Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

jardin d'agrément de la villa Haussmann (détruite), actuellement jardin des Résidences du Parc Haussmann

Dossier IA06002861 réalisé en 2016

Fiche

HISTORIQUE

Les jardins de la propriété Haussmann où, selon Félix Narjoux, l'architecte de la villa, « ont merveilleusement réussi toutes les fleurs d'Afrique » ont été conçus dans leur partie supérieure par le célèbre ingénieur jardinier Adolphe Alphand. Né en 1817 à Grenoble et après être passé par l'École polytechnique et l'École des ponts et chaussées, Adolphe Alphand opère à partir de 1839 à Bordeaux comme ingénieur ordinaire du corps des Ponts et Chaussées. Il y réalise des travaux portuaires et ferroviaires et aménage en station sanitaire et hivernale la baie d'Arcachon. Il se familiarise également avec la botanique en participant à la mise en valeur des Landes. Toutes ces réalisations lui vaudront une renommée importante. Haussmann est quant-à-lui nommé préfet en 1851 à Bordeaux et dès lors, l'ingénieur Alphand sera à son service durant seize ans. En effet, « Georges-Eugène Haussmann (...) avait vu Alphand à l’œuvre, il l'avait apprécié, il en fit son homme » (Lafenestre, p.7). Lorsque Haussmann est nommé à Paris en juin 1853, il confie à Alphand le poste d'ingénieur en chef du service des Promenades de la ville (Vernès). C'est donc tout naturellement que lorsque Haussmann fait construire sa villa hivernale sur les hauteurs de Nice, il engage Adolphe Alphand pour le tracé de ses jardins.

DESCRIPTION

Plan d'ensemble

Les Résidences du Parc Haussmann occupent une surface d'environ 18 000 m2. Il s'agit d'un jardin irrégulier en pente. Il était à l'époque de sa conception, de style mixte, mais son tracé a été simplifié et rendu irrégulier, malgré la conservation de certains axes du jardin originel. En effet, Certaines lignes du tracé du jardin originel demeurent encore aujourd'hui. La piscine se superpose presque exactement aux anciens parterres réguliers devant la villa. Le logement du garde a conservé son emplacement.

Plan du domaine Haussmann et de son environnement proche en 1872 superposé à une vue satellite actuellePlan du domaine Haussmann et de son environnement proche en 1872 superposé à une vue satellite actuelle

On retrouve certains bouts du mur d'enceinte originel dans la partie basse du domaine sur l'actuel boulevard Carnot. Les plantations ont été de nombreuses fois renouvelées depuis la période haussmannienne. On remarque toutefois quelques sujets séculaires comme un cocotier du Brésil, certains ifs, un thuya géant, un nolina ou encore certains pins et oliviers. Les jardins de la propriété Haussmann comprennent des dépendances constituées d'une maison de garde-concierge, d'écuries et de remises et d'une maison de jardinier, cette dernière préexistant à l'opération. On trouvait à l'époque dans ces jardins des chênes verts et des oliviers mais aussi « d'abondants massifs de fleurs » ainsi qu'une collection de rosiers provenant du jardin d'Alphonse Karr. L'allée conduisant à la villa était bordée d'une cinquantaine d'orangers en provenance de Menton et de Monaco (Gayraud, p.180). Le cadastre de 1871 atteste d'ailleurs de la présence de ces arbres devant la demeure. Il signale également la présence d'oliviers sur une très grande partie de la propriété.

Plan de la propriété Haussmann en 1871, DAO Marie Hérault.Plan de la propriété Haussmann en 1871, DAO Marie Hérault.

Appellations Jardin de la Villa Haussmann
Dénominations jardin d'agrément
Aire d'étude et canton Nice - Nice
Adresse Commune : Nice
Lieu-dit : Mont-Boron
Adresse : 7 chemin des Crêtes du Mont-Boron
Cadastre : 2016 KI 0057 ;
Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Dates daté par source
Auteur(s) Auteur : Alphand Adolphe, jardinier, ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source

Les Résidences du Parc Haussmann occupent une surface d'environ 18 000 m2. Il s'agit d'un jardin irrégulier en pente. Il était à l'époque de sa conception, de style mixte, mais son tracé a été simplifié et rendu irrégulier, malgré la conservation de certains axes du jardin originel. En effet, certaines lignes du tracé du jardin originel demeurent encore aujourd'hui. On retrouve certains bouts du mur d'enceinte originel dans la partie basse du domaine sur l'actuel boulevard Carnot. Les plantations ont été de nombreuses fois renouvelées depuis la période haussmannienne. On remarque toutefois quelques sujets séculaires.

Plans jardin mixte
Élévations extérieures jardin en pente
Escaliers escalier de distribution extérieur
Jardins pièce de gazon, groupe d'arbres, arbre isolé
Techniques
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • NARJOUX, Félix. Villa Haussmann, au Montboron (Nice, Alpes-Maritimes). Dans : l'Encyclopédie d'Architecture, 1er volume, 1872.

  • DEGAND, Eugène. Nice et ses environs. Paris, 1875. Bibliothèque nationale de France, Paris.

Bibliographie
  • HUARD, Ch. La Joie de la maison : journal hebdomadaire illustré, L. Boulanger (Paris), 03/10/1891.

    p. 612-614
  • LAFENESTRE, Georges. Notice sur la vie et les œuvres de M. Alphand. Paris, 1899. Bibliothèque nationale de France, Paris : 4-Z LE SENNE-2406

  • Alfred-Auguste Ernouf avec le concours de Adolphe Alphand, L'art des jardins : parcs, jardins, promenades, 1886

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • GAYRAUD, Didier. Belles demeures en Riviera. 1835-1930. Nice : Éditions Gilletta. Nice-matin, 2005.

    p. 180
  • GAYRAUD, Didier. Demeures d'azur. Breil-sur-Roya : Les Editions du Cabri, 1998.

    p.73
Multimedia
  • Universalis, Michel Vernès, « Alphand Adolphe - (1817-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2016. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-alphand/

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Ville de Nice - Hérault Marie
Marie Hérault

Architecte diplômée d’État. Historienne des jardins et du paysage. Doctorante en histoire de l'art.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.