Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
chapelle Saint-Claude, église paroissiale

le mobilier de la chapelle, église paroissiale Saint-Claude

Dossier IM05001970 réalisé en 1986

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées vantail, bénitier, lutrin, meuble de sacristie, prie-Dieu, fauteuil, tabouret de célébrant, armoire, lustre, statue, tableau, estampe, bâton de procession, chandelier d'autel, chemin de croix, croix d'autel, lanterne de procession, pique-fleurs, harmonium, cloche, clochette, chasuble, manipule
Aire d'étude et canton Monêtier-les-Bains (Le)
Localisation Commune : Le Monêtier-les-Bains
Lieu-dit : le Casset
Auteur(s) Auteur : Burdin aîné,
Burdin aîné

Fondeur de cloches à Lyon dans le dernier quart du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches, signature
Auteur : Dopter,
Dopter

Lithographe rue St-Jacques, Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
éditeur, signature
Auteur : Grellet ou Frère Athanase François,
François Grellet ou Frère Athanase (1838 - 1908 ?)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, dessinateur, graveur, signature
Auteur : Manufacture Giscard,
Manufacture Giscard

L'entreprise Giscard est créé en 1855 par Jean-Baptiste Giscard (1824-1906) qui avait été contremaître chez Virebent. Son fils Bernard (1851-1926) et son petit-fils Henri (1895-1985) continuent l'entreprise, tout en étant des artistes de talent. Le dernier fut professeur à l'Ecole des Beaux-Arts de Toulouse de 1937 à 1965 et membre de la Société des Artistes Français. Il s'est remarié avec une des filles de Gaston Virebent. Le dernier Giscard à la tête de l'entreprise fut Joseph Giscard [1931-2005]. La manufacture fonctionna jusqu’en 2005, à la mort de Joseph Giscard. Il a légué une partie de la manufacture et le contenu des ateliers à la mairie de Toulouse.

La fabrique Giscard, dans sa totalité, a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques le 13 mars 1998.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, signature
Auteur : Frère Jean J. H., fondeur de cloches, signature
Auteur : Lasnier, graveur, signature
Auteur : Richard, facteur d'harmonium, signature
Auteur : Turgis, dit(e) Maison Turgis,
Turgis , dit(e) Maison Turgis

Maison Turgis : imprimeur-éditeur parisien, spécialisée dans les images pieuses ; dates d'activité : vers 1820-1923.

Entreprise fondée vers 1820 par Jean-Baptiste Turgis ; reprise à sa mort, en 1825, par son fils Pierre Louis Auguste Turgis dont l'épouse reprend l'entreprise à la mort de Pierre Louis Auguste (Turgis Veuve ou Turgis Vve sur les estampes). En 1855, les deux fils de la veuve Turgis Almire Auguste Turgis Aîné et Louis-Auguste Turgis Jeune s'associent un temps, mais très vite c'est Turgis Jeune qui prend seul la direction (Turgis Jeune sur les estampes). Enfin, en 1887, ce sont les deux fils de Louis (Turgis L. et Fils) qui prennent la suite et deviennent, en 1896, "éditeurs pontificaux". La maison ferme en 1923.

Chaque changement de propriétaire est l'occasion d'un déménagement : Jean-Baptiste puis son fils sont installés rue Saint-Jacques, la veuve Turgis fait construire rue Serpente, Louis, rue des Ecoles (il crée également une succursale à New-York), les frères Turgis, rue Saint-Placide.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur, signature
Auteur : La Statue Religieuse,
La Statue Religieuse

La Statue Religieuse (Pacheu, Lecaron et Peaucelle), fabricants de statues au 64 rue Bonaparte à Paris, est peut-être fondée en 1907.

La statue religieuse est la dernière appellation de nombreuses maisons de fabricants d'ameublement d'églises : Raffl, Peaucelle-coquet, Raphaël Casciani, Cachal-Froc (anciennement Froc-Robert), Frédiani, Verrebout, Delin, Costet, Salvatore Marchi, Besand, Solon, Poiret, Blondeau, Senart et Cie, Arnoult, A. Bognio jeune et Cie, Lagarde, Pillet (toutes ses maisons sont mentionnées sur le catalogue n°59 de La Statue Religieuse).

En 1895, la maison Raffl (sise au 64 rue Bonaparte) est reprise par des associés : les Dellin, Pacheu, Le Caron.

En 1907, c'est la maison Cachal-Froc qui rejoint la maison Raffl, fondant peut-être à cette date La Statue Religieuse.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, signature

Annexes

  • Liste du mobilier non étudié de l'église paroissiale Saint-Claude

    VANTAIL

    Porte de la sacristie. Bois peint, coupes carrées, trois panneaux superposés décorés de tables géométriques. H = 183, La = 75. Bouton en fer forgé, sur platine repercée en forme de fleur : D = 10. 18e siècle?

    BÉNITIER n° 1

    Porche, encastré dans une niche sous l'escalier de la tribune et du clocher. Marbre noir, monolithe, grossièrement taillé, non poli. Vasque de forme cylindrique, légèrement moulurée à la base. Hauteur visible = 53, diamètre restitué : D = 65, Pr int = 20, bord : La = 7. Mauvais état, fentes.

    BÉNITIER n° 2

    Porche, encastré dans le mur sud, au départ de l'escalier de la tribune et du clocher. Marbre noir, monolithe, grossièrement taillé, non poli. Vasque de forme hémisphérique. H = 23, D = 34, Pr int = 12, bord : La = 5.

    LUTRIN n° 1

    Près de l' arc triomphal. Mélèze. Pupitre simple porté par une colonne tournée, trois pieds en volute cloués par de gros clous forgés. H= 116, La max = 47. Mauvais état.

    LUTRIN n° 2

    Plaqué au revers du maître-autel. Noyer, intérieur en mélèze. Corps inférieur porté par quatre colonnettes, abritant deux petits placards à l'intérieur ; pupitre comportant un petit battant et formant placard, dans la partie supérieure. Assemblages chevillés. Décor dans la masse. Frise de feuilles d'acanthes sur la traverse supérieure, colonnettes torses avec rameaux d'olivier retombant sur chutes de feuilles d'acanthes et trois gouttes. H tot = 95, La = 190. Réutilisation d'un devant d'autel ancien. 17e siècle ; 19e siècle?

    MEUBLE DE SACRISTIE

    Mélèze, peint en marron. Chapier à huit tiroirs, corps supérieur : quatre tiroirs en bas, de part et d'autre du miroir, trois battants au-dessus. Le corps supérieur est adapté à la forme des voûtes.

    FAUSSES-STALLES

    Abside. 5 fausses-stalles. Mélèze, sculpté ; coupes carrées et mixtes chevillées. Partie gauche du chœur : banc-coffre à 4 places, plus ancien que les autres. Décor du dossier : tables saillantes superposées, rectangulaires, bordées de moulures. Accoudoirs en volute, sur support en balustre. Abattant fixé par pentures en fer forgé, en forme de queues d'aronde. H = 130, La = 155 ; dossier : H = 70. Partie droite du chœur : banc-coffre à trois places, avec siège du célébrant matérialisé par deux accoudoirs, surmonté par un dossier à panneau chantourné, décoré d'une table saillante en forme d'écu chantourné ; les autres dossiers ont un panneau cintré. Le prie-Dieu placé devant ce siège comporte en façade une petite niche (H = 27, La = 20.5) fermée par un battant à partie supérieure cintrée. 18e siècle ; 19e siècle.

    PRIE-DIEU-FAUTEUIL

    Sacristie. Mélèze, sculpté, découpé. Fauteuil-coffre accolé à un prie-Dieu. Dossier plus récent composé de 3 planches embrevées avec panneau centré orné de tables saillantes superposées.

    TABOURET DE CÉLÉBRANT

    Chœur. Noyer, taillé, tourné. H = 59, La = 44. Assemblages chevillés. Pieds et traverse d'entretoise en H tournés ; dessus en deux parties. 19e siècle ?

    ARMOIRE

    Sacristie. Bois fruitier jaune, ressemblant au noyer, peint en marron. Coupes mixtes. Trois panneaux superposés par battant. H = 173, La = 108.

    LUSTRE

    Chœur. Bronze doré, verre taillé. Pampilles, perles, étoiles. 19e siècle.

    STATUE

    Curé d'Ars. Plâtre peint. H = 102. Limite 19e 20e siècle.

    STATUE

    Saint Antoine de Padoue. Nef, 1ère travée, mur droit, sur un culot. Plâtre peint. H = 120, socle : H = 65, La = 33. Enfant blond aux yeux clairs ; couverture du livre rouge. Inscription en réserve sur le côté gauche du socle : LA STATUE RELIGIEUSE/ PARIS. Limite 19e 20e siècle.

    STATUE

    Saint Claude. Terre cuite, peinte de couleurs vives, vert, jaune, rouge et blanc. H = 47. Sous globe. 19e siècle ?

    STATUE

    Statuette. Saint Joseph. Terre cuite, peinte de couleurs vives, comme celle de saint Claude. Couronne et scapulaire en carton, fleurs en tissu. H = 33. Sous globe : H = 47, D = 20. 19e siècle ?

    STATUE

    Sainte Jeanne d'Arc. Plâtre peint. H = I50.1er quart 20e siècle.

    STATUE

    Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. Nef, deuxième pile droite, sur un culot en bois doré. Terre cuite peinte, yeux en verre. H = 110, socle : H = 5, La = 32. Inscriptions sur le socle : sur le côté gauche : MON GISCARD / TOULOUSE, peint en noir ; sur la façade : STE THERESE DE L'ENFANT JESUS ; sur le côté droit : deux estampilles, peintes en argent STO déposé et GISCARD / STATUAIRE / TOULOUSE. Limite 19e 20e siècle.

    STATUE

    Figurine. Vierge. Céramique blanche et dorée. H = 20 environ. 19e siècle.

    STATUE

    Vierge de Lourdes. Plâtre peint. H = 83. Limite 19e 20e siècle.

    TABLEAU

    Portrait d'un prêtre. Sacristie, mur nord. Peinture à l' huile, couche fine et couvrante sur une toile d'épaisseur moyenne, en un seul lé. H = 70, La = 57. Cadre en bois doré (La = 6.5, Pr = 5), avec petit décor en plâtre moulé aux angles. Etat de conservation médiocre. 19e siècle.

    ESTAMPE-CADRE

    Sainte Philomène. Lithographie sur papier (H = 30, La = 22, à l' ouverture du cadre). Inscriptions dans la marge inférieure : STE PHILOMENE / LITH ... DE DOPTER, RUE ST JACQUES, 24, AU 1ER. Sainte Philomène, en buste, tenant une flèche et une branche de lis dans la main droite. Cadre en bois doré, à décor de feuilles d'acanthes sur treillis gravé dans l'apprêt, aux angles ; bordure intérieure en bas relief. L = 6.5, Pr = 3. 19e siècle.

    ESTAMPE

    Vierge et Enfant couronnés, sur fond doré, à la manière d'une icône (H = 61.5, La = 47) ; cadre en mélèze simplement mouluré (La = 4.3, Pr = 1.8). Inscriptions dans la marge inférieure : STAB L. SALOMONE ROMA. S. MARIA DE PERPETUO SUCCURSU. Tampon ovale en bas à gauche : ATTACTA / AD ICONEM / PRODIGlOSAM.

    CHEMIN DE CROIX

    Stations VIII à XIV, dans la nef, côté droit. Lithographies (H = 48, La = 35), placées dans un cadre en bois mouluré, peint, avec seulement la moulure petit cadre intérieure dorée, surmontés d'une croix sur pied galbé. Inscriptions : en bas à gauche : PARIS, L. TUR(GIS] JNE IMPRIMEUR EDITEUR, RUE DES ECOLES, 60. MAISON A NEW YORK ; à droite : FRERE ATHANASE DEL. LASNIER LITH. Milieu 19e siècle (entre 1856 et 1867, d'après l'adresse)?

    CROIX D'AUTEL

    Christ en croix. Style Louis XIV. Métal doré. Pied ovale, acanthes, extrémités en fleuron, titulus orné de coquilles et d'angelots. H = 32, La = 16, pied : d = 10. 19e siècle.

    ENSEMBLE CROIX D'AUTEL ET CHANDELIER

    Sur l'autel latéral droit. Métal doré, embouti pour le pied, fondu pour la croix ; chandelier embouti. Croix : H = 57, chandelier : H = 53. 19e siècle.

    ENSEMBLE DE 2 BÂTONS DE PROCESSION

    Bâtons de pénitents. Hampe tournée, peinte en bleu, surmontée par une boule dorée, comportant une emplacement en forme de cœur avec un personnage peint,dans un cartouche de feuillage doré. Vierge de Miséricorde (robe rouge, voile jaune) avec deux petits pénitents noirs en prière, sur fond bleu ciel. Saint Claude, en robe noire et manteau rouge. H tot = 190, boule : H = 26, La = 17. Mauvais état : cartouches cassés, barbouillage de peinture dorée. 19e siècle.

    ENSEMBLE DE 2 LANTERNES DE PROCESSION

    Lanternes de pénitents. Hampe en mélèze tourné, lanterne en fer forgé et tôle de fer découpée et repercée, dorés et argentés. Partie supérieure en dôme, terminé par une croix. H. tot = 215, lanterne : H = 85, La = 40. Très mauvais état : vitres et une croix disparues, polychromie effacée. 19e siècle ?

    ENSEMBLE DE 2 BOUQUETS

    Dans la vitrine de la Vierge à l'Enfant. Tissu et papier dorés. 1ère moitié 20e siècle ?

    PIQUE-FLEURS

    Bois doré ; forme en balustre ; décor de feuilles d'eau en méplat sur fond guilloché. 1ère moitié 19e siècle.

    HARMONIUM

    Deuxième travée, près de l'arc triomphal, à droite. Petit instrument moderne, de la MANUF(ACTU]RE . RICHARD. ETREPAGNY (EURE). Clavier amovible de 4,5 octaves, de la à mi. 20e siècle.

    CLOCHE n° 1

    Bronze, mouton métallique. Décor de têtes moustachues sur les supports. Inscriptions: MON SON VOUS APPELLE AU SERVICE DIVIN AINSI QUE LA TROMPETTE VOUS APPELLERA AU JUGEMENT DERNIER/ PARRAIN JH JEAN ADJOINT/ MARRAINE MARIE EUGENIE JOURDAN FE PIERRE DIT PIEMONTAIS/ DESSERVANT GABRIEL BELLIER / BURDIN AINE FONDEUR LYON 1877. 1877.

    CLOCHE n° 2

    Bronze, mouton métallique. H = 80, D = 88. Inscriptions : DONNEE PAR MR PIERRE ALBERT/ PARRAIN MR JN FOIS ALBERT / MARRAINE MME MAGDNE FINAT / FAITE A LYON PAR JH FRERE JEAN 1839. 1839.

    CLOCHE n° 3

    Bronze, mouton en bois. H = 40, D = 38. Inscriptions : SANCTA MARlA ORA PRO NOBIS 1721/ MME DE MICHEL BOIS MARREINE JEAN LOUIS FROL PAREIN. 1721.

    CLOCHETTE

    Bronze, manche en buis. Décor : grande fleur de lis entre trois petites. H = 18, clochette : H = 5, La = 7. Clochette cassée. Inscription en relief : .J .G. 1829. 1829.

    ENSEMBLE DE 2 ORNEMENTS DE FLEURS ARTIFICIELLES

    H tot = 2.60. Socle en bois de section carrée (H = 60), surmonté d'un cylindre (D = 23) constitué de baguettes réunies à leurs extrémités par deux disques de bois, enroulées de guirlandes de fleurs en papier. 20e siècle.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Ripoll Véronique - Reynier Françoise