Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hôtel de voyageurs dit Grand Hôtel L'Arbois, actuellement immeuble

Dossier IA83001504 réalisé en 2011

Fiche

HISTORIQUE

La construction du Grand Hôtel L'Arbois a commencé en janvier 1933. Le commanditaire est monsieur Jean Gianotti venu de Paris. L'architecte est René Darde, l'entrepreneur de maçonnerie Paul Nicolet. L'inauguration de l'hôtel et de son restaurant La Tartane a lieu en 1935. En 1939, il est réquisitionné pour servir de maison de repos aux soldats convalescents. Il ne retrouvera pas son activité après-guerre où il sera transformé en immeuble. Les salons du rez-de-chaussée ont été transformés en boutiques.

DESCRIPTION

Le Grand Hôtel L'Arbois a été construit à la sortie orientale de la station balnéaire, en bordure de la route du bord de mer, dont il épouse la courbe. Il est construit en béton armé enduit et s'élève sur 5 étages au-dessus du rez-de-chaussée surélevé. Le soubassement est occupé par les garages actuellement accessibles sur l'avenue. A droite un passage sous le bâtiment donnait accès au garage par la cour. L'ensemble du bâtiment est en retrait par rapport au soubassement couvert en terrasse (ancienne terrasse du bar de l'hôtel). On y accède par deux escaliers extérieurs. Le cinquième étage, en attique, est en retrait par rapport à la façade dégageant une terrasse que l'on pouvait couvrir d'un velum pour le restaurant panoramique La Tartane. Sur le toit terrasse, se trouve un petit logement avec belvédère et de nombreuses cheminées.

Passage donnant accès aux garages arrière.Passage donnant accès aux garages arrière.L'élévation sur l'avenue se développe sur 13 travées. Elle évite la monotonie par une division tripartite. La partie gauche est la plus large (environ 36 mètres). Les horizontales dominent avec les quatre niveaux de balcons filants incurvés aux garde-corps en béton et tubes métalliques. La partie centrale y oppose des murs lisses. Ces deux façades sont reliées par la même corniche de béton moulurée. La partie droite est séparée des précédentes par un mur-de-refend en béton dépassant au-dessus de la toiture. On y retrouve les balcons filants. Avec ses deux travées, sa hauteur supérieure aux autres, sa façade latérale presque aveugle animée par une partie saillante hors-œuvre, elle a une valeur de signal. C'est au sommet de la façade en retours que se trouvait en grosses lettres l'inscription L'Arbois.

Partie centrale de la façade sud.Partie centrale de la façade sud. Vue de volume prise du sud-est.Vue de volume prise du sud-est. Mur de séparation entre la terrasse et le porche.Mur de séparation entre la terrasse et le porche.

L'entrée principale est sur la gauche de la façade. On pénètre dans un grand hall où se trouvait la réception (transformée en loge de concierge). Au fond part le grand escalier dont les marches sont parcourues par un tapis en granito. Des restes de moulures qui décoraient le grand hall sont encore visibles. A droite du hall se trouvait l'entrée du grand salon avec son bar en terrasse. Il était orné de peintures murales. A droite se trouvait une deuxième entrée surmontée de l'inscription L'Arbois. La partie basse du porche est plaquée de serpentine locale. Le porche est séparé de la terrasse du bar par un mur mouluré percé de hublots. Cette entrée correspond à un deuxième escalier tournant à retours avec jour.

Entrée principale. Hall d'entrée.Entrée principale. Hall d'entrée. Escalier principal. Tapis figuré par un décor de granito.Escalier principal. Tapis figuré par un décor de granito.

CONCLUSION

Le Grand Hôtel L'Arbois fait figure d'exception dans l’œuvre de René Darde dont les réalisations sont plutôt d'inspiration régionaliste. Il y avait eu les casinos de Saint-Raphaël et Sainte-Maxime en 1926 et 1927 mais ceux-ci étaient plutôt de style Art Déco. Ici nous sommes quelques années plus tard et nous avons un édifice plus dans l'esprit du Mouvement Moderne. Faut-il y voir une influence de l'Hôtel Latitude 43 que l'architecte Georges-Henri Pingusson avait construit l'année précédente de l'autre côté du golfe de Saint-Tropez ? Les deux hôtels sont en vis à vis et sont visibles l'un à partir de l'autre. On retrouve à L'Arbois l'usage des balcons filants aux garde-corps en béton toutefois le parti est ici nettement moins affirmé qu'à Latitude 43 où l'alternance des horizontales pleines et creuses est plus marquée.

Appellations Grand Hôtel L'Arbois
Destinations immeuble
Parties constituantes non étudiées restaurant, garage
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Sainte-Maxime - Grimaud
Adresse Commune : Sainte-Maxime
Lieu-dit : la Batterie
Adresse : 24, 26 avenue du Général-Leclerc
Cadastre : 2012 AB 876
Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1933, daté par source
Auteur(s) Auteur : Darde René,
René Darde (1883 - 1960)

René Darde est issu de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il travaille dans l'atelier des architectes parisiens Henri Sauvage et Charles Sarazin pour lesquels il vient, en 1911, suivre le chantier du Golf Hôtel de Beauvallon à Grimaud (83). Il s'installe définitivement à Sainte-Maxime à partir de 1913. Avec deux autres agences à Saint-Raphaël et Cannes, il serait l'auteur de près de deux cents villas dans le Var et les Alpes Maritimes. Il est considéré comme l'un des chefs de file du mouvement néo-régionaliste en Provence. Victime d'une hémiplégie en 1950, il réduit son activité mais réalise encore quelques villas jusqu'à son décès en 1960.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Nicolet Paul,
Paul Nicolet

Entrepreneur de maçonnerie, collaborateur de l'architecte René Darde à Sainte-Maxime (83) au milieu du 20e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par source
Murs béton béton armé enduit
Toit béton en couverture
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 5 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
Autres organes de circulations ascenseur
Typologies plan-masse composite, volumétrie régulière, élévation sans axe, caractère moderne
États conservations remanié
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Précisions sur la protection

Labellisation Patrimoine du XXe siècle : 15 mars 2007.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des déclarations concernant les constructions nouvelles, reconstructions, additions de constructions... 1891-1939. Archives communales, Sainte-Maxime : Série T.

    Construction commencée le 26/01/1933.
Documents figurés
  • Sainte-Maxime. Hôtel L'Arbois. Vue sur la façade. Grand hall d'entrée. Salon d'écriture. Grand salon. Restaurant "La Tartane", vue sur le golfe. / 5 photogr. nég. : support verre, n. et b., par L. Gilletta. [ca 1935]. Médiathèque de l'architecture et du patrimoine : Fonds photographique Gilletta.

    Photos mises en ligne sur la base Mémoire (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine.
Bibliographie
  • BARTOLI, Pascale, COLONNA, Claudie, LOCHARD, Thierry. L' architecture du XXe siècle dans le Var. Le patrimoine protégé et labellisé, dir. Jean-Lucien Bonillo, Marseille : Editions Imbernon, 2010, 212 p.

    P. 68-71.
  • Germond, Jean-Daniel de. Histoire et histoires... de Sainte-Maxime. - Gap : imprimé chez Louis-Jean à compte d'auteur, 1990, 472 p.

    P. 85.

Liens web

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Négrel Geneviève