Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeuble dit Le Palais des Sirènes

Dossier IA83001557 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Le Palais des Sirènes
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Adresse : 44 avenue Charles-de-Gaulle , 5 avenue Jean-Jaurès
Cadastre : 2012 AB 471

Le Palais des Sirènes est un immeuble de rapport construit en 1929 par l'architecte Henri Bret associé à l'architecte Henri Draperi, pour monsieur Metz. Il est réalisé par l'entrepreneur de maçonnerie Marius Guigonnet. Henri Bret aura son agence maximoise au Palais des Sirènes après sa construction.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire
Dates 1929, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bret Henri,
Henri Bret (1899 - 1939)

Henri Bret est né à Draguignan. Après des études d'architecture à Paris, il s'installe à Saint-Raphaël, puis à Cannes en 1925. Il réalise un grand nombre de villas et d'immeubles à Cannes, Antibes, Saint-Raphaël et Sainte-Maxime dans un style qui allie modernité, tradition provençale et Art Déco.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Draperi Henri,
Henri Draperi (1886 - 1944)

Naissance à Turin. Architecte diplômé de l'école des Beaux-Arts de Paris (promotion 1905). A réalisé des édifices publics et des villas en Provence-Côte d'Azur, parfois en collaboration avec l'architecte Henri Bret.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Guigonnet Marius,
Marius Guigonnet (1870 - 1949)

Entrepreneur de maçonnerie actif dans le var dans les années 1920-1940. Collabore parfois avec l'architecte Henri Bret.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par source

Le Palais des Sirènes est construit à l'angle de deux rues structurantes de la nouvelle station balnéaire en cours de constitution : l'avenue de la Gare (actuellement Jean-Jaurès) qui reliait la gare à la plage et au casino, et le boulevard du Littoral (actuellement avenue Charles-de-Gaulle) qui était la promenade de bord de mer.

Les matériaux du gros-œuvre (béton armé ?) sont masqués par l'enduit. Le toit terrasse (non accessible) est vraisemblablement en béton. L'immeuble s'élève de trois étages au-dessus du rez-de-chaussée. Il est en fait constitué de deux ailes indépendantes accessibles par deux entrées et deux escaliers tournant à retours autour d'un étroit jour.

La caractéristique majeure de cet immeuble est le traitement spectaculaire des façades qui joue sur des trompe-l’œil. Les côtés de la parcelle forment un angle légèrement évasé ce qui tend à unifier les différentes élévations ordonnancées à partir de l'axe fort de la travée centrale sur l'angle. L'angle joue aussi sur une illusion d'optique. Unifié par le fronton qui le surmonte, il nous laisse croire que les fenêtres jumelées qui encadrent la travée centrale saillante font elles-mêmes partie du pan coupé, alors qu'elles sont sur le même plan que les façades latérales. Cet artifice permet de monumentaliser l'angle qui sans cela serait assez étriqué, la monumentalité étant par ailleurs renforcée par le grand fronton percé d'une baie libre où le ciel est intégré à l'architecture.

Les deux façades latérales reprennent l'idée de la travée centrale accentuée avec des variantes.

Murs enduit
Toit béton en couverture (?)
Étages rez-de-chaussée, 3 étages carrés
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
Typologies plan-masse simple, volumétrie symétrique, élévation avec axe, caractère moderne
Techniques sculpture
ferronnerie
Représentations sirène, poisson, algue, symbole de la nature
Précision représentations

Le fronton présente un décor de ciment modelé en bas relief à motifs maritimes. Quatre sirènes sont situées de part et d'autre de la baie elle-même entourée d'une guirlande d'algues et de coraux où se mêlent de petites crêtes de vagues et des poissons. Le sommet de l'arc est couronné d'une méduse.

Immeubles Maxime

Titre courant immeuble dit Le Palais des Sirènes
Sélection oui
Adresse Charles-de-Gaulle (avenue) 44
Datation 1920-1945
Date 1929
Architecte Bret Henri
Caractères moderne
Etages 3 étages carrés
Travées 4 et plus
Terrasse non
Balcons oui
Loggia oui
Bow-window oui
Couronnement rebord de la dalle de toit
Date de saisie 2013-07-11T00:00:00.000+02:00
Galerie non
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Précisions sur la protection

Labellisation Patrimoine du XXe siècle : 15 mars 2007.

Références documentaires

Documents figurés
  • Immeubles et villas construits en 1929. Henri Bret. / Dessins noir et blanc, par Henri Bret, 1929. Dans : "Les tablettes de la Côte-d'Azur" / octobre 1929 et avril 1930.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève