Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

hôtel de voyageurs dit Hôtel Réserve Césaric, puis Hôtel Cap Estel

Dossier IA06000888 réalisé en 1998

Fiche

Appellations Hôtel Réserve Césaric, Hôtel Cap Estel
Parties constituantes non étudiées écurie, communs, maison
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Villefranche-sur-Mer - Villefranche-sur-Mer
Adresse Commune : Èze
Lieu-dit : Cap Estel
Adresse : R.N. 559
Cadastre : 1980 AX 58, 59, 60

Hôtel dit Réserve Césaric construit en 1899 dans un parc de deux hectares par un architecte inconnu, à la pointe du Cap Estel, pour le rentier monégasque Franck Harris et Jules Césaric. En 1903 une écurie est ajoutée. En 1904, le comte Méry de la Canorgue, inventeur de canots automobiles l'acquière et le revend en 1908 à Louise Brazier, propriétaire de la villa Côte d'Azur à Eze. En 1912 il appartient à Rose Sevieuze, en 1925 à Embéricas Léonidas. En 1961 il est vendu à la société anonyme du Cap Estel dirigée par Robert Squarciafichi qui fait agrandir les communs par Biasini. L'hôtel transformé est rehaussé d'un étage en 1968 par Barbera, puis d'un second étage dans le quatrième quart du 20e siècle par un architecte inconnu.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1899, daté par source
1903
1968
Auteur(s) Auteur : Biasini Sébastien-Marcel,
Sébastien-Marcel Biasini (1841 - 1913)

Né à Nice d'un père tailleur de pierres, il est formé l'École impériale des Beaux-Arts où il suit les cours de Charles-Auguste Questel. Il reçoit une médaille de première classe, en 1866. Inspecteur des travaux pour l'Exposition universelle de 1867, il revient à Nice en 1868 où il travaille pour la Société foncière lyonnaise et la Société Immobilière et de Construction de Nice qui lotissent la colline de Cimiez. Il a reçoit en 1906, avec l'ingénieur Joseph Durandy, la grande médaille d'or du concours municipal de primes à l'architecture. Il contribue à de nombreuses commissions chargées de l'urbanisme de Nice. Vice-président du Comité des fêtes de la ville, il est associé à la création de décors de chars pour le carnaval.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Barbera C., architecte
Personnalité : Méry de la Canorgue, comte, habitant célèbre
Personnalité : Harris Franck, commanditaire
Personnalité : Césaric Jules, commanditaire

L'hôtel, d'inspiration classique, a un plan en U avec un étage de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé. Il est couvert par une terrasse bordée d'une balustrade. Les façades, ordonnancées et équipées de balconets, sont percées de portes-fenêtres surmontées de frontons. L'entrée au nord, sur l'avant-corps central, est située dans l'axe d'une cour aménagée en jardin. Les étages sont hiérarchisés. L'étage inférieur, desservi par un escalier tournant à retours sans jour, abrite les pièces de service. Le rez-de-chaussée abrite les pièces de réception disposées autour d'un vestibule octogonal. La salle à manger est exposée au sud. Les ailes abritent les chambres. En 1903, la salle à manger est agrandie par une véranda semi-circulaire qui ouvre sur une terrasse. Une écurie de plan rectangulaire, en soubassement, couverte par un toit en appentis, est construite au nord-est de l'hôtel. Elle est agrandie en 1961, puis aménagée en logement du personnel. L'entrée est située sous un porche. L'étage abrite neuf chambres, deux studios, des douches, un double w.-c., un garage, et une chaufferie. Les étages sont liés par un escalier extérieur droit. Dans le 2e quart du 20ème siècle, la véranda de l'hôtel est supprimée. Un escalier droit est construit dans l'axe de la façade sud pour lier la terrasse au jardin. En 1968, un étage de soubassement est créé sous le rez-de-chaussée pour abriter des chambres et des pièces de services. L'ancien étage de soubassement est prolongé à l'est par une aile couverte par une terrasse. Deux terrasses sont créées à l'est et à l'ouest du rez-de-chaussée. Un premier étage de chambres avec salles de bains et w.-c., desservi par un escalier en vis et un ascenseur, est ajouté. Une maison de gardien est construite à l'est. Dans le 4ème quart du 20e siècle l'hôtel est rehaussé d'un second étage ouvert sur une terrasse (au sud) surmontée d'une pergola.

Murs ciment
pierre
métal
verre
enduit
maçonnerie
béton armé
moellon
Toit ciment en couverture, tuile creuse
Étages étage de soubassement, 2 étages carrés, rez-de-chaussée surélevé, en rez-de-chaussée
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
appentis
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, suspendu
escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour
ascenseur
escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
Autres organes de circulations ascenseur
Typologies plan-masse régulier, volumétrie symétrique, élévation avec axe, caractère éclectique
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre maison d'homme célèbre
(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général ; (c) Conseil général des Alpes-Maritimes - Del Rosso Laurent