Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

jardin d'agrément de la Villa Durandy, puis Salles, puis de la Villa Salles-Eiffel

Dossier IA06001002 réalisé en 1999

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées fabrique de jardin, puits, volière
Dénominations jardin d'agrément
Aire d'étude et canton Villefranche-sur-Mer - Villefranche-sur-Mer
Adresse Commune : Beaulieu-sur-Mer
Lieu-dit : Formica
Adresse : 20 rue Gustave-Eiffel
Cadastre : 1987 AH 87 à 90

Lors de l'achat de la propriété en 1896 par l'ingénieur Adolphe Salles, le tracé de l'ancien jardin de la Villa Durandy, situé autour de la villa, est conservé. Ce jardin est étendu progressivement au nord et à l'est avec l'achat de nouvelles parcelles mitoyennes plantées d'oliviers. Un premier état du nouveau jardin est réalisé vers 1900 par un créateur inconnu. Le pavillon est orné d'une fresque exécutée en 1901 par le peintre Mazocchi. Une colonne dorique isolée est couronnée d'une statue de Faune, oeuvre du sculpteur Crauk. Vers 1920, Mme Salles-Eiffel charge l'architecte anglais Harold Peto de réaménager une partie du jardin et de construire dans la partie nord-est un portique à l'emplacement d'une ancienne terrasse pavée.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Crauk, sculpteur, attribution par source
Auteur : Marzocchi, peintre, attribution par source
Auteur : Peto Harold,
Harold Peto (1854 - 1933)

Architecte-paysagiste anglais. Auteur de jardins de villas à Cannes au début du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte paysagiste, attribution par source
Personnalité : Salles Adolphe, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Eiffel Gustave, habitant célèbre, attribution par source
Personnalité : Salles-Eiffel, commanditaire, attribution par source

Le jardin de la villa Durandy est irrégulier. Sur le terre-plein situé entre le portail et la façade antérieure de la villa est aménagé une corbeille circulaire plantée de fleurs avec au centre un dattier des Canaries, qui sert de rond-point aux voitures. Les murs de clôture sont masqués par des haies d'orangers plantées sur des massifs de violettes et de primevères. Au sud-ouest, une palissade de bambous cache la maison du jardinier. Les parties nord et est, tapissées de pelouses, sont animées de corbeilles fleuries avec des bouquets de palmiers. La partie sud comporte des parterres en gazon plantés de pins, de vieux oliviers et de palmiers, des parterres de végétaux exotiques et des corbeilles de fleurs. Le mur de soutènement de la terrasse qui prolonge le rez-de-chaussée de la villa, est masqué par d'épais massifs d'arbustes. Le nouveau jardin réalisé à l'est, est séparé du jardin existant par l'ancien mur de clôture habillé de faux rochers. La circulation s'effectue du côté nord par une allée de contour ponctuée d'une volière octogonale, d'un abri treillagé (angle nord-ouest) et d'une pergola, constituée de colonnes, et du côté sud par une allée droite qui longe le bord de mer. Cette dernière, protégée des embruns par une double haie de pittosporums, ouvre du côté nord-est, sur une terrasse dallée. Un pavillon vitré clos la terrasse du côté nord. La partie centrale de ce jardin est agrémentée d'une colonne couronnée d'un buste, d'une vasque blanche de la Renaissance française qui proviendrait d'un château de Touraine, d'un banc, d'une margelle de puits florentine de la fin du 18e siècle, en marbre blanc, ornée de rubans et de guirlandes et d'une petite station météorologique installée par Gustave Eiffel. Le cloître, construit à l'emplacement de la terrasse pavée, est formé d'un portique de plan en U, ouvert du côté mer. Ce portique est formé de voûtes d'arêtes qui retombent sur des culots et des colonnes doriques en marbre rouge. Les galeries sud et ouest sont couvertes par une toiture en tuiles creuses à deux pans et croupes et la galerie nord, par une terrasse bordée d'une balustrade à laquelle on accède par un escalier tournant. Une pièce avec cheminée, éclairée par une fenêtre géminée surmontée d'un oculus, est aménagée sous la terrasse.

Murs enduit
maçonnerie
Toit tuile creuse, ciment en couverture
Plans jardin irrégulier
Étages en rez-de-chaussée
Couvrements voûte d'arêtes
Élévations extérieures jardin en pente
Couvertures terrasse
toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant, suspendu
Jardins massif d'arbres, arbre isolé, massif de fleurs, corbeille de jardin, parterre de gazon
Techniques sculpture
Représentations balustre colonne ordre dorique faune
Précision représentations

La terrasse dallée est bordée d'une balustrade sommée de vases de Vallauris. La pergola et le portique sont formés de colonnes doriques. Une colonne dorique isolée est couronnée d'une statue de faune. Vers 1920, l'architecte Peto remplace le mur de clôture habillé de faux rochers par deux lions en marbre qui encadrent l'allée menant au Jardin du cloître nouvellement créé. Les galeries du portique sont ornées d'une statue équestre, d'une fontaine Renaissance et de fragments de bas-reliefs (antiques ?).

Le portique est réalisé dans un style proche de Brunelleschi.

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Conseil général des Alpes-Maritimes - Del Rosso Laurent