Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hôtel de voyageurs dit Le Grand Hôtel, actuellement immeuble

Dossier IA83001505 réalisé en 2011

Fiche

Appellations Le Grand Hôtel
Destinations immeuble
Parties constituantes non étudiées restaurant, écurie, logement, garage, garage de réparation automobile, remise, fenil
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : la Batterie orientale
Adresse : 34 boulevard Berthie-Albrecht , 25, 27 avenue du Général-Leclerc
Cadastre : 2012 AD 973, 294, 537, 724, 1300 ; 2012 AB 204

Le Grand Hôtel a été construit dans les années 1880 par la Société des Terrains du Littoral (architecte inconnu). En 1895, il est donné à bail à Henri Saudan, jeune hôtelier suisse de 24 ans qui dirigeait déjà un hôtel à Zermatt. En 1897, Saudan achète l'hôtel et les terrains autour. Polyglotte, ce dernier attire une clientèle anglo-saxonne. Saudan prend la décision de laisser l'hôtel ouvert également en été. L'hôtel se compose alors uniquement de la partie gauche actuelle : un avant-corps central et deux ailes de trois travées de part et d'autre. En 1904, on rajoute trois travées de trois étages à l'est et on rehausse d'un étage l'aile à laquelle elles sont raccordées. De nouvelles constructions sont rajoutées : remises, écuries, greniers à foin. En 1910, le bâtiment est à nouveau agrandi à l'est. Pour régulariser, on édifie un deuxième avant-corps à fronton prolongé de trois nouvelles travées. L'hôtel a alors sa physionomie actuelle. Dès 1910, il est équipé d'un groupe électrogène permettant d'alimenter une chambre froide. En 1912, il propose des courts de tennis (actuelle parcelle 942), un garage pour 10 voitures et un garage de réparation automobile. Il emploie une vingtaine d'employés. C'est le seul hôtel mentionné sur le guide Michelin de 1913.

Dans les années 1930, la clientèle britannique décline et les vacances d'été prennent leur essor. En 1931, Saudan fait construire un nouveau restaurant pour l'hôtel en bord de mer, Le Yacht, dont il demande les plans à l'architecte René Darde. On observe que les plans fournis en 1930, d'inspiration moderne ne sont pas tout à fait ceux qui ont été réalisés. C'est le choix d'un édifice plus régionaliste qui a été fait.

Pendant la dernière guerre, l'hôtel est successivement occupé par les troupes italiennes, allemandes puis franco-américaines. Henri Saudan décède en 1945. L'hôtel est transformé en immeuble et la propriété achève d'être lotie en 1948. Le Yacht est transformé en villa en 1961. Il abrite actuellement un restaurant et une boîte de nuit. L'hôtel a été restauré et réaménagé en 1990. C'est à présent une copropriété d'une dizaine d'appartements, le Domaine du Grand Hôtel.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1931, daté par source
Auteur(s) Auteur : Darde René,
René Darde (1883 - 1960)

René Darde est issu de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il travaille dans l'atelier des architectes parisiens Henri Sauvage et Charles Sarazin pour lesquels il vient, en 1911, suivre le chantier du Golf Hôtel de Beauvallon à Grimaud (83). Il s'installe définitivement à Sainte-Maxime à partir de 1913. Avec deux autres agences à Saint-Raphaël et Cannes, il serait l'auteur de près de deux cents villas dans le Var et les Alpes Maritimes. Il est considéré comme l'un des chefs de file du mouvement néo-régionaliste en Provence. Victime d'une hémiplégie en 1950, il réduit son activité mais réalise encore quelques villas jusqu'à son décès en 1960.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Murs pierre moellon sans chaîne en pierre de taille enduit
Toit tuile plate mécanique
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans croupe
toit à longs pans pignon couvert
Escaliers escalier dans-oeuvre
escalier de distribution extérieur : escalier en fer-à-cheval, en maçonnerie
Typologies caractère éclectique
États conservations remanié
Techniques sculpture
Représentations ornement figuré, ornement végétal
Précision représentations

La porte d'entrée est mise en valeur par un décor vraisemblablement en ciment modelé. L'encadrement est ponctué de fleurettes, un médaillon souligné par deux palmes, au centre duquel se trouve une rose, surmonte l'arc. Les consoles supportant le balcon sont ornées de motifs marins : coquilles Saint-Jacques, filets de pêche, araignées de mer...

On retrouve un décor en ciment sur le fronton. Des ornements végétaux encadrent les armes de la ville et le fronton est couronné d'un acrotère constitué d'une palmette au centre de laquelle se trouve un mufle de lion.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Demande d'autorisation à construire au nom de monsieur Henri Saudan, à Sainte-Maxime. 1931. Archives communales, Sainte-Maxime : Série T.

    Demande accompagnée de tirages de plans. Architecte : René Darde.
Documents figurés
  • Plan de situation des propriétés de Mr Henri Saudan à Ste Maxime. Echelle de 1:2500. / Tirage de plan, sur papier, par Henri Senft, 1948. Archives communales, Sainte-Maxime : 200 W 5.

    Archives communales, Sainte-Maxime : 200 W 5
  • Propriétés de Monsieur Henri Saudan à Ste Maxime s/mer. Projet de partage. / Tirage de plan, sur papier, par Henri Senft, 1949. Archives communales, Sainte-Maxime : 200 W 5.

Bibliographie
  • Germond, Jean-Daniel de. Histoire et histoires... de Sainte-Maxime. - Gap : imprimé chez Louis-Jean à compte d'auteur, 1990, 472 p.

    P. 374-376. Texte et 4 photographies de la façade principale montrant l'évolution de l'hôtel à partir de la fin du 19e siècle.
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève