Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

jardin d'agrément de la Villa Marie-Thérèse ou Villa Rothschild

Dossier IA06000678 réalisé en 1983

Fiche

Appellations jardin de la Villa Marie-Thérèse ou Villa Rothschild
Parties constituantes non étudiées avenue de jardin, pigeonnier, château d'eau, montagne artificielle, rocher artificiel, cascade, fausse rivière
Dénominations jardin d'agrément
Aire d'étude et canton Cannes centre - Cannes
Adresse Commune : Cannes
Adresse : 7 avenue Jean-de-Noailles
Cadastre : 1981 AW 167

Achetée en janvier 1881 par la baronne douairière James de Rothschild, la parcelle rassemble plusieurs petites propriétés dont il fallut entièrement remodeler les terrains, notamment le Vallon Provençal qui a été voûté. Elle fit aménager son jardin sur ce nouveau terrain aplani. En 1887, le baron Adolphe en fit racheter la monotonie par de nouveaux effets de reliefs dus au jardinier Schwartz qui y fit transplanter à grands frais dans l'hiver 1888-1889 des arbres des environs et toutes sortes de plantes exotiques. Les reliefs du côté ouest ont été plantés en 1891. En 1888 Schwartz obtient une médaille d'or à l'exposition d'horticulture de Cannes pour sa collection de 300 plantes de serre chaude. Pour l'heure, le jardin paraît servir de pépinière aux arbres en souffrance du fait des travaux d'urbanisme de la ville.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1881, daté par source
1887, daté par source
Auteur(s) Auteur : Schwartz, jardinier, attribution par source
Personnalité : Rothschild de James,
James Rothschild de

La baronne douairière James de Rothschild


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par source
Personnalité : Rothschild Adolphe de, baron, commanditaire, attribution par source

Le jardin paysager, d'une superficie de 1, 5 ha, a conservé son tracé assez banal qui s'étend pour l'essentiel au-devant de la maison et les reliefs créés en 1887. Il se caractérise par une grande pelouse ovoïde centrale vallonnée pour créer des percées sur l'horizon, par des rideaux de bambous, magnolias, dattiers, araucarias et par une montagne artificielle, culminant à 4 ou 5 m, qui s'adosse à tout le côté ouest dont le mur de clôture a du être renforcé à cet effet. De ces hauteurs choit une cascade qui alimente la fausse rivière au cours capricieux. Les fabriques sont en petit nombre : pigeonnier hexagonal en bois près de l'entrée secondaire, château d'eau en forme de tour ronde médiévale en tôle et pierre artficielle dans l'angle nord-ouest. Pour l'essentiel la végétation résultait des modifications d'après 1887. Elle comptait un grand nombre de végétaux exotiques, souvent de grande taille, qu'accompagnaient des sous-bois, des plates-bandes, des corbeilles et des massifs de plantes méditerrannéennes, de vivaces, de plantes annuelles et de rosiers. L'entrée, voisinant avec les écuries, ouvrait, parmi les chamoerops excelsa et humilis qui se détachaient de plates-bandes fleuries, sur l'avenue encadrée de pritchardias et de phoenix tenuis d'un côté et de dattiers de l'autre alternant avec des corbeilles triangulaires fleuries. La rotonde du jardin d'hiver s'élevait au-dessus d'un parterre de rhododendrons.

Murs pierre artificielle
fer
enduit
maçonnerie
Plans jardin irrégulier
Élévations extérieures jardin en pente
Jardins massif d'arbres, groupe d'arbres, clairière ornementale, pièce de gazon, plate-bande, massif de fleurs, corbeille de jardin
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre intérêt botanique
Protections classé MH, 1991/07/22
Précisions sur la protection

le parc avec ses fabriques, ses sculptures et ses bâtiments (cad. AW 167) : classement par arrêté du 22 juillet 1991.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Fray François