Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

immeubles

Dossier IA83001423 réalisé en 2004

Fiche

Voir

Aires d'études Saint-Raphaël
Dénominations immeuble
Adresse Commune : Saint-Raphaël

Sur les 71 immeubles repérés, 3 ont été construits avant 1880, 22 de 1880 à 1919, 30 de 1920 à 1945, 14 de 1946 à 1970, 2 sont postérieurs à 1970. Mis à part Pierre Aublé, auteur du Winter Palace, les architectes (en fonction de la documentation consultée) sont différents de ceux des villas. Le plus intéressant est Henri Bret (1899-1939). Né à Draguignan, il s'installe à Saint-Raphaël après des études d'architecture à Paris. Son agence se déplace à Cannes à partir de 1925. Il réalise un très grand nombre de villas et d'immeubles à Cannes, Antibes et Sainte-Maxime dans un style qui allie modernité, régionalisme et Art Déco. A Saint-Raphaël, il est l'auteur de trois immeubles de rapport : 109, rue Jean-Aicard (1929) (IA83000481), 16, avenue Paul-Doumer (daté 1933) (IA83000470) et 107, place Sadi-Carnot (non étudié) d'un éclectisme (colonnes, fronton sculpté) mêlé de régionalisme (génoise).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Aublé Pierre,
Pierre Aublé (1842 - 1925)

La famille de l'architecte Pierre Aublé est originaire du Lyonnais. Son père, employé des Messageries Maritimes de Rhodes avait épousé une Grecque, Marie Clidion. Pierre nait à Rhodes en 1842. Après des études à l’École Polytechnique de Lyon, il travaille comme ingénieur en Turquie à partir de 1869, puis à Saint-Raphaël à partir de 1879, appelé par Félix Martin. Aublé et Martin s’étaient connus lors de leurs études communes à l’École Polytechnique. Ils s’étaient aussi retrouvés en Turquie, lors d’un voyage d’étude de Félix Martin. En 1879, l’architecte de la ville est déjà un Lyonnais, Laurent Vianay. La première grande réalisation de Pierre Aublé est Le Grand Hôtel, à Notre-Dame, premier « palace » de Saint-Raphaël. En 1882, ce sera l’Hôtel Beau-Rivage (détruit), puis en 1882 et 1883, deux édifices d’enseignement, le pensionnat de jeunes filles de Valescure et le collège de garçons de Boulouris. Le grand chantier d’Aublé, c’est la nouvelle église paroissiale Notre-Dame-de-la-Victoire, de 1883 à 1887. Son agence compte alors 20 employés. Il construit dans le même temps une soixantaine de villas à Notre-Dame, Valescure, ou Les Cazeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature
Auteur : Santamaria Dominique,
Dominique Santamaria

Architecte à Saint-Raphaël dans les années 1920-1940.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature
Auteur : Bret Henri,
Henri Bret (1899 - 1939)

Henri Bret est né à Draguignan. Après des études d'architecture à Paris, il s'installe à Saint-Raphaël, puis à Cannes en 1925. Il réalise un grand nombre de villas et d'immeubles à Cannes, Antibes, Saint-Raphaël et Sainte-Maxime dans un style qui allie modernité, tradition provençale et Art Déco.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature
Auteur : Villani-Corrado,
Villani-Corrado

Entrepreneur de maçonnerie à saint-Raphaël dans les années 1920-1940.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, signature
Auteur : Brémond Louis,
Louis Brémond

Architecte faisant partie de l'atelier de Pierre Aublé, à Saint-Raphaël au début du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature
Auteur : Barla B., architecte, signature
Auteur : Appert P., architecte, signature
Auteur : Oudry S., entrepreneur de maçonnerie, signature
Auteur : Gregorieff, céramiste, signature
Auteur : Disdier,
Disdier

Architecte auteur d'un immeuble à Saint-Raphaël en 1947.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature
Auteur : Le Bel Léon, architecte, signature

Les immeubles repérés antérieurs à 1920 sont tous situés en ville. Jusqu'à 1945, le bâti est relativement bas, 2 ou 3 étages sur rez-de-chaussée. Le Winter Palace et l'immeuble 85, boulevard Félix-Martin (non étudié) sont des exceptions au début du siècle avec leurs 4 étages plus combles. Ils sont tous deux situés sur ce qui était l'artère de prestige à l'époque. Dans l'entre-deux-guerres, La Résidence a 5 étages sur rez-de-chaussée, plus deux autres étages en retrait sur le toit terrasse. A partir de 1946, c'est le modèle 4 étages sur rez-de-chaussée qui se généralise. C'est le nombre d'étages limite ne nécessitant pas la présence d'un ascenseur. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le style des immeubles ne diffère pas de celui des villas. L'éclectisme est général qu'il soit italianisant ou plus parisien. Certains font référence au 18e siècle. Entre 1920 et 1945, les immeubles éclectiques sont encore nombreux, parfois teintés de modernité dans sa déclinaison Art Déco. Deux des réalisations d'Henri Bret empruntent des éléments à un régionalisme plutôt niçois : 16, avenue Paul-Doumer et 107, place Sadi-Carnot ; de même que La Résidence, de Dominique Santamaria. De 1946 à 1970, la modernité est quasi-exclusive avec l'absence de décor sur les façades, des balcons filants, des auvents en béton, des pare-soleil : Le Sinclair (IA83000469), l'immeuble-station service à Santa-Lucia (IA83000486) et de nombreux immeubles non étudiés. Il est à noter que les immeubles de la reconstruction du centre ville (comme aux 36 et 58 de la rue Léon-Basso) n'affirment pas une franche modernité. Le parti est plutôt de s'harmoniser avec le bâti existant. Le caractère régionaliste provençal n'existe pas pour les immeubles, le style architectural dit provençal faisant essentiellement référence à l'architecture rurale.

Typologies caractère éclectique, caractère moderne
Décompte des œuvres repérés 71
étudiés 9

Références documentaires

Documents d'archives
  • [Saint-Raphaël.] Statistiques de population. 1793-1946. Archives communales, Saint-Raphaël : 1 F 4.

    Recensements de l'An 2 à 1946.
  • Saint-Raphaël. [Anciens] permis de construire. Archives communales, Saint-Raphaël : Série W.

  • Saint-Raphaël. Matrices cadastrales. 1827-1914, 1921-1966. Archives communales, Saint-Raphaël : série N.C.G4.

Documents figurés
  • Immeubles et villas construits en 1929. Henri Bret. / Dessins noir et blanc, par Henri Bret, 1929. Dans : "Les tablettes de la Côte-d'Azur" / octobre 1929 et avril 1930.

  • [Immeuble End Eros]. Façade ouest. Façades sud et nord. Notre-Dame. Pierre-Curie (rue) 9. 1981 AV .] / Tirage de plans par Disdier, 1947. Archives communales, Saint-Raphaël : 2004-1 W 14 (cote provisoire).

  • Propriété de Mr Delvincourt. Immeuble de rapport à St.-Raphaël. Façade sur bd des Anglais / Tirage de plans par Léon Le Bel, 1926. Ech. 0.02 pm. Archives communales, Saint-Raphaël : 2004-1 W 13 (cote provisoire).

  • Propriété de Mr Delvincourt. Immeuble de rapport à St.-Raphaël. Plan. [Saint-Sébastien. Anglais (boulevard des).] / Tirage de plans par Léon Le Bel, 1926. Ech. 0.02 pm. Archives communales, Saint-Raphaël : 2004-1 W 13 (cote provisoire).

Bibliographie
  • JEANNIN-MICHAUD, Emilie. Saint-Raphaël, naissance d'une station. Étude architecturale. Th. doct. : Paris 10 : 1983.

  • PASQUALINI, Frédéric. Saint-Raphaël. Formation d'une ville balnéaire. Diplôme : Unité pédagogique d'Architecture de Marseille : 1984.

  • Les Tablettes de la Côte d'Azur, revue bimestrielle, années 1919-1933.

    En particulier le numéro du 15 novembre 1930 (Numéro spécial "La construction sur la Côte d'Azur")
  • Goin, Georges. Henri Bret, architecte provençal. Dans : "Les tablettes de la Côte-d'Azur", 26 octobre 1929, p. 23-26.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève