Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

four de potier

Dossier IA04002455 inclus dans village de La Palud-sur-Verdon réalisé en 2014

Fiche

Précision dénomination four de potier
Dénominations four
Aire d'étude et canton Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var - Moustiers-Sainte-Marie
Adresse Commune : La Palud-sur-Verdon
Cadastre : 1835 C1 186 ; 2014 C1 non cadastré (dans la parcelle 773)

Le four est probablement construit au moment de la Révolution française ou peu après, lorsque le château est loti puis vendu. Lors de la réalisation du cadastre napoléonien, il appartient à Joseph Peisselon, potier. Lui et son fils, également nommé Joseph Peisselon, possèdent plusieurs parcelles dans les jardins ainsi que des logements et une boutique dans le château. Par la suite, un atelier de potier utilisant un tour à bras est aménagé à l’intérieur du château, ainsi que des bacs de décantation pour la préparation de la terre, en contrebas de la terrasse. En 1880, à la suite d'une plainte des voisins, l’administration préfectorale interdit de remettre le four en marche tant qu'il ne sera pas doté d'une cheminée capable de rejeter les fumées suffisamment en hauteur (soit 10 m de hauteur). On apprend par ces documents que le four servait tout aussi bien à la cuisson des objets de poterie qu'à celle de briques. En 1898, la cheminée s'est effondrée et le problème se pose à nouveau, tout comme en 1909, lorsque la cheminée réparée est accusée de ne pas avoir la bonne hauteur. Le dernier potier de la famille Peisselon serait mort en 1927. Entre 1982 et 1985, un inventaire de l'atelier et du four a été conduit par les Alpes de Lumière.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle , daté par source

Le four, partiellement enterré dans un terrain en pente, se trouve en contrebas du château. Entièrement en briques, il se compose de deux galeries de chauffe surmontées d'un laboratoire de cuisson. La voûte du laboratoire, partiellement effondrée, adopte un profil en anse de panier. Ceux des deux galeries de chauffe sont particulièrement déformés. Le four est englobé dans une construction en moellons de calcaire couvert d'un toit à un pan en tuiles et prolongé vers l'est par un hangar dont le toit s'appuie sur trois piliers centraux. Devant la terrasse du château se trouvent les vestiges de ce qui a pu être trois bassins de décantation. Les photographies anciennes laissent voir une cheminée de briques cerclée de métal (aujourd’hui détruite).

Murs brique maçonnerie
calcaire moellon
Toit tuile creuse
Couvrements
Couvertures toit à un pan
États conservations envahi par la végétation, vestiges
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Lotissement et partage du château d'après le cadastre de 1835.

    Sur le cadastre de 1835, l'ancien château seigneurial est entièrement loti et partagé entre 18 propriétaires.

    Propriétaires

    Nature de la propriété

    PEISSELON Joseph, potier père

    Maison et cour

    PEISSELON Joseph, potier fils

    Boutique, écurie, deux chambres

    BOYER Honoré, de Dominique

    Écurie, deux chambres

    GASTINEL Joseph, hoirs

    Écurie, chambre, grenier à foin

    GIBELIN Joseph, hoirs

    Cave

    BOYER Jean, dit Sauviou (?)

    Écurie, chambre, grenier à foin

    BOYER Jean Baptiste, de Dominique

    Une chambre au 1er

    PAULET Honoré, dit Dalbi

    Une chambre au 1er

    TURREL Antoine, dit Lairot (?)

    Une chambre au 1er

    TURREL Pierre, propriétaire

    Une chambre au 2ème

    FERRAUD Laurent, dit Chaudeiron à Chauvet

    Une chambre au 2ème

    ROUX Barthélémy, cordonnier

    Une chambre au 2ème

    TURREL Honoré dit Basson

    Une chambre au 2ème

    MEYNARD Gaspard, ex-notaire

    Une chambre au 3ème

    GIBELIN Antoine, fils

    Une chambre au 3ème

    CARBONEL Joseph, aubergiste

    Une chambre au 3ème, cabinet au 3ème, deux greniers à foin

    CARBONEL Joseph, ainé à feu Pierre

    Une chambre au 3ème, deux greniers à foin

    FERAUD Pierre

    Une chambre au 3ème, grenier à foin

    Propriétaires du château, sur le cadastre de 1835.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Établissements insalubres. Dossier concernant le four de potier de La Palud (1880-1909). Fermeture administrative du four et reconstruction de la cheminée. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 5 M 27.

  • LESCH, Robert, CAILLE, Denis, Martel, Pierre, et al., Pour un musée des potiers de La Palud-sur-Verdon, brochure dactylographiée, les Alpes de lumières, octobre 1985.

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de La Palud. / Dessin à l'encre sur papier par Gelinsky, géomètre du cadastre, 1835. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 105 Fi 144 1 à 105 Fi 144 14.

    section C1, parcelle 186.
  • La Palud (B.-A.) alt 915 m - Le Château. / Carte postale, Edition Cauvin, 1er quart 20e siècle. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 Fi 1921.

  • La Palud (Basses-Alpes) - L'ancien Château des Seigneurs de Demandolx. / Carte postale, 1er quart du 20e siècle. Photographie de A. Turrel. Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, Digne-les-Bains : 2 Fi 1922.

  • La Palud sur Verdon. / Carte postale, 4e quart du 20e siècle.

  • La Palud (B.-A.) Ancien château seigneurial. [Vue d'ensemble prise du sud-ouest, dans les années 1910.] / Carte postale noir et blanc, années 1910. Dans : « La Palud-sur-Verdon. Mémoires d'un village des Gorges du Verdon » / Association pour la sauvegarde du patrimoine de La Palud-sur-Verdon, Nice : éditions stArts, 2014, p. 15.

  • Plan, coupes et élévations de four de La palud, dessins anonymes, dans : LESCH, Robert, CAILLE, Denis, Martel, Pierre, et al., Pour un musée des potiers de La Palud-sur-Verdon, brochure dactylographiée, les Alpes de lumières, octobre 1985.

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Buffa Géraud