Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

jardin d'agrément de la Villa Les Lucioles

Dossier IA06002941 réalisé en 2016

Fiche

Appellations Jardin de la Villa Les Lucioles
Dénominations jardin d'agrément
Aire d'étude et canton Nice - Nice
Adresse Commune : Nice
Lieu-dit : Mont-Boron
Adresse : 2 chemin des Crêtes du Mont-Boron
Cadastre : 2016 KI 0027 ;

On observe sur le cadastre de 1872 un bâtiment au même emplacement que celui de l'actuelle Villa Les Lucioles, d'un plan masse différent et plus étendu. A l'ouest de la parcelle, une serre. Les états de sections correspondant au cadastre de 1872 attribuent la propriété, portant alors le nom de Villa Aimée, à M. Henri Valiton. La maison se situe en limite de parcelle au sud, tandis que l'on trouve un petit bâtiment de serres au nord. La présence d'oliviers est enfin notée.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par travaux historiques , (?) , (détruit)
Secondaire : 2e moitié 19e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Dates

Le jardin de la Villa Les Lucioles a actuellement une surface DGI de 662 m2 et se trouve dans un état très délabré. Un ensemble de photographies réalisées par Jean Giletta au début du XXe siècle conservées à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine à Paris nous renseignent sur un premier état du jardin, au tracé régulier. Il s'agit d'un jardin en terrasses s'étageant sur deux niveaux. Le premier niveau se déploie en longueur depuis la façade ouest de la villa. Une terrasse opère le lien entre le bâtiment et le jardin qui offre un tracé régulier marqué par la présence d'un bassin d'ornement avec jet d'eau. Des pots à plantes sont disposés sur les rebords du bassin. Des parterres de gazons à bords maçonnés plantés de topiaires et séparés du bassin par des passe-pied accentuent cette composition. Le bassin débouche sur une cascatelle avec vasque et ornée de galets, surmontée d'une fontaine avec statue. Deux parterres, flanqués de chaque côté de l’extrémité du bassin aboutissant à la cascatelle, sont plantés de massifs de fleurs. Deux escaliers de trois marches de chaque côté du bassin, conduisent au niveau supérieur où une treille semi-circulaire, au creux de laquelle vient se nicher un banc de jardin, ferme la perspective à l'ouest, derrière la statue. Côté nord, dans un axe perpendiculaire à la composition centrale, se répondent de part et d'autre de celle-ci, côté nord, un retrait avec banc, marqué par trois colonnes, côté sud, un petit escalier menant à la terrasse inférieure. Celle-ci se présente comme une allée partiellement couverte dans sa partie est par des berceaux de verdure. Elle est longée par une haie côté sud. Le sol du jardin est pavé de pierres et de briques, que l'on retrouve partiellement aujourd'hui. Le puits côté sud est également toujours présent.

D'autres photographies datant des années 1950 nous indiquent que le jardin avait été profondément modifié à cette époque, un tracé irrégulier ayant remplacé celui, régulier, de l'état antérieur (La chronologie des deux états reste hypothétique).

Plans jardin régulier, jardin irrégulier
Élévations extérieures jardin en terrasses
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit
Jardins pièce de gazon, groupe d'arbres, topiaire
États conservations détruit
Techniques

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Ville de Nice - Hérault Marie
Marie Hérault

Architecte diplômée d’État. Historienne des jardins et du paysage. Doctorante en histoire de l'art.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.