : Martin Félix,
Félix Martin (1842 - 1899)

Créateur de la station de Saint-Raphaël. Né en 1842 à Pont-de-Vaulx dans l’Ain, il entre à l’école Polytechnique de Lyon vers 1860 où il se lie avec Pierre Aublé qui sera l’architecte majeur de Saint-Raphaël de 1880 à 1913. Il en sort ingénieur des Ponts et Chaussées et est affecté à Draguignan où il est chargé des travaux pour le canal d’irrigation à partir de la Siagne et du Loup. En 1867, il épouse Berthe Meissonnier, fille de Jean-Baptiste Meissonnier haut fonctionnaire au Ministère des Transports. Après un séjour à Paris il effectue un long voyage d’étude en compagnie de son beau-père en Roumanie et en Turquie où il visite et s’informe sur les chemins de fer orientaux. En 1873, il entre à la compagnie PLM, puis il dirige en 1885 les travaux des Chemins de Fer du Sud dont il devient directeur général en 1887. Nous ne savons pas à quelle date il s’était installé à Saint-Raphaël mais il est élu maire le 2 juin 1878 et le demeure jusqu’en 1895 où, compromis dans le scandale des Chemins de fer du Sud, il est suspendu de son mandat. Il décède à Grasse en 1899.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
promoteur, attribution par source
Personnalité : Planchar d'Argelet Albert,
Albert Planchar d'Argelet

Marchand de biens parisien, promoteur du lotissement Estérel-Plage, à Saint-Raphaël de 1913 à 1924. Donateur de la fontaine du lotissement.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
promoteur, attribution par source
Personnalité : Jumaud Philippe,
Philippe Jumaud

Vétérinaire à Saint-Raphaël, animateur du syndicat d'initiatives et directeur de la revue Les Tablettes de la Côte d'Azur qui parait de 1919 à 1934. A publié une histoire de Saint-Raphaël en 1941.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
personnage célèbre, attribution par source
Personnalité : Carolus-Duran Pierre,
Pierre Carolus-Duran

Petit fils du peintre. A impulsé la construction du Théâtre du Soleil à Saint-Raphaël en 1927.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
personnage célèbre, attribution par source
Auteur : Richard Joachim,
Joachim Richard (1869 - 1960)

Architecte, auteur avec l'architecte Roehrich du Théâtre du Soleil, à Saint-Raphaël, en 1927.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le projet de lotissement d'Estérel-Plage s'étend sur 150 hectares de forêt communale limités au nord par la vallée du Peyron, à l'est par le vallon de l'Armitelle, au sud par la voie ferrée. Il jouxte à l'ouest les quartiers des Cazeaux et de Notre-Dame. Le plan est régi par un schéma de voirie complexe. Un axe nord-sud monumental (avenues de la Fontaine et de la Mer) relie un point dominant à 53 mètres, à la plage. Cet axe est rectiligne, large (20 mètres), à deux voies séparées par un terre-plein central planté d'arbres et de massifs de fleurs. Il est jalonné de ronds-points (subsistent le rond-point Pasteur et celui de la Fontaine). Malheureusement la monumentalité de l'axe est détruite par le fait que la perspective au sud butte sur la voie de chemin de fer et que l'accès à la mer n'est possible que par un chemin sous le chemin de fer, étroit et limité en hauteur. De chaque rond-point, des voies partent en étoile et vont à leur tour créer des perspectives jalonnées de ronds-points, multipliant ainsi le schéma principal. C'est un urbanisme inspiré des grands parcs de la période classique. La voirie ayant été modifiée en fonction des impératifs de la circulation automobile, ces voies ne sont plus vraiment lisibles sur le terrain (c'est le cas de l'avenue Édouard-VII). D'autres n'ont pas été réalisées comme par exemple dans les îlots délimités par le boulevard Maréchal-Juin, l'avenue de la Péguière et la voie de chemin de fer. La place de la Visto a gardé son allure de place-carrefour en étoile.

Plans ensemble régulier

Le lotissement concerté d'Estérel-Plage constitue le projet intéressant d'une opération conçue comme une véritable ville nouvelle pensée selon des principes hygiénistes. La réalisation ne sera pas à la mesure des ambitions et les constructions s'échelonneront sur une période de plus de 70 ans sans atteindre le niveau de luxe escompté. Il s'agit d'un habitat de villégiature de qualité moyenne. La désaffection est peut-être due en partie au fait que malgré son nom d'Estérel-Plage, le lotissement est coupé de la mer par la voie de chemin de fer. Cet inconvénient est signalé dans les revues dès 1925 : il faudrait percer des accès vers la mer car de nos jours les gens veulent aller se baigner.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Lotissement Estérel-Plage. Plans. Travaux. 1919-1938. Archives communales, Saint-Raphaël : 7 O 5.

  • CARLINI, Marcel. Collection Carlini. 1875-1950. Médiathèque de Saint-Raphaël : non coté.

  • RICHARD, Joachim, ROEHRICH. Projet du lotissement Estérel-Plage, Saint-Raphaël. 1924-1925. Cité de l'architecture et du patrimoine : RICJO-E-24-1.

  • RICHARD, Joachim, ROEHRICH. Théâtre de verdure, Estérel-Plage, Saint-Raphaël. 1926-1927. Cité de l'architecture et du patrimoine : RICJO-E-26-09.

    Ensemble de dossiers accompagnés de plans.
Documents figurés
  • Estérel-Plage. Plan d'ensemble. / Tirage de plans par V. Lions, 1925. Archives communales, Saint-Raphaël : 7 O 5/1.

  • Estérel-Plage. [Plan d'ensemble.] / Tirage de plans par V. Lions, 1926. Archives communales, Saint-Raphaël : 7 O 5/1.

  • Ville de Saint-Raphaël (Var). Plan des terrains mis en vente au quartier des Plaines. / Dans : Saint-Raphaël Journal, mars 1914.

  • Estérel-Plage. Quartier de Terre-Ménude. Secteur ouest. / Tirage de plans par V. Lions, 1921, Échelle 2 P M. Archives communales, Saint-Raphaël : 7 O 5.

Bibliographie
  • Les Tablettes de la Côte d'Azur, revue bimestrielle, années 1919-1933.

    10 août 1919 ; 20 déc. 1926.
  • Saint-Raphaël journal, années 1897-1931 (lacunes 1915-1918).

    Mars 1914.
  • CARLINI, Marcel, ROUDILLAUD, Michel. Mémoire en images. Saint-Raphaël. Joué-les-Tours : Alan Sutton Éditeur, 1999.

    P. 135-139.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève