Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Grand Rhône (le)

Dossier IA13004134 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations rivière aménagée
Aire d'étude et canton bassin du Rhône - Arles
Hydrographies Grand Rhône (le)
Adresse Commune : Arles
Précisions oeuvre située en partie sur la commune Port-Saint-Louis-du-Rhône

Bras principal du Rhône (Référence : IA84000946), le Grand Rhône comme le Petit-Rhône (Référence : IA13004135) - ne s'est formé que récemment, sur l'un des nombreux sillons tracé par l'ancien Rhône. Des étangs figurent à l'emplacement du Grand Rhône sur la carte de Danville (Fig.), datée de 1706. Au 19e siècle, l'aménagement de digues insubmersibles fixe le lit du Grand Rhône, dont les crues avaient tendance à se répéter malgré les volontés de discipliner ses eaux depuis l'époque médiévale. S'il permet d'assécher les marais, le resserrement du cours a également pour effet d'emporter jusqu'à l'embouchure les alluvions qu'il transporte, et d'envaser cet espace qui devient fluctuant et peu propice à la navigation. Des tours de signaux avaient été élevées, afin d'aider le passage des navires dans cette zone sensible. La tour de Pâques (Référence : RA13000021) et la tour de Tourvieille (Référence : IA13004099) en constituent des témoignages. Elles permettent aussi de mesurer l'instabilité du fleuve et l'avancée des terres : la dernière tour édifiée, celle de Port-Saint-Louis (Référence : IA13000621) se situait en 1737 sur le rivage de la mer. Cent-cinquante années plus tard, elle s'en trouvait éloignée de huit kilomètres. Les cartes anciennes montrent que l'embouchure du Rhône était constituée de trois passes différentes, appelées "graus" ou bras : d'ouest en est, le bras de Fer (Référence : IA13004110) - canalisé en 1724 -, le bras de la Vidange et le bras de Passon. Leur resserrement varie au fil du temps. L'embouchure du Grand Rhône reste fluctuante au niveau des étangs de Camargue.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le Grand Rhône est le bras est du delta du Rhône. Il se sépare du Rhône au nord d'Arles et marque la limite ouest de la Camargue. Avec un tracé plus rectiligne que le Petit Rhône (Référence : IA13004135), il trouve son exutoire à Port-Saint-Louis-du-Rhône. Le Grand Rhône transporte 17 millions de mètres cubes de limons jusqu'à la mer, soit près de 81% des ressources rhodaniennes. Le débit du Grand Rhône est estimé dix fois supérieur à celui du Petit Rhône (Référence : IA13004135). D'une largeur moyenne de 500 m, il constitue donc le bras principal du Rhône. Caractérisé par les nombreuses lônes qui façonnent son environnement, le Grand Rhône est relié au port de Fos par deux canaux : le canal du Rhône à Fos (Référence : IA13004105) à hauteur du Salin de Giraud, et le canal Saint-Louis (Référence : IA13004103) à Port-Saint-Louis. Au sud d'Arles, seul le bac de Barcarin (Référence : IA13004053), à Salin de Giraud, permet de traverser ce bras du Rhône.

Entre Arles et au-delà de Port-Saint-Louis-du-Rhône.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Bibliographie
  • DURRENMATT, Guy. Le Rhône autrefois. [S.l.] : Curandera, 1987 (Les Provinciales). 173 p. : ill., cartes ; 26 cm.

  • Lentheric, Charles, Du Saint-Gothard à la mer, le Rhône, histoire d'un fleuve, Paris : Editions Plon Nourrit, 1892. 2 vol., VIII-559 p. : [8] f. de pl. : ill., plans, cartes, 587 p.-[9] f. de pl. : ill., plans, cartes ; 25 cm.

  • RAMBERT, Gaston. Le Rhône à son delta. Courrier du Parc Naturel Régional de Camargue, 1993, n° 41-42.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Redon Clotilde - Havard Isabelle - Decrock Bruno